De passage à BAMAKO : Une Guinéenne escroque des vendeuses de pagnes pour un million de FCFA

    0

    Une Guinéenne laisse, derrière elle, une facture impayée de 300 000 F CFA à l’hôtel Salam et détourne des pagnes d’une valeur de plus de 1 million de F CFA au grand marché de Bamako.

    Arrivée au Mali le samedi 18 novembre, Marie Stéphanie, a pris une chambre au bloc Kangaba de l’hôtel Mandé. Le dimanche, après avoir bien préparé son coup, elle est partie au restaurant où elle a passé tout son temps. Pendant ce temps, Maï, la femme de chambre était en train d’entretenir les chambres. Un travail qu’elle doit normalement exécuter de 9 heures du matin à 16 heures du soir. Mais ce jour là, Maï va commettre une faute qui, par la suite, lui sera fatale. Celle de quitter le lieu de service une fois son travail terminé, à 13 heures 30 minutes.

    Quelque temps seulement après son départ, Marie Stéphanie qui s’était expressément fait accompagner par le gardien, tenta d’ouvrir sa porte avant de s’étonner que celle-ci n’était pas fermée à clé. Elle ouvrit largement le battant pour constater, ensemble avec le gardien, que la chambre était sens dessus dessous et tous ses effets éparpillés sur le sol. Elle vint ensuite déclarer au Directeur de l’hôtel Mandé le vol de 2000 dollars, un appareil photographique de marque Canon et des bijoux. Ce dernier saisit aussitôt le commissariat du 3e arrondissement avant de demander à Maï par téléphone de venir immédiatement à l’hôtel. Celle-ci qui n’était pas encore arrivée chez elle, demanda au taximan de rebrousser chemin. L’annonce du vol commis dans la chambre de Stéphanie l’étonna beaucoup, d’autant plus qu’elle n’y avait pas fait le ménage puisque cette dernière n’avait pas laissé la clé à la réception.

    Le chef de la brigade de recherche du commissariat du 3e arrondissement, Papa Mambi Kéïta et ses éléments débarquèrent à leur tour.
    Après avoir fait le constat des lieux, l’épervier du mandé passa immédiatement à l’interrogatoire. Marie Stéphanie, dans sa version des faits, déclara qu’en rentrant du restaurant en compagnie du gardien elle voulait mettre la clé dans la serrure quand elle découvrît que celle-ci était ouverte et que ses effets étaient éparpillés un peu partout dans la chambre. C’est alors quelle avait constaté le vol de son argent, des bijoux en or que sa maman lui a remis en guise de cadeau et d’un appareil photo. Elle montra à l’inspecteur une pellicule et déclara que pas plus tard qu’hier, elle avait pris des photos. Mais, c’est là qu’elle commit une grosse erreur, car c’était sans compter avec la perspicacité de l’épervier du Mandé qui doutait déjà de sa bonne foi. Aussi lui demanda-t-il de lui confier la pellicule pour aller la développer, puisque en principe, celle-ci enregistre la date à laquelle chaque pose a été prise. Stéphanie opposa un niet catégorique.

    Lorsque le directeur de l’hôtel confia à l’inspecteur qu’il allait payer l’argent de la cliente et renvoyer Maï, Papa Mambi lui demanda de faire très attention de ne pas commettre une erreur. Certes, toutes les preuves militaient contre Maï, mais son flaire de policier lui dit que Stéphanie a bien planifié son coup et que ces déclarations n’étaient qu’un tissu de mensonges.

    Une semaine plus tard, le lundi 27 novembre aux environs de 11heures, L’inspecteur principal Papa Mambi Kéita fut alerté par un employé de l’hôtel Mandé qui lui apprit que Marie Stéphanie avait encore frappé un grand coup à l’hôtel Salam.

    Ici, après avoir passé sept jours dans cet hôtel de haut standing et que la facture de téléphone et les frais d’hôtel réunis s’élevaient déjà à 300 000 F CFA, Marie Stéphanie quitta l’hôtel dans la matinée du dimanche 26 novembre. Elle laissa entendre à la réception qu’elle partait toucher son argent pour régulariser ses frais d’hôtel. Mais elle ne reviendra pas de toute la journée. C’est le lendemain 11 heures, quand les femmes du marché sont venues pour encaisser leur argent que la direction de l’hôtel Salam s’est aperçu qu’elle venait d’être victime d’une grivèlerie.

    En effet, Marie Stéphanie durant son court séjour à l’hôtel Salam a, on ne sait pas trop comment, réussi à ramasser les pagnes par ci par là chez des vendeuses du grand marché, jusqu’à hauteur de plus de 1 000 000 F CFA. Quoi de plus normal puisqu’elle donnait le numéro de sa chambre à l’hôtel Salam à ses victimes pour les mettre en confiance.

    Pour le moment le commissariat du 3e arrondissement, tout en continuant ses recherches a déjà saisi Interpol. De son côté l’hôtel Salam a passé le signalement de Marie Stéphanie, une femme un peu rondelette aux jambes arquées, mesurant à peu près 1m50, parlant mal le français avec un fort accent anglais, à tous les établissements hôteliers du pays.

    Alou B HAIDARA

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER