Ouezzindougou : La place publique n°198 dans le viseur des prédateurs fonciers

0

Ils sillonnent les coins et recoins des nouvelles zones à la recherche d’espace qu’ils peuvent vendre : ce sont les spéculateurs fonciers. La place publique n°198 d’Ouezzindougou est leur nouvelle cible. Malheureusement pour eux, un regroupement de défense de cette zone “veille au grain” et ne veut laisser aucune chance aux vautours qui rôdent dans les parages.

 Sur le plan validé par le domaine, l’on n’a pas besoin de porter des verres pour se rendre à l’évidence que les spéculations sont orchestrées pour s’accaparer de l’espace public n°198, si ce n’est déjà fait car, comme une boule de neige, des constructions ont poussé. La zone qui est située à Ouezzindougou non loin de la gendarmerie est connue de tous comme étant un lieu public selon les dispositions légales du code domanial et foncier.

Malheureusement, les nommés Mamadou Doumbia, agent de la section domaniale et foncière à la mairie de la Commune rurale du mandé, Moriké Kéita, manœuvre de son état, Baba Kéita, président des commerçants détaillants de la Commune et leurs complices sont cités dans cette affaire comme véritables acteurs. A en croire la population, ces personnes citées méritent la guillotine, car elles ont trahi. Notre tentative d’en savoir sur leur version est restée vaine.

Mais on apprend d’une autre source proche du dossier que les spéculateurs prétextent que la zone est d’utilité publique. Or, selon la population, la zone est une servitude classée comme espace public, donc un droit pour les habitants de cette localité. Il est dépendant à toute autre personne de procéder à un quelconque aménagement au détriment des habitants. Une pratique que le regroupement de défense sous la houlette de Dr. Mamadou Lamine Traoré veut combattre.

Dès le début des travaux d’aménagements, Dr. Mamadou L. Traoré a attiré l’attention de la population pour qu’elle veille ensemble sur le bon déroulement des travaux. Malheureusement, ces travaux tournent au désavantage des habitants.

“Nous sommes dans un Etat de droit et nous faisons confiance à des plus hautes autorités, c’est ainsi que nous exigeons aujourd’hui la libération pure et simple de notre place publique ainsi que le rétablissement intégral de notre servitude conforment au plan de lotissement”, signale Dr. Malamine Traoré représentant du groupement de défense de la place publique n°198 de Ouinzindougou.

Les enquêtes révèlent d’autres noms réunis autour d’un réseau mafieux pour détourner carrément ce lieu public au détriment des habitants. La zone a déjà été montrée à beaucoup de personnalité du pays qui sont tous unanimes que c’est juste un complot de quelques personnes contre la population du quartier.

Avant que la situation ne dégénère, les autorités sont invitées à prendre à bras le corps cette affaire afin de bloquer la mauvaise intention.

Affaire à suivre !

La  Redaction

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here