Au pouvoir depuis 30 ans : Le président tchadien Idriss Déby est mort au combat

1

Il a vécu avec la ferme conviction qu’il ne va pas mourir couché dans son salon, mais débout les armes à la main pour défendre son régime, sa patrie. Et il en a été ainsi. Le président tchadien, Maréchal Idriss Déby Itno qui venait tout juste d’être réélu selon les résultats provisoires de la Commission électorale, est décédé hier mardi (20 avril 2021) des suites des blessures reçues dans des combats contre des rebelles le week-end dernier . Son fils Mahamat lui succède à la tête d’un conseil militaire de transition.

«Le président de la République, chef de l’État, chef suprême des armées, Idriss Déby Itno, vient de connaître son dernier souffle en défendant l’intégrité territoriale sur le champ de bataille. C’est avec une profonde amertume que nous annonçons au peuple tchadien le décès ce mardi 20 avril 2021 du Maréchal du Tchad» ! Tel est le contenu du communiqué lu à l’antenne de TV Tchad par le porte-parole de l’armée, le Général Azem Bermandoa Agouna.

Pendant un instant, le Tchad a sans doute retenu son souffle. La rumeur venait enfin d’avoir une confirmation officielle. Et du coup, c’est une autre page du Tchad qui est tournée et toujours dans le sang. «Je ne mourrai pas dans mon salon», confiait le maréchal Idriss Deby Itno au journaliste Alain Foka. Et le président Tchadien est tombé au front, mort suite à des blessures subites lors des affrontements avec les rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad.

Idriss Déby, 68 ans, un militaire de carrière qui a pris le pouvoir en 1990 à l’issue d’un coup d’Etat et qui a été promu au rang de Maréchal en août dernier, venait d’être réélu pour un mandat de 6 ans avec 79,32 % des suffrages exprimés, selon des résultats provisoires énoncés lundi soir (19 avril 2021) par l’instance électorale nationale.

De nombreuses personnalités du pays avaient indiqué avant-hier que le chef de l’Etat s’était rendu samedi et dimanche sur le front opposant son armée à une colonne de rebelles qui avait lancé une offensive à partir de bases arrières en Libye le jour du scrutin, le 11 avril 2021. Les rebelles, que l’armée avait assuré avoir défaits dans les combats, avaient affirmé dans un communiqué que M. Déby avait été blessé. Mais, l’information n’avait pas été confirmée de source officielle.

Après près de 30 ans passés à la tête du pays, c’est la succession de ce leader énigmatique qui est en train de s’organiser dans un pays où les vieux démons claniques n’ont jamais le sommeil profond. Pour le moment, la constitution aurait été suspendue et le pays est désormais contrôlé par un conseil militaire dirigé par Mahamat Idriss Déby Itno, le fils de feu Idriss Déby. Ce conseil doit rester en place pour 18 mois.

Un acteur essentiel de la stabilisation du Sahel

Si pour certains Idriss Déby Itno était un dictateur voire un tyran, pour de nombreux Africains il reste un «héros» qui a joué un rôle déterminant pour éviter que la zone sahélo-saharienne ne bascule totalement entre les mains des terroristes. Même si on lui a toujours reproché de malmener son monde, notamment ses opposants, feu le président tchadien était souvent considéré (et à juste titre) comme un élément stabilisateur dans une région tourmentée, aux États aussi en faillite que la Libye, la Centrafrique ou le Soudan. Il est aussi vrai que dans un pays aussi profondément divisé entre les clans comme le Tchad, il faut plus de fermeté dans la gouvernance pour régner.

Ce rôle, il l’a joué à merveille dans notre région où les troupes tchadiennes continuent à accomplir une mission déterminante dans le combat pour la stabilité du Sahel au sein du G5 Sahel dont le Tchad est incontestablement le pilier militaire. On comprend alors que, au Mali, les premières réactions aient salué la mémoire d’un grand homme. Ainsi pour le secrétaire général de Gatia, Fahad Ag Almahmoud, «le Sahel perd ainsi son plus grand soldat. Je rends hommage à son courage et prie Allah pour l’accueillir au Paradis El Ferdous».

«Le Tchad vient de perdre son chef. Mort au combat, mort dans la gloire et l’honneur. Quel exemple d’engagement patriotique et africain que la vie d’Idriss Deby Itno ! Le Mali perd un allié, un soutien et un ami…», a reconnu Tiéman Hubert Coulibaly, président de l’UDD et ancien ministre, notamment de la Défense.

«Profonde émotion à la suite du décès sur le champ de bataille de Idriss Déby Itno, Maréchal du Tchad et un grand ami du Mali… Le peuple malien est reconnaissant pour la présence de leurs soldats à nos côtés. Souhait sincère d’un Tchad en paix et stable en ces instants troublés», a déclaré l’ancien Premier ministre Moussa Mara. Quant à l’ancien ministre des Affaires étrangères et président du Parena, Tiébilé Dramé,  il a rappelé que «les Maliens n’oublieront jamais l’engagement d’Idriss Déby Itno pour la liberté du Mali: de la vallée de l’Ametettaï dans l’ Adagh (2012) au Liptako Gourma (2021). L’héroïsme des soldats tchadiens fait partie de l’histoire du Mali».

Pour de nombreuses personnes interrogées dans la rue, «l’histoire retiendra que Idriss Déby a été un brave homme qui s’est sacrifié pour sa patrie». Ce qui est un immense honneur !

Naby

 

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. DEBY A ETE TUE PAR SON COUSIN
    IL n’a pas ete blaisé sur le front, il n’a pas recu une balle du camp adverse c’est bien son cousin qui a tiré sur le président DEBY son cousin qui était en même temps son proche garde du corps L’histoire est que le grand frère de l’assassin, ancien 1er ministres’était porté candidat aux dernières élections présidentielles. Idriss Deby a envoyé sa milice arrêter cet ancien PM, le jour de son arrestation la milice a tué sa mère qui était la tante de Idriss,cet assassinat a fait une grande colère au sein de leur tribu zakawa C’est un autre fils de la dame assassinée qui aurait tiré à bout portant sur lIdriss Pour éviter le désordre on préfère dire qu’il a été blaisé sur le champ de bataille.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here