Litige autour de la parcelle n°1278 sise à Sogoniko : un faux problème entretenu par des conseillers du chef de quartier

    2

    La parcelle de terrain objet du titre foncier n°1278/CVI vol Fol inscrit au livre foncier du District de Bamako d’une superficie de 14 ares 03 centiares sise dans le quartier de Sogoniko en Commune VI fait l’objet d’un litige. Un faux problème monté de toute pièce des conseillers du chef de quartier puisqu’il appartient légalement à l’opérateur économique, Sadio Bathily.

    La parcelle de terrain objet du titre foncier n°1278/CVI vol Fol inscrit au livre foncier du District de Bamako d’une superficie de 14 ares 03 centiares sise dans le quartier de Sogoniko en Commune VI n’est pas un espace vert. Elle a été déclassifiée par l’arrêt N°473 du 25 juillet 2019  de la Cour Suprême qui annule le décret 02-327/PRM du 05 juin 2002.  L’opérateur économique, Sadio Bathily, document à l’appui, affirme avoir acheté la parcelle en question avec la famille Tounkara, propriétaire du terrain.

    Disposant de toutes les pièces requises, autorisation de construire, arrêt de la Cour Suprême, l’opérateur économique a entamé la construction de sa parcelle. Toutefois, dès le début des travaux, il  dit avoir  été approché par des jeunes de Sogoniko qui contestaient la réalisation des travaux. Une fois la réalité connue, ceux-ci sont très vite revenus à la raison. C’est ainsi qu’ils lui ont sollicité de l’aide. Celle-ci consiste au pavage des alentours de la mosquée, à la réalisation de deux forages et enfin à l’achat d’un groupe électrogène pour le Centre de Santé pour le quartier.

    Toute chose que Sadio Bathily s’est engagé à réaliser et un protocole d’accord, dont nous avons reçu copie, a été signé entre les deux parties dans lequel les jeunes s’engagent à ne plus poser d’actes allant à l’encontre des intérêts de Monsieur Bathily. Autrement dit à lui laisser la jouissance de sa propriété sans entrave.  L’opérateur économique affirme avoir depuis tenu  ses engagements.

    Mais contre toute attente, un groupuscule de jeunes, manipulé  par des conseillers du chef de village dont Souleymane Dagno, ancien maire de la Commune VI,  et Mamadou Sissoko, est venu saccager toutes les installations au motif qu’elles sont construites  sur un espace vert. Lesdits conseillers auraient selon de bonnes sources frauduleusement vendu la même parcelle à une autre personne, qui leur réclame son dû.  Face à cette situation, Sadio Bathily a décidé de porter plainte devant la justice. C’est ce qui a valu la condamnation ferme pour 5 ans de deux personnes, dont Dramane Coulibaly dit Baco, reconnues coupables de la destruction des biens d’autrui.

    Des  pertes estimées à plusieurs dizaines de millions

    Selon Sadio Bathily, après  la condamnation des jeunes, 11 chefs de quartier lui ont  supplié de retirer sa plainte tout en reconnaissant qu’il est l’unique propriétaire du TF 1278 sis à Sogoniko. Face à la demande pressante des vieux et du quartier et pour calmer la tension, il a accepté de retirer sa plainte. Un nouveau protocole d’accord a été signé entre les deux parties. Ce qui a permis la libération des deux jeunes.

    Mais c’était sans les connaitre. Puisque trois jours après leur libération, ils ont poussé les jeunes à aller saccager de nouveau ses installations. « J’étais obligé de me retourner encore devant la justice. Ils ont été de nouveau enfermé », a-t-il relaté. Les jeunes et les  conseillers du chef du village tapis dans l’ombre, ont sans succès,  épuisés toutes les voies de recours. Le dernier revers en date a eu lieu lors d’une rencontre au ministère des Domaines où le chef de quartier de Sogoniko a affirmé sans ambages que Sadio Bathily est l’unique propriétaire de la parcelle.

    Aujourd’hui Sadio Bathily qui affirme avoir perdu plusieurs dizaines de millions de FCFA (Ndlr, plus de 70 millions puisque les installations ont été saccagées à cinq reprises), ne souhaite que construire sa parcelle légalement acquise. Ce qui lui a obligé de faire recourir au service des forces de  l’ordre.

    Abdrahamane SISSOKO/Maliweb.net

    Commentaires via Facebook :

    2 COMMENTAIRES

    1. Le mieux c’est de te renseigner très bien, ce litige est très confus. Quelqu’un à usé de sa position dans l’administration pour créer ce problème.

    2. C’est dommage, certains habitants de ce quartier croient encore qu’ils peuvent tout faire impunément au motif qu’ils ont des affinités avec la famille de ISSA SANGARE(Ancien chef de quartier, que son âme repose en paix). Pourtant, ils oublient que ce dernier n’a jamais cautionné des choses pareilles, de son vivant.
      Ayant passé mon enfance dans le quartier, je sais que ce site n’a jamais été un espace vert, nous l’appelions: SÔMON TOU .
      Il a appartenu à la famille TOUNKARA au sein de laquelle nous avions des camarades comme Sada et Oumar dont le sobriquet était Sômon tou Oumar.
      Donc, qu’on cesse de distraire les gens car tous les autochtones savent la réalité.

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here