Attaques jihadistes à Nara et Fakola : A qui profite le crime ?

0
djihadistes
photo archives

Nous sommes Maliens. Oui, nous sommes tous solidaires quand il s’agit de morts d’hommes. Notre pays, le Mali, est victime en ce moment d’attaques des jihadistes. Il y a eu des morts et pas des moindres. Nos soldats! Nous les pleurons. Nous sommes solidaires des blessés. Nous sommes tous des blessés quelque part. Nos larmes sont encore toutes chaudes sur nos joues.

Mais nos larmes ne doivent pas nous empêcher de nous poser des questions. A qui profite le crime ? Si beaucoup comme nous pleurent sincèrement, d’autres versent des larmes de crocodiles. Au fond d’eux-mêmes, ils avaient souhaité la survenue d’un tel événement dramatique qui pourrait leur profiter. « Ils », c’est Iyad Ag Ghali, ses disciples, ses alliés de terroristes, ses lèches-bottes. Quelques jours après les évènements dramatiques que le pays a connus, il serait certes malsain de faire place aux interrogations, aux spéculations et autres constats, tant le sang des compatriotes injustement assassinés par des obscurantistes aveuglés et les larmes des parents meurtris par le chagrin ne se sont pas encore asséchés. Cependant, il y a tant d’incohérences et d’attitudes inappropriées de la part des autorités du pays qu’on serait obligé de s’arrêter sur un certain nombre de faits troublants. L’attitude la plus bizarre pour ne pas dire la plus écœurante est certainement celle du ministre de la défense, Tiéman Hubbert Coulibaly. En effet, le ministre de la défense est sans réaction publique à la nation pour faire le point de la situation et nous dire qui étaient les auteurs de ce crime odieux perpétré sur les forces de défense et les symboles de l’Etat. Depuis son entrée au gouvernement, on a l’impression que l’homme a perdu sa langue. L’Homme qui, au lendemain du coup d’Etat du 22 mars 2012, ne pouvait contenir sa colère, s’enflammant, dérapant en actes et paroles, vilipendant les auteurs de ce coup de force. Or, on a vu l’homme, après le conseil militaire à Koulouba, d’un calme olympien et inhabituel avec un visage impassible et inexpressif. En déclarant péremptoirement à la presse, qu’il n’est nullement surpris de ces actes et au contraire qu’il fallait s’attendre à cela, le ministre Tiéman Hubbert Coulibaly a choqué l’opinion malienne en général et la pauvre population de Nara et de Fakola, en particulier. Revenons sur le film des événements : Tous les témoins oculaires présents sur les lieux de ces attaques sont formels et catégoriques : les kamikazes étaient en moto et non en voitures. Selon les mêmes, c’étaient des individus jeunes, mal habillés, et qui semblent ne pas bien connaitre les lieux, faisant des pas maladroits, un peu à droite un peu à gauche, avant de s’immobiliser et exploser subitement. Comment se fait-il, qu’ils ont pu s’introduire dans ces deux localités sans que les éléments des services de sécurité d’Etat ne soit au courant. Pourquoi à chaque fois, nos militaires sont-ils surpris par ces bandits armés? Alors que faire donc face, à cette nouvelle menace des jihadistes au sud du pays ?

Paul N’GUESSAN

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER