Scandale à Baco-Djicoroni ACI : Le promoteur du CFI jette dans la rue sa femme et ses 8 enfants

    0

    Après plus de 35 ans de mariage, la dame Kadiatou Traoré aujourd’hui âgée de 60 ans et ses 8 enfants ainsi que tous leurs bagages ont été expulsés hier matin de leur maison. Une maison qui appartient curieusement au mari de la dame et le père des 8 enfants Ouané Sangaré, promoteur directeur général du Centre de Formation Industrielle (CFI), du lycée Dagaba Sangaré (LDST) ainsi que du lycée technique Farima Sangaré (LTFS).

    Le plus troublant est qu’au moment du passage de l’huissier exécutant de la grosse de l’ordonnance N°1067 TPICV du District de Bamako en date du 15 juin 2010 rendue par le président dudit tribunal, Hamet Sam, le pauvre dame se trouvait dans son village natal c’est-à-dire hors de Bamako au chevet d’un de ses parents malades. Une absence qui n’a nullement gêné Me Hamidou Coulibaly, huissier de justice, d’expulser la dame Kadiatou Traoré du local occupé sis à Baco-Djicoroni et appartenant à son mari Ouané Sangaré et ses huit enfants qui sont tous élèves à part les deux premiers qui sont déjà versés dans la production. Les habitants du quartier de Baco-Djicoroni ACI médusés ne comprenaient pas comment un éducateur peut humilier de la sorte une femme qui lui a donné 8 enfants et avec laquelle il a passé 35 ans de vie commune.

    Joint par téléphone, le mari Ouané Sangaré nous dira qu’il n’a rien à dire et que cette affaire dure depuis 5 ans. Mais selon l’extrait des minutes du Greffe du tribunal de première Instance de la Commune V du District de Bamako dont on a pu avoir copie, Ouané Sangaré qui a contracté mariage avec Kadiatou Traoré le 15 juillet 1976 au Centre de l’arrondissement de Kassaro a sollicité le divorce de dame Traoré pour divers motifs : le manque d’entretien car la dame Traoré ne s’occupe ni de son mari, ni des trois enfants mineurs de sa deuxième épouse en refusant de laver les habits et de préparer les repas. Selon l’avocat de Ouané Sangaré, «son client ne refuse pas de manger les plats préparés par sa femme mais l’a surprise en train de mettre dans un plat des produits mystiques, susceptibles de porter atteinte à sa santé».

    Mais selon les conseils de Kadiatou Traoré, le cabinet Maya et Me Soyata Maïga, ces allégations sont fausses. En vérité, Ouané Sangaré veut simplement se débarrasser de sa femme, soulignent-ils. Et qu’au contraire, il ne s’occupe plus de sa femme depuis un certain temps. Ouané Sangaré va jusqu’à refuser de payer les médicaments de sa femme qui est hypertendue et diabétique.

    Selon les voisins de quartier, tout le problème de Kadiatou Traoré avec son mari a commencé après la mort de sa coépouse. Leur mari, Ouané Sangaré, pense que c’est Kadiatou Traoré qui serait à la base de cette mort. C’est pour cette raison qu’il a déclaré une guerre sans merci contre sa première femme et ses huit enfants. Ces derniers qui sont à la charge exclusive de leur grande sœur, adjudant chef à Bollé femme, ne savent plus à quel saint se vouer. Le seul bien paternel qui leur restait à savoir la maison sise à Baco-Djicoroni ACI vient aussi de leur échapper. Est-ce à dire donc que Ouané Sangaré tente aujourd’hui de les déshériter ? N’a-t-il pas une obligation alimentaire envers ses jeunes enfants qui sont encore à l’école ? Pourquoi sont-ils les victimes collatérales de cette bataille qui oppose leur père à leur mère ? Ce qui est sûr, ils sont étrangers à ce conflit familial. Innocents à cette guéguerre entre leurs parents, ils se proposaient hier lors de notre passage à déménager avec armes et bagages dans la deuxième famille de leur père qui est aujourd’hui occupé par une femme qui a l’âge de sa troisième fille.

    Birama Fall

     

    Commentaires via Facebook :