Conflit foncier entre la famille Tounkara et les Bozo à Badalabougou :Le maire de la commune V se blanchit et apporte des éclaircissements

    0

    " La famille Tounkara a eu  sa parcelle et son  titre foncier depuis 1996 avec l’Etat et non avec l’actuelle équipe communale ". Toute chose qui, à en croire le maire de la commune V, Boubacar Bâh dit Bill, lave son équipe de tout soupçon dans le bras-de-fer juridique qui oppose la famille Tounkara à des pécheurs Bozos de Badalabougou-Sema autour d’ un site de 2 hectares.

    Cette rencontre entre le maire de commune V Boubacar Ba dit Bill, la   famille Tounkara et les Bozos de Badalabougo, a été élargie à des chefs coutumiers, à des agents de sécurité et des représentants des services techniques de l’Etat.

         A travers cette rencontre, il s’agissait pour le maire de la commune V et son équipe de porter des précisions sur le conflit foncier qui oppose la famille Tounkara  à des  pêcheurs Bozo de Badalabougou à propos  d’une superficie de plus de deux hectares. D’entrée de jeu le maire s’est dit indigné par de nombreux  propos relayés par des médias qui l’accusent d’avoir vendu cette parcelle en question à la famille Tounkara. Des propos balayés d’un revers de la main par le maire de la commune V.

         "La famille Tounkara a eu cette parcelle et le titre avec l’Etat depuis 1996. Cela donc bien avant notre arrivée aux affaires.  Toute chose qui prouve à suffisance que notre équipe communale n’est mêlée, ni de près ni de loincette affaire et ne peut être accusée  de quoi que ce soit. Avec leur  titre en bonne et due forme,  la mairie ne peut  les empêcher   de jouir de leur droit de propriété" a précisé  le maire de la commune V.

         Avant d’ajouter que les Bozos, qui se sont installés sur ces parcelles depuis belle lurette    s’étaient même l’engagés devant les propriétaires  (Tounakara)  de quitter les lieux depuis 1998. Un engagement, qu’ils n’ont pas honoré, regrette t-il.  Le maire a, ensuite, invité les parties  à préserver l’apaisement du climat social en attendant le verdict des juridictions compétentes, qui ont en main ledit dossier.

     

    KassoumTHERA

     

    Commentaires via Facebook :