Histoire.. … d’un mendiant

    0

    La conjoncture économique actuelle est dure. Et tout bon citoyen la sent et la vit. Les nombreux mendiants qui ne vivent que d’aumône en sont les principales victimes.

    Ainsi, pour joindre les deux bouts, ce jeune mendiant a cherché et trouvé un subterfuge pour obliger ceux qui ont quelque chose à se mettre sous la dent à lui donner sa part.

    La tactique du mendiant lui a réussi à travers tout Bamako jusqu’au 2 Octobre dernier quand les Dieux de l’escroquerie le lâcheront.

    En effet, le parasite qui se porte à merveille force l’entrée des concessions, se roule par terre se tord et se retord “de douleur” et réclame gémissant, la somme de 1500 FCFA pour consulter son marabout-soigneur.

    Sans cela, ajoutait-il, “permettez-moi de mourir ici”.

    Paniqués, tous ceux qui ont reçu la visite du mendiant “mourant” ont dû s’exécuter pour ne pas héberger un cadavre.

    Après avoir escroqué plusieurs chefs de familles, le ‘’pauvre’’ mendiant s’est effacé du quartier Daoudabougou pour continuer son “travail”, cette fois, à Sogoninko.

    Ce que qu’il ignorait cependant, c’est que, les nouvelles courent très vite et son histoire avait déjà été enregistrée dans le quartier. C’est ainsi que, notre mendiant, ‘’mourant’’ vers 18 heures en ce 2 Octobre s’est introduit dans la famille du vieux Mr Sidibé déjà au parfum du comportement du jeune ‘’stratège’’.

    Comme d’habitude, le délinquant s’est roulé par terre, tordu et retordu, gémissant avant de prononcer sa macabre phrase : “permettez-moi de mourir ici”.

     

    Le vieux Sidibé (enseignant à la retraite) est alors rentré dans sa chambre s’empara d’un sabre, et avança furieux vers le “moribond”.

    Ce dernier, à la surprise générale s’est du coup relevé … . Et  hop ! Une véritable fusée !

    Les jeunes qui l’ont poursuivi à moto n’ont pu le rattraper.

    Notre mendiant avait les jambes  solides et très agiles.

     

     

    Boubacar Sankaré

    Commentaires via Facebook :

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here