Situation à Kenieba : La préfecture et le domicile du Préfet incendiés

    18
    Kenieba
    La ville de Kenieba

    Les affrontements entre les populations et les forces de l’ordre se poursuivaient à Kenieba. Les manifestants ont incendié la Préfecture et le domicile du Préfet. Des batailles rangées entre manifestants et forces de l’ordre se déroulaient dans le centre de la ville qui se trouve en état de siège.

    Le bilan fait état d’un manifestant tué et d’un autre qui aurait perdu un œil et évacué d’urgence sur Bamako.
    À l’origine des violences, les critères d’embauche dans la mine de Gounkoto jugés “discriminatoires” par les jeunes de Kenieba.

    Regroupés dans une association dénommée Bureau Communal de la Jeunesse, ils ont déclenché un mouvement de protestation en prenant le contrôle de la mine de Gounkoto qu’ils ont mis à l’arrêt.

    Durant trois jours, les négociations engagées avec la Direction de Randgold n’ont pas permis de trouver une issue à leur revendication fondamentale qui est la reprise automatique des jeunes qui ont effectué des stages de plusieurs mois au sein de la société mais qui sont royalement ignorés au détriment de la main d’oeuvre en provenance de Bamako ou d’ailleurs au moment des recrutements. Ils y voient des pratiques mafieuses qui jurent avec les principes de l’équité et de l’égalité.

    Les nombreux appels du pied des autorités administratives du Cercle auprès desquelles l’affaire fut déférée n’ont pas permis de lever le siège de l’usine.

    C’est l’ultime médiation de l’huissier Sylvain Famakan Keita qui a permis de faire bouger les lignes. Après la levée du siège par les jeunes qui ont opté pour des négociations, la direction de la société Randgold contre attaque.

    Elle fait un constat d’huissier de l’arrêt de la production, met en branle une procédure de sanctions disciplinaires de responsables du Bureau Communal employés dans la mine, lesquels écopent des suspensions et des demandes d’explication, des poursuites judiciaires qui se traduisent par des interpellations à tour de bras.

    Ulcérés et dépités par la tournure des événements, les jeunes multiplient les rencontres avec les autorités communales, les leaders traditionnels afin d’éviter que la contestation ne prenne une tournure dramatique. Ils se rendent auprès du Préfet pour lui demander d’agir. Celui ci, visiblement choqué par leur “attitude jusqu’auboutiste” leur oppose une fin de non-recevoir. Tout serait parti de cette entrevue qui aurait mis le feu aux poudres.

    La confrontation avec les forces de l’ordre a commencé et s’est étendue à la ville. Affaire à suivre….

    NOUHOUN KEITA

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER

    18 COMMENTAIRES

    1. PROCHAINEMENT CE SERA LA GENDARMERIE DE SADIOLA QUI VA PASSER A LA CASSEROLE. AVEC UN CB VEREUX QUI NE FAIT QUE DEPOUILLER LES PAUVRES ORPAILLEURS POUR QUELQUE MOTIF QU’IL SOIT. QUANT A LA MAIRIE C’EST AUTRE CHOSE . EUX ILS SONT PLUTOT PROCCUPES PAR L’ORPAILLAGE AU LIEU DE S’OCCUPER DE LA VIE DE LA POPULATION

    2. C’est navrant de le dire mais au Mali si on veut faire bouger les lignes il faut malheureusement passer par de tels actes de sauvagerie……….. Le pays est devenu une jungle…. Le plus fort insature sa loi et les plus faibles subissent, jusqu’àce que ces derniers, excédés, se rendent compte qu’en meute tels des loups, ils peuvent faire plier n’importe quel animal……. Et ce n’est que le début, attendons nous à ce genre d’actes dans tout le pays, il y a deux mois c’était à Fana, le mois dernier c’était à Ségou, ce mois à Kenieba…….. Vive la révolution de feu pour que naisse un Mali nouveau !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      • C’est le Mali……. Les autorités ne règlent aucun problème………. L’opposition et les groupes de pression s’en foutent (en tout cas tant que leur probabilité d’accession au pouvoire n’est pas réduite)………………………… Dans quelques années le Mali deviendra un désert!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    3. Dans certains pays, les gens donneraient cher pour avoir de simples cartes d’électeurs.

