Arnaque : le magistrat à la retraite Cheickné Wagué et son épouse à l’index !

    2

    Il y a des gens qui n’ont peur de rien. Ils parviennent à leur but  par tous les moyens. C’est le cas du couple Wagué. Cheickné Wagué, magistrat connu dans le monde de la justice pour avoir servi le pays, est admis à la retraite depuis peu. Lui et son épouse, Inspectrice du Trésor, Kadiatou Camara, n’ont trouvé mieux que de détrousser d’honnêtes gens, surtout leurs propres connaissances. Les femmes sont leurs cibles favorites ; elles sont nombreuses à se prendre comme des mouches à leur piège. Attention, ça sent mauvais !

    Affaire Kokaïna Bako Sanogo

    Courant novembre 2013, s’appuyant sur des liens de parenté, Cheickné Wagué, magistrat à la retraite, domicilié à Faladié-Séma et son épouse Kadiatou Camara se présentent devant Kokaïna Bako Sanogo pour lui soumettre un projet devant être exécuté à Kayes. Et pour la mise en œuvre dudit projet, ils doivent présenter à leur partenaire un apport personnel. Étant incapables de le faire, ils lui affirment vouloir solliciter son concours. Dans un premier temps, c’est-à-dire pendant dix bons mois, Kokaïna Bako Sanogo refuse d’accéder à leur demande. Finalement, lassée d’être harcelée par  leurs coups de fil à répétitions, elle finit par céder. C’est ainsi qu’après en avoir soufflé vent à son mari et ses enfants, elle remet au couple Wagué la somme de huit millions en deux tranches : cinq millions d’abord et trois millions ensuite, contre des reçus. Même pour avoir des reçus, ce fut la croix et la bannière pour Bako Sanogo, car la femme de Wagué, Kadiatou Sanogo, tenait à ne laisser aucune trace de l’emprunt.

    Auparavant, Cheickné Wagué et sa femme, dans leurs manœuvres pour spolier Kokaïna Bako Sanogo, lui avaient proposé de vendre tous les biens en leur possession, voire de s’endetter auprès de tiers. Une manière pour la  convaincre davantage de l’intérêt qu’elle pourrait avoir dans cette entreprise. Kokaïna Bako Sanogo avait eu l’assurance de voir doubler sa mise du couple Wagué. C’est dire qu’ils avaient une ficelle bien rodée et presqu’infaillible pour Kokaïna Bako Sanogo. Laquelle comprendra bien trop la supercherie dont elle était victime.

    En effet, quand elle commença à réclamer son remboursement à échéance de créances, Kokaïna Bako Sanogo remuera ciel et terre sans jamais obtenir gain de cause. Elle en a parlera à quidam rencontré et même à certains procureurs et avocats, comme Me Hamidou Diabaté. Mais rien n’y fit. Procureurs, avocats, parents, amis et connaissances de Kokaïna Bako Sanogo auront intervenu pour rien : le couple Wagué demeurera sourd et muet aux différentes sollicitations.

    Pour rappel, Bako et son mari Baba Kokaïna, Hamidou Diabaté, Mohamed Aly Bathily, Cheickné Wagué, ont tous étudié ensemble. Bako cuisinait et faisait la lessive pour eux. Sans oublier les petites courses. Mais Wagué ne semble s’en souvenir que comme d’un moment très peu important de sa vie.  Les liens de parenté, il s’en moque comme de sa première chemise.

    Face à l’impossible, Kokaïna Bako Sanogo se rabattit sur la justice au niveau du Tribunal de la Commune VI. Elle obtiendra un remboursement partiel de 5 millions de Fcfa. Depuis, le juge la fait tourner en bourrique. Depuis plus d’un an, de report en report, Wagué et sa femme ne se rendent plus au Tribunal, leur Conseil non plus. Alors que l’expédition du jugement N°0295, en date du 5 août 2015, rendu par le Tribunal de grande instance de la Commune VI du District de Bamako, avait condamné solidairement les nommés Cheickna Wagué et Wagué Kadiatou Camara à «payer à la dame Kokaïna Bako Sanogo la somme de 3.500.000 Fcfa, au titre de remboursement du reliquat du principal de la créance initiale de 8.000.000 Fcfa ; celle de 500.000 Fcfa de dommages et intérêts, et débouté la demanderesse du surplus de sa demande». Le Tribunal avait accordé aux débiteurs un délai de grâce de 3 mois pour se libérer entièrement de leur obligation de paiement. Ce jugement a été notifié à Wagué et à sa femme le 14 décembre 2015. Kokaïna Bako Sanogo trépigne d’impatience…

    D’autres victimes du couple Wagué

    Me Hamidou Diabaté, qui est intervenu dans l’affaire de Bako Sanogo, était surpris du comportement de son ancien camarade Wagué. Le hic, c’est que ce couple est coutumier du fait à lui reproché. Ils ont pris à leur piège plusieurs personnes, avec leur projet utopique pour Kayes. Leurs nombreuses victimes n’ont jamais eu gain cause devant les Tribunaux. C’est le cas de ce jeune homme, proche parent du couple Wagué, qui s’est endetté auprès de plusieurs personnes à la demande du couple Wagué, qui lui avait promis de gros intérêts. En plus des sommes empruntées, l’infortuné jeune homme a vendu tous ses biens au profit de Wagué et de sa femme. Traqué par ses multiples créanciers, il aura dû son salut dans la fuite, depuis bientôt deux années, et ses parents sont sans nouvelles de lui.

    Mohamed Aly Bathily, ami de longue date du couple, est dans la même situation. Plusieurs fois, Wagué lui a emprunté des sommes importantes sans rembourser. Quant à sa femme, elle jouit de ses fonctions d’Inspecteur du trésor pour escroquer d’honnêtes gens. Elle utilise même les cachets du trésor pour justifier certains prêts ou faire des reçus. Les nombreuses victimes de ce couple souhaitent toutes être remboursées. Sans vraiment y croire !

    Affaire à suivre

    1. SIDIBE
    PARTAGER

    2 COMMENTAIRES

    1. ça m’etonne, si c’était uniquement sa femme j’allais comprendre en plus il a l’air de quelqu’un qui est timide je l connais à travers une amie

    Comments are closed.