En cinq ans, le G5 Sahel a échoué à faire ses preuves

3

Les bailleurs de fonds de l’alliance régionale, chargée tout à la fois d’une mission de développement et d’une mission de sécurité, s’impatientent face à l’absence de résultats. Notamment en matière de lutte contre le terrorisme.

L’Union européenne (UE), par la voix de sa haute représentante pour les affaires étrangères, Federica Mogherini, a annoncé, mardi 9 juillet, à Ouagadougou, l’attribution de 138 millions d’euros supplémentaires au G5 Sahel. Une rallonge qui doit permettre de renforcer les capacités militaires de cette alliance formée en février 2014par le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le ­Niger et le Tchad.

Celle-ci intervient alors que, comme l’a indiqué le lendemain, à Nairobi, le ­secrétaire général des Nations unies (ONU), Antonio Guterres : « Malheureusement, nous constatons que le terrorisme progresse. »

Créée en 2015, la force militaire de l’organisation n’a mené aucune action militaire d’envergure.

Le G5 Sahel est une structure à deux faces : développement d’un côté et sécurité de l’autre. Or, côté militaire, la force conjointe G5 Sahel, lancée en 2015, est sous perfusion de bailleurs de fonds qui pourraient finir par se lasser devant le manque de résultats opérationnels. Constituée de bataillons mis à disposition par les cinq pays membres, cette force est en effet toujours en phase d’installation et n’a encore mené aucune action militaire d’envergure et autonome. Pire, l’un de ses principaux postes de commandement, celui de Sévaré, au Mali, a été détruit en 2018 par les djihadistes.

Une promesse de 2,4 milliards d’euros

Or, la pression exercée par les bailleurs est énorme. « Elle pourrait être fatale au G5 »,explique un expert. Pour illustrer ce paradoxe, il cite le résultat de la conférence de coordination des partenaires, organisée le 6 décembre 2018, à Nouakchott, en Mauritanie.

A cette occasion, 2,4 milliards d’euros de contribution ont été promis pour financer, de 2019 à 2021, un plan d’investissements prioritaires, longtemps attendu et portant essentiellement sur des projets d’infrastructures.

…..lire la suite sur https://www.lemonde.fr

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. FAAROHW! VOS ENEMIS D HIER SONT VOS ENEMIS D AUJOURDHUI ET RESTERONT VOS ENEMIS DE DEMAIN! REVEILLEZ VOUS! VOUS N ETES PAS DES MUSULMANS MAIS BIEN DES ESCLAVES ENDORMIS!

    @WSR…..BIEN DIT!
    LES FRANCAIS ET LES ARABES ONT FABRIQUE DES SOUS-HOMMES QUI NE SE NOURISSENT QUE DES ESCREMENTS ABRAHAMIQUES ET NE RESPIRENT QUE LA PETTE ABRAHAMIQUE :)) ! CES CONS SONT APPELLES CHEZ NOUS “POLITICIENS”, “INTELLECTUELS”, ” RELIGIEUX”, “LETTRES”! TOUT JUSTE DES HEBETES ASSIMILES NULLARDS DEPRAVES RENEGADES, IDIOTISES ET ENEMIS DE LEURS PEUPLES ET DE TOUTE L AFRIQUE….

    • “LES FRANCAIS ET LES ARABES ONT FABRIQUE DES SOUS-HOMMES” Moi j’appelle ces sous-hommes : des francofous … C’est la triste réalité …

  2. Le G5 a échoué exactement, comme je l’ai dit …
    Et c’est tout a fait prévisible …

    Seuls les africains francofous, mettent en place un plan pour sécuriser leurs nations … puis ils vont mendier de l’aide aux pyromanes-pompiers oxydentaux …
    C’est juste pathétique !

    Ces pays produisent de l’or, du pétrole, de l’uranium, du fer… et ils sont incapables de taxer correctement ces secteurs pour financer leurs armées et leurs développements …
    Mais ils veulent que la franSS, cette éternelle fouteur de merde blanche, finance leurs armées, leurs industries etc …

    C’est une malédiction l’Afrique francofolle !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here