      Chez nous au Mali, le gouvernement nous les a offert sur un plateau et des jeunes abrutis de kenieba sont allés les brûler sur saut d’humour.

      Ils ont brûlé leur propre droit le plus élémentaire en démocratie : le droit de vote.

      Dommage ! Qu’ils ne viennent pas nous dire qu’on les a empêché de voter.

    4. Vous êtes entrain de détruire nos biens à cause d’un seul homme. Les manifestants ont eu tord de brûler la préfecture,ils ont dépassé les limites , car nous avons des dossiers intéressant là-bas des gens qui n’ont rien avoir avec ce problème. Cet acte doit être sévèrement puni par la loi.

      • Voilà au moins quelqu’un de sensé. Comment peut-on encourager le vandalisme au nom d’une revendication?
        Pauvres de nous!!!!

        • Le problème est que la réaction des jeunes est juste proportionnelle à leur frustration et à leur colère……. Il est temps que les autoriéts prennent un peu au serieux les jeunes de ce pays!!!!!!!!!!!!!!!

    5. Les magouilles doivent se cesser sinon les tensions se verront monter contre les auteurs. Ce régime risque de coûter très chère à ma patrie que le seigneur le Mali!!!

    6. Si on arrête pas ce régime très vite, il finira par brûlé tout le Mali !

      IBK a échoué sur tous les plans, maintenant il ne veut même pas organiser des élections. Tous les moyens sont alors bon pour rester. Même fomenter des troubles pour brûler des cartes d’électeurs font partie des stratège du régime fin de demeurer au pouvoir.

    7. Félicitations à la population de Kenieba!
      Les irresponsables ont encore tiré sur les civils !
      Prenez votre indépendance même, car le mali n’existe plus,juste une organisation de quelques bandits mafieux qui se font appeler PR-Pm,AN.

      • Tu es vraiment trop aigri et bête à la fois.

        Un idiot ne peut encourager que d’autres idiots.

        Ce sont des abrutis qui sont allés brûler leur propre droit car voter est un droit pour tout citoyen respectable.

        Dans certains pays, les populations donneraient cher pour avoir les cartes d’électeurs biométriques afin de d’accomplir leur droit de citoyens.
        Au Mali on nous les offert sur un plateau.

        Dommage.
        Nous avons une très mauvaise mentalité au Mali.
        Une mentalité qui nous met en retard.

    8. Nos Cadres décideurs sont des Citadins de Bamako. Ils n’ont pas le souci des Populations des zones rurales. Il y a bien des Cadres originaires des zones rurales, mais ils n’ont pas de pouvoirs de décision dans les hautes sphères de l’ETAT.
      C’est pourquoi les Ruraux devraient se montrer plus revendicatifs et ne rien céder quant à leurs droits… Sinon le progrès n’atteindra jamais nos zones rurales.

    9. Nos Cadres décideurs sont des Citadins de Bamako. Ils n’ont pas le souci des Populations des zones rurales. Il y a bien des Cadres originaires des zones rurales, mais ils n’ont de pouvoirs de décision dans les hautes sphères de l’ETAT.
      C’est pourquoi les Ruraux devraient se montrer plus revendicatifs et ne rien céder quant à leurs droits… Sinon le progrès n’atteindra jamais nos zones rurales.

    10. ” … responsables du Bureau Communal employés dans la mine, lesquels écopent des suspensions et des demandes d’explication, des poursuites judiciaires qui se traduisent par des interpellations à tour de bras… ” … /// …
      :
      Des poursuites judiciaires qui se traduisent par des interpellations à tour de bras… ?
      Pourquoi l’ETAT fait ça… ?

    11. Un pays sans loi et laisser pour compte. Un État irresponsable laisser au vouloir d’une population qui ne connaît pas son devant et son arrière. Tout le monde se croit tout permis et l’Etat ferme ses yeux sur les abus et les agissements hystériques.
      Pauvre de Préfet qu’ils malheureusement laisser tous ses biens et une famille traumatisée. Dans ce pays, ceux qui ne connaissent rien se prennent pour les décideurs au nom d’une certaine démocratie.
      Le Mali est dans un gouffre qui ne dit pas son nom.
      Dommage.. Dommage et encore Dommage !!!!!!

      Pour la République

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here