Faits divers, Yorodiambougou : Le braqueur était un faux militaire

    0

    Pour mieux sécuriser les populations et leurs biens, il est nécessaire pour la police de se rapprocher davantage d’elles dans la cité. D’où l’initiative des autorités de tutelle de multiplier le nombre de commissariats de police à travers la ville de Bamako et ses environs. 

    C’est dans la même veine que les 1.008 Logements ont récemment bénéficié de nouveaux locaux de commissariat de police. à peine ils ont commencé le travail, les hommes dudit commissariat, dirigé par le commissaire principal, Siaka Coulibaly, ont mis hors d’état de nuire un braqueur à Yorodiambougou, un quartier de la banlieue de Bamako en Commune VI du District de Bamako.

    L’adolescent d’une vingtaine d’années identifié comme AG, est connu par ceux qui l’ont côtoyé comme un spécialiste du braquage à main armée. Longtemps, il a troublé le sommeil des habitants des secteurs, où il sévissait. Malheureusement, pour lui, son règne a pris fin en début de ce mois de janvier.  Il a été arrêté suite à une sale affaire dans laquelle il s’était empêtré.

    Le jour des faits, jusque-là pour des raisons inconnues, vers 17h, AG s’est doté d’une arme à feu. Puis, sans donner la moindre explication à qui que ce soit, il a pris la direction d’un hôtel de la place à Yorodiambougou.

    Tirs de sommation

    Comme s’il avait perdu la raison, il s’est mis à tirer à torts et à travers dans le vide. Très probablement, c’était dans le but d’effrayer non seulement les occupants de l’établissement hôtelier, mais aussi tous ceux qui habitaient dans le voisinage. Pendant qu’il s’adonnait à cœur joie à ce jeu dangereux, un citoyen a rapidement pris contact avec les limiers pour leur expliquer brièvement ce qui était en train de se passer à l’endroit ci-dessus cité.

    L’informateur a raconté  aux policiers que l’individu faisait des tirs de sommation dans le vide.

    Sans perdre la moindre seconde, les éléments de la Brigade de recherches, conduits par le lieutenant de police, Fodé B Koné, ont rallié les lieux. Mais le tireur fou qui avait pressenti l’arrivée imminente des policiers, a préféré prendre la poudre d’escampette. Dans la foulée, ces derniers ont entamé des recherches pour le retrouver. Quelques heures ont suffi pour qu’ils lui mettent le grappin dessus. Vers 21 heures, le lieutenant de police Koné et ses éléments l’ont localisé, coincé et interpellé pour le conduire dans leurs locaux.

    Interrogé sommairement, le bonhomme n’a pas hésité à tout nier. Décidés à clarifier l’affaire, dès le lendemain matin, les limiers ont perquisitionné son domicile. Cette action leur a permis de mettre la main sur de nombreux matériels militaires, notamment un béret de l’Armée de terre et une paire de menottes. à ces objets, s’ajoutent une machette, des canifs, un trousseau de clés servant à déverrouiller les engins à deux roues.

    Les policiers ont également mis la main sur une quantité de munitions de pistolets automatique de fabrication russe et des pistolets mitrailleurs. En outre, dans l’antre du bandit, ils ont saisi une carte militaire professionnelle falsifiée en son nom, avec le grade de lieutenant de l’Armée nationale.

    Aux yeux de plusieurs habitants du quartier, AG serait un véritable bandit de grand chemin, mais il s’habillait régulièrement et correctement en tenue militaire. Cependant, les policiers ont estimé que cela n’est pas une excuse pour justifier son comportement. L’homme a été déféré au parquet du Tribunal de grande instance de la Commune VI du District de Bamako pour braquage à main armée et détention illégale d’armes à feu.

    Commentaires via Facebook :

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here