C’est arrivé dans la nuit du mardi 17 au mercredi 18 janvier à Korofina : Le photographe Daouda Traoré abattu à bout portant pour sa moto

    0




    Dans la nuit du mardi 17 au mercredi 18 janvier, aux environs de 2 heures du matin, le photographe Daouda Traoré a été agressé par des individus non encore identifiés. C’était en face du jardin du Cinquantenaire à Korofina. Lors de son transport au Centre de santé de référence pour y recevoir des soins, Daouda succomba des suites de ses blessures.

    C’est aux environs de 2 heures du matin, mercredi 18 janvier, que le Commissariat de police du 6ème Arrondissement a été informé par un citoyen de la présence d’un corps gisant dans du sang.

    Très vite, le Commissaire Bocar Touré instruit à ses éléments de se rendre sur les lieux afin de procéder à l’identification de la victime et recueillir les premiers renseignements sur le crime.

    Accompagnés d’éléments de la Protection civile et du médecin légiste du Centre de santé de référence de Korofina, les policiers du 6ème Arrondissement se transportèrent sur les lieux. 

    Le constat est implacable. C’est le corps d’un homme âgé d’environ 30 ans et portant des impacts de balles sur la clavicule gauche qui a été découvert. Les blessures étaient telles que durant son transport pour recevoir des soins appropriés, le malheureux rendit l’âme.

    Le médecin légiste ayant constaté la mort de la victime, les policiers procédèrent à son identification. Il portait sur lui une carte d’identité nationale et deux vignettes de moto. Ce qui leur permit de savoir que la victime, un photographe, s’appelait Daouda Traoré.

    D’après les premiers éléments de l’enquête et les témoignages obtenus auprès d’un ami de la victime, Daouda Traoré aurait quitté son studio photo la veille vers 23 heures. Sur le chemin du retour, il aurait fait une escale chez deux de ses amis dont l’un se nomme Boura. Ensuite, la victime s’est rendue chez son deuxième ami, Issa. Ce dernier a confirmé à la police que lui et Daouda se sont quittés vers minuit.

    D’après les enquêteurs, au regard des blessures, il apparait que les balles ont été tirées à bout portant. Ce qui est surtout intriguant, c’est que l’agression a eu lieu en face du jardin du Cinquantenaire de Korofina situé à environ 200 mètres du domicile de la victime et dans une rue éclairée et fréquentée. Les policiers pensent que Daouda Traoré est tombé sur des braqueurs car sa moto Jakarta reste introuvable.  

    Le Commissaire de police du 6ème Arrondissement demande la collaboration de la population pour mettre ces bandits hors d’état de nuire car les malfrats vivent dans les quartiers et dans les familles avec les autres.

    Dénoncer des individus aux comportements suspects est un devoir citoyen.

                     Boubacar  PAITAO

    Stagiaire

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER