Macron veut des rues aux noms de soldats africains pour leur rendre hommage

1

COMMÉMORATION – Un devoir de mémoire. Emmanuel Macron a participé ce jeudi 15 août à la cérémonie du 75ème anniversaire du débarquement de Provence, à Saint-Raphaël (Var). À cette occasion il a rendu hommage aux soldats africains qui ont donné leur vie pour la France et a appelé les maires de l’Hexagone à renommer des rues en leur mémoire.

“La très grande majorité des soldats de la plus grande force de l’armée française de la libération venaient d’Afrique: Français d’Afrique du Nord, pieds noirs, tirailleurs algériens, marocains, tunisiens, zouaves, spahis, goumiers, tirailleurs que l’on appelait sénégalais mais qui venaient en fait de toute l’Afrique subsaharienne, et parmi eux des Guinéens, des Ivoiriens. Et pourtant qui d’entre nous se souvient aujourd’hui de leur nom, de leur visage?”, a commencé, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus, Emmanuel Macron face à son auditoire.

Étaient notamment invités les présidents guinéen Alpha Condé et ivoirien Alassane Ouattara ainsi que de l’ancien président Nicolas Sarkozy.

“Qu’ils fassent vivre leur mémoire”

“Tous se sont unis contre l’ennemi nazi. Ils ont payé un lourd tribu. Ils sont des milliers à s’être sacrifiés pour défendre une terre lointaine et inconnue, une terre jusqu’alors jamais foulée, une terre à laquelle ils ont à jamais mêlé leur sang”, a-t-il poursuivi avant d’appeler les maires de France à renommer leurs rues et ériger des monuments en l’honneur de ces combattants africains morts au combat.

“Je lance aujourd’hui un appel aux maires de France pour qu’ils fassent vivre, par le nom de nos rues et de nos places, par nos monuments et nos cérémonies, la mémoire de ces hommes qui rendent fiers toute l’Afrique et disent de la France ce qu’elle est profondément: un engagement, un attachement à la liberté et à la grandeur, un esprit de résistance qui unit dans le courage”

“Ces combattants africains, pendant nombre de décennies, n’ont pas eu la gloire et l’estime que leur bravoure justifiait. La France a une part d’Afrique en elle. Et sur ce sol de Provence, cette part fut celle du (…)

Le HuffPost  Claire Tervé

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Quel comportement éhonté de la part de cet homme pétri d’injustice? Notre grand-père Toumani COULIBALY est mort à petit feu devant nous ses fils, filles, petites-filles et petits-fils avec une balle dans sa moelle lors du débarquement de Normandie; il a été renvoyé au Mali après la guerre sans paiement de sa pension de soldat français. Il est mort en 1962 après une tentative d’extraction de cette balle obtenue lors de la bataille de Normandie, il est mort sur la table d’opération du grand chirurgien Famory au Point G de Bamako.
    Quand ses crises commençaient, nous nous rappelons qu’il demandait un produit qui coutait très cher et ses moyens financiers ne pouvaient pas lui permettre de payer et nous sollicitons directement l’appui de son fils unique l’adjudant de gendarmerie Mamadou COULIBALY.
    Au lieu de corriger des injustices françaises de ce genre, le pauvre jeune Président se met à délirer pourtant les petits-enfants de ces tirailleurs sénégalais sont encore là dans la misère alors que la France a longtemps bloqué la pension de ces dignes fils d’Afrique parce que le premier régime post-colonial du Mali était socialiste, c’est honteux de la part de cette France qui se tait sur du mensonge.
    Au moins payez les pensions bloquées de ses tirailleurs pendant plusieurs décennies, ce geste soulagerait très fortement ces familles qui sont encore là.
    Personne ne peut se nourrir d’honneur simple, il faut que cela soit soutenu par des moyens financiers solides, surtout que dans de pareil cas ils sont largement mérités.
    Le labeur de ces braves soldats n’a jamais été reconnu ni par leur pays, le Mali, ni par la France à qui ils ont versé leur sang, c’est indigne et honteux de la part du Mali et de la France.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here