Etudier en Inde: Diamond Bridge propose des formations à demi-tarif aux étudiants Maliens

4

Maïmouna Sow, la directrice de Diamond Bridge a animé une conférence de presse. Objectif: informer l’opinion des possibilités de formation à l’étranger que son entreprise offre aux étudiants maliens. La rencontre avec les journalistes a eu lieu, ce vendredi soir, à Bacodjicoroni Golf, dans les locaux de DMC Africa.

«Le Mali est un pays d’opportunités, mais d’opportunités que nous ne saisissons pas très souvent», indique la jeune entrepreneuse.  L’inde, selon Sow, est un modèle pour les jeunes ouest-africains en général et maliens en particulier. Car, assure-t-elle, ce pays est parti du même niveau de développement que le Mali d’aujourd’hui pour se classer parmi les cinq pays émergents (BRICS).

Diplômée, elle-même, de l’Université de New Dehli en Inde, Maïmouna Sow entend offrir la même formation de qualité qu’elle a reçue, à un coût accessible, à la plupart des jeunes maliens. Pour ce faire, elle établit un contact avec l’une des meilleures universités du pays de Gandhi: Lovely Professional University (LPU). Avec 25 000 étudiants sur place et 100 000 connectés à travers des cours à distance, LPU est la plus grande université privée de l’Inde.

La Lovely Professional University, c’est aussi plus de 200 filières de formation, avec un campus Hi-Tech et  un parc informatique de plus de 5 000 ordinateurs. Actuellement, LPU dispose de différents types d’internats pouvant héberger plus de 18 000 étudiants au sein de son campus. Pour l’ancienne étudiante et ancien membre de l’Association des Etudiants Africains en Inde (AASI), il n’y a pas meilleur endroit pour étudier et surtout à des prix aussi abordables qu’en Inde (soit -50% du prix réel de la formation).

J’ai été tentée, révèle Maïmouna, par ce ‘’sous-continent’’ au développement phénoménal à cause de la qualité de leur programme d’enseignement, mais surtout à cause des multiples opportunités concernant l’informatique ou encore l’électronique. Un autre avantage des études en Inde, conclut l’entrepreneuse, ce sont des formations entièrement dispensées en anglais.

Mamadou TOGOLA/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Peut-être mais savez-vous le sort que réserve l’Inde aux ETUDIANTS AFRICAINS: racisme ordinaire, humiliation, bastonnade, et viol, allez rechercher un peu sur Internet. Les Nigérains et autres camerounais en savent quelque chose. Pour les Indiens les Africains sont pires que leurs Dalits c’est-à-dire la caste des Intouchables.

    • Je pense que Maimouna est un exemple qui contredit ce que tu dis car meme aujourd’hui il y a des milliers d’etudiants maliens et Africains qui sont dans les universities d Inde et qui font leurs etudes paisiblement, aussi des milliers d’Africains malades qui recoivent des soins de qualite en Inde, il ne faut pas generalier l’exception, stp.

  2. Une autre opportunite pour nosenfants de se former tres bien et aussi dire au revoir au Francais et acquerir notre independance intellectuelle come le Rwanda. Merci Maimouna pour cette belle opportunite pour nos enfants afin d’avoir access aux enseignements de qualite pratiques qui lient l’ecole a la vie et au marche de l’emploi.

Comments are closed.