Gouvernement Modibo Keïta : Le Cas Bathily

7

Le bouillonnant ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Me. Mohamed Aly Bathily, a une foi de plus étonné plus d’un lors du forum des altermondialistes à Siby où il est allé jusqu’à suggérer la désobéissance civile aux populations pour faire barrage à l’accaparement des terres. La question est de savoir si le contexte dans lequel le ministre des Affaires foncière s’est exprimé peut justifier cette sortie qui est plus qu’une fronde. La lutte contre les prédateurs fonciers est une priorité, mais c’est surprenant qu’un ministre du gouvernement ait une telle posture. En clair, Me. Bathily est un cas dans le gouvernement Modibo Keïta, un exécutif qui souffre d’un manque criard de solidarité.

Mais il faut s’attendre à tout de la part de ce ministre que d’aucuns voient comme un populiste pur et dur qui accompagne le président IBK depuis la prise de fonction de ce dernier en 2013. Cette année-là, aussitôt nommé ministre de la Justice, c’est d’abord avec les magistrats que Me. Bathily a croisé le fer au motif de nettoyer le corps trop malade de la famille judiciaire, responsable de bien de bien de corruptions aux yeux des Maliens lambda.

L’arrestation de magistrats soupçonnés de corruption avait alors fait grands bruits à travers le pays pour la grande joie de certains citoyens. De mémoire de Maliens, jamais un juge n’avait été enquiquiné pour fait de corruption. Mais l’onction populaire n’aura pas permis à Bathily de faire long feu comme garde des sceaux, surtout que les magistrats s’étaient ligués pour le combattre à visage découvert.

Son départ du portefeuille de la Justice a certainement évité au gouvernement de mauvais rêves, puisqu’on n’a plus jamais entendu parler le syndicat des magistrats brandir la menace d’un débrayage. Les vives critiques par la presse interposée entre le garde des sceaux et les magistrats ont également cessé depuis que Bathily est devenu ministre des Domaines de L’Etat et des Affaires foncières.

C’est à ce titre que Bathily en est venu à proposer la désobéissance civile aux populations, particulièrement celles qui souffrent de l’accaparement des terres en milieu rural comme dans en ville. Il ne fallait pas plus que la présence d’altermondialistes à Siby en début décembre pour aiguiser la fibre d’activiste de celui qui a été magistrat dans une autre vie, avant de devenir avocat. Après ses propos à Siby, beaucoup d’observateurs se sont interrogé comment on peut être dans le gouvernement et avoir une telle attitude?

Mais il ne faut pas perdre de vue que Bathily a toujours ressemblé à un frondeur au sein du gouvernement. C’est également lui qui a mis les pieds dans le plat à l’Assemblée nationale, en évoquant le manque de solidarité du gouvernement à travers des déclarations très graves. Au sujet de la démolition des maisons de Souleymanebougou, il a ainsi déclaré que le mot démolition est d’abord venu d’un autre ministre et que ce n’est pas lui qui commande les Gendarmes et les bulldozers qui ont détruit les maisons.

Soumaila T. Diarra

 

 

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Il est impossible de gérer cette situation des bandits des terres de nos village dans le “omerta” qui caractérise les maliens d’aujourd’hui. Personne n’aime la vérité, le silence coupable est partout; quelle honte pour un peuple qui était parmi les plus braves d’Afrique, c’est d’ailleurs pourquoi les grands empires y ont existé depuis la nuit des temps. Que les enfants issus de ces grands empires deviennent des menteurs, de voleurs et des tricheurs, cela est un paradoxe, une situation inexpliquée et inexplicable. C’est diable qui s’est emparé de ces enfants issus de ces grands empires. Mais, force est de reconnaitre que cet avatar est une honte, une ignominie, une indignité, une irresponsabilité. Le silence ne règle rien, le silence n’arrange rien, le silence transforme les hommes en animaux. Qu’Allah le tout puissant protège et aide le Mali.

  2. IL FAUT DIRE A BATHILY DE RÉGLER LE PROBLÈME DE LA DESTRUCTION DE L’ÉCOLE AU MALI.
    QUAND CE PROBLÈME TRANSVERSAL SERA RÉGLER ET AUTOMATIQUEMENT TOUT LE RESTE MÊME LE PROBLÈME DE L’ACCAPAREMENT DES TERRES

  3. Le premier corrupteurs et des corrompus ces les députes de l’assemblée nationale deuxième les magistrats maliens troisième ces les gouverneurs et les préfets ensuite … 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

  4. On faira tout pour que Me Bthily se taise. Au Mali , on n'aime pas la vérité.Ce Mr a eu le privilège d'avoir l'occasion de dire tout haut ce que tout le monde sait sur la société malienne.C'est au Mali qu'on décore les voleurs ,voyous et les prédatuers de tout genre.Je sais que Bourama va vite faire de se débarasser de ce noble fils du Mali. Mali! à quand la fin des pilleurs? Dieu tout puissant, nous implorons ton aide pour que Me Bathily continue à clamer plus longtemps la vérité(Amen)

  5. Bathily est le seul ministre de la république qui sort des chemins battus en posant des actes qui vont dans le sens de ce qu’attendait le peuple de IBK.
    On se plaint de la corruption et du laisser-aller et, populiste ou pas, Bathily est le seul ministre qui nous montre qu’il lutte contre ces fléaux.

  6. Ce qui saute à l’Å“il c’est que le ministre Bathyli n’a apporté aucune réforme au service des domaines qui vit de malaise en malaise chaque jour.
    C’est pourquoi un Député a souhaité la suppression pure et simple du département des domaines.

    • Il existe une bande de crapules au Mali qui ne cessent de transgresser la loi qui fait que dans ce pays il n’y a pas un État de droit. Cette bande n’a pas de respect pour des ruraux qui sont les gardiens de la tradition de notre pays.
      Ces crapules se trouvent dans tous les composants du pays qui ont donné naissance à climat mafieux dans la capitale aussi bien que dans les régions du Mali par les biais de leurs réseaux.
      Soyons patriotes à tous égards si nous tenons à ce pays avant qu’il ne soit trop tard.
      Me Bathily a raison car on ne peut pas se prononcer homme de droit d’un pays et aller prendre du thé avec des imbéciles dépourvus de toute logique, du développement environnemental, dans un combat où tout est lié.
      Mr le journaliste, on ne faut pas gérer le Mali sans fouet sous les mains.
      Il faut que nous sachions une chose à apprendre à bouter les faux patriotes qui mettent ce pays dans la boue avec les sous volés dans nos caisses en se faisant passer en plus sous nos yeux pour des fils des fondateurs du Mali ou de nos grands guerriers alors qu’ils avaient même du noir.
      Bref, en tout cas, il ne sert à rien de dire des médisances sur cet homme ou ceux qui aiment notre pays en essayant d’opposer sans aucune matérialité ces naïfs victimes de l’obscurantisme voulu de tout moment.

Comments are closed.