Grève illimitée dans l''enseignement supérieur : Que peut-on attendre de la Commission ad hoc du Premier ministre ?

0

Face à la grève illimitée au niveau de l’enseignement supérieur qui n’a que trop duré, le premier ministre, chef du gouvernement Ousmane Issoufi Maïga, alias «Pinochet» a décidé de prendre le dossier en main.
Pour cela, il a réuni, autour de lui, le lundi 22 janvier dernier, à la primature, les principaux ministres concernés par le dossier. Il s’agit en premier lieu, des ministres de l’éducation, Mohamed Lamine Traoré, de l’habitat, Modibo Sylla et des relations avec les institutions de la République, Badi Ould Ganfoud.

Objectif : retrouver rapidement une solution adéquate au problème.

Pour cela, le premier ministre a instruit la mise en place d’une Commission ad hoc afin d’étudier minutieusement les revendications des enseignants.

Celles-ci s’articulent essentiellement autour de l’octroi d’indemnité de logement au personnel de l’enseignement supérieur et aux chercheurs relevant de l’éducation nationale, l’annulation totale des résultats des examens organisés par l’administration provisoire de la faculté des sciences juridiques et économiques (FSJE) après le départ des enseignants en vacance et l’organisation de nouveaux examens dans des conditions de déontologie de l’enseignement.
Que peut-on attendre de cette Commission ad hoc de Pinochet ?

En attendant que celle-ci fasse des propositions de sortie de crise, l’Association Démocratie et Justice (ADJ) et le Parti pour la Renaissance Nationale (PARENA) se sont prononcés sur la question.

Alassane DIARRA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER