Suite à une condamnation par le tribunal de commerce : Les comptes bancaires de Turkish Airlines au Mali saisis

    2

    La compagnie aérienne Turkish Airlines vit de nos jours des moments très difficiles au Mali sur le plan judiciaire en raison de sa condamnation par une juridiction de la place à payer plusieurs millions de Fcfa en guise de dommages et intérêts à une de ses passagères.

    Pour rappel, la passagère en question a été dépossédée violemment de sa valisette à l’embarquement à Paris au mois de septembre 2019. Très choquée et bouleversée par cette démarche, elle avait porté plainte contre la compagnie turque devant le Tribunal de commerce de Bamako car à son arrivée dans la capitale malienne, après plus de 20 jours d’attente, ses affaires étaient introuvables.

    Comme nous le rappelions dans nos précédentes parutions, il a fallu qu’elle organise un sit-in dans l’enceinte de la compagnie à l’ACI-2000, accompagnée de sa fille, pour que les responsables de cette société de transport aérien prennent l’affaire au sérieux.

    Résultat, les bagages de la bonne dame ont été retrouvés, mais avec beaucoup d’objets manquants. Autre élément qui aurait plaidé en défaveur de Turkish, c’est qu’un de ses agents, après avoir retiré la valisette en question, l’a ouverte publiquement sans respecter les consignes édictées en la matière.

    C’est pourquoi, le Tribunal de commerce n’a pas hésité à décider que la plaignante soit remise dans ses droits. Et le 24 mars dernier, muni de la grosse délivrée par le Tribunal de commerce, un cabinet d’huissier très réputé de la place a saisi tous les comptes bancaires de Turkish Airlines pour la contraindre d’exécuter cette décision de justice.                                                                                    

     Kassoum THERA

     

    Commentaires via Facebook :

    2 COMMENTAIRES

    1. Si c’est pour condamner une société étrangère c’est vite fait. Alors que la Sonavie refuse de rembourser le reliquat des employés licenciés de la Semos SA depuis 2018. En tout cas, une chose est sûre , on va toujours continuer à dénoncer cette attitude mafieuse des assurances du pays en complicité avec certaines banques de la place. Comment des pauvres employés licenciés sans sous puissent joindre les deux bouts dans une situation pareille. Tous des pareils ces assureurs.

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here