Amélioration de l’employabilité : Ce que propose réellement “Le Club 66”

0

Sur orbite en fin 2018, Le Club 66 ambitionne de créer 9600 emplois par an et mettre à la disposition de 9600 personnes, un capital de démarrage d’un million de F CFA. Son président, Diarrassouba Abou travaille ardemment à la concrétisation de cette noble ambition.

L’ambition qu’affiche le président de l’organisation “Le Club 66” permet de faire à coup sûr  la promotion des valeurs relatives à l’entreprenariat, à l’amélioration de l’employabilité de ses membres.

Fort de son leadership, Diarrassouba Abou travaille à la matérialisation d’une solidarité agissante entre les membres et à la participation à l’éducation et la formation de ces derniers et de leurs enfants. Association de droit privé, basée au Mali, Le Club 66 est autorisée sous le numéro de récépissé 0926 du 21 décembre 2018. De sa création à nos jours, le Club dispose d’une représentation dans toutes les communes de Bamako.

En droite ligne de ses objectifs, Le Club 66 a mené durant plusieurs mois des échanges féconds avec plusieurs acteurs. Mieux, il a mandaté un consultant afin de concevoir un document stratégique caractérisant les grandes lignes du projet.

Un président et ses ambitions

Après un séjour aux Etats-Unis et dans plusieurs autres pays développés, le fondateur et président du Club, Diarrassouba Abou, a fait le constat de l’accroissement du chômage et a relevé les difficultés de notre pays et ceux de l’Etat à absorber ce flot ininterrompu de jeunes chômeurs. Scandalisé par “le drame de la Méditerranée”, notamment ces jeunes qui meurent faute de perspectives, M. Diarrassouba a souhaité entreprendre pour offrir une alternative à ceux qui n’ont pas eu de solution que l’aventure.

Avant de mettre en place le projet actuel, le jeune Diarrassouba s’est lancé dans une chaîne de restauration dénommée “La Brioche Mali”. Aujourd’huidans cette entreprise, il est employé fièrement près de 100 personnes.

Le désormais entrepreneur Diarassouba n’entend pas s’arrêter à cette activité, il a souhaité accélérer le mouvement de création d’emploi ou d’activités génératrices de revenus. De ce fait, il nourrit et poursuit l’ambition d’être en mesure de changer des vies. Des ambitions qui se dessinent à travers la création de 9600 emplois par an, à la mise à disposition de 9600 personnes d’un capital de démarrage d’un million de F CFA, à la fourniture d’une assurance à l’ensemble des adhérents pour faire face aux accidents et aux décès (du citoyen ou de ses ayants droit).

Diarassouba Abou veut financer chaque année, 200 bourses de formation professionnelle dans le supérieur. A cet effet, il propose un service d’une valeur d’un million par citoyen soutenu. Dans ce cadre de la solidarité, il compte attribuer 1150 parcelles viabilisées et aider 200 personnes à effectuer le pèlerinage à La Mecque et en même temps de prendre en charge la scolarité annuelle d’un enfant pour l’école fondamentale, au sein du réseau des écoles du Club 66.

Des avantages accordés aux membres

En plus des avantages accordés attachés aux membres du Club 66, il faut ajouter l’attribution de terrains viabilisés : chaque année, 1150 lots de 300 m2 seront offerts aux membres.

Dans le cadre de la création d’emplois et l’assistance à la recherche d’emplois et à l’insertion professionnelle, les membres du Club 66 seront appuyés dans leur stratégie d’insertion professionnelle et outillés via des formations méthodiques et complètes récurrentes.

En somme, Le Club 66 se veut une structure de soutien et de solidarité car explique son président, toutes ses actions et objectifs vont dans le sens d’aide à l’atteinte de l’autosuffisance de ses membres.

A. M. C.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here