Insécurité grandissante à Dogofry : La population de Dogofry négligée

0

Depuis plus d’une année déjà, la commune de Dogofry est terrorisée par les djihadistes sous le nez des militaires. Les populations sont empêchées de vaquer à leurs activités librement. Elles ne peuvent plus aller aux champs au risque de prendre une balle dans la tête. Depuis, la population de Dogofry est entre la famine et la terreur causée par les djihadistes en présence des militaires. Pour pouvoir survivre, chaque famille dans la commune de Dogofry, a donné un homme pour en faire des donsos (les chasseurs). Et ce sont ces donsos qui protègent la commune en se battant jours et nuits contre les djihadistes.

Il ne se passe deux jours sans une attaque à Dogofry. Et à chaque attaque, l’armée arrive après la scène. Comme ce fut le cas de ce mercredi 10 novembre. Où les habitants du village de Bamako Coura K13 (un des villages de la commune de Dogofry) sont sortis pour aller aux champs battre le riz sous la protection des donsos. Pendant qu’ils étaient en train de battre le riz, ils ont été attaqués par les djihadistes. Au cours de cette attaque, deux civils ont été  tués et cinq ont été blessés.

Pour en savoir plus sur cette scène dramatique, un habitant de Bamako Coura K13 sorti par le miracle de Dieu sain et sauf de cette terrible attaque nous raconte les faits. Lisez son témoignage !

<<Le samedi 6 novembre, les djihadistes ont attaqué des habitants de notre village au champ alors qu’ils battaient leurs riz. Ce jour, ces habitants sans armes ont fui et les assaillants ont brulé tous leurs riz qui étaient regroupés en trois grands tas. Lors de cette attaque, nous avons appelé les militaires du camp de Diabaly à 15 km. Ils nous ont rassuré qu’ils viendront, mais nous ne leurs avons jamais vu. Après cette attaque, les villageois se sont réunis et tous ont convenu qu’il faut travailler collectivement sous la sécurisation des donsos (chasseurs). Ainsi décidé, le champ de M. Boubacar Sanogo dit Monteur a été retenu pour le travail collectif. Le mercredi 10 novembre très tôt le matin, tous les hommes du village sont sortis et ensemble se sont rendus au champ de Monteur, le plus grand propriétaire terrien du village. Les travailleurs sont accompagnés par les donsos qui vont les sécuriser durant le travail. 10 machines dont la plus grande majorité sont des batteuses sont mobilisées. Bref, tous les moyens possibles ont été mobilisés pour que tout le travail se termine en un seul jour.

Vers 9 heures, des coups de feu retentissent. Ce sont environs 100 djihadistes qui attaquent les positions des donsos en infériorité numérique. Alors nous qui travaillons avons éteint toutes les machines et nous nous sommes tapis dans les tiges de riz. Malheureusement, les munitions des donsos ont considérablement diminué au bout d’une heure de combat. Ceux-ci nous ont demandé à tous de fuir et ont appelé d’autres donsos ainsi que des militaires en renfort. Nous étions dans l’obligation de fuir sous une pluie de balles. La scène était digne d’un film de fiction. Il fallait vivre la scène pour y croire. L’affluence des balles était telle que nous étions obligés de nous courber à la moitié de notre taille pour courir. Constatant que nous cherchions à nous rendre au village, les assaillants ont essayé de nous barrer les voies d’accès au village. Heureusement, les donsos ont pu les retenir et nous nous sommes sauvés. Lorsque d’autres donsos sont arrivés en renfort, les assaillants ont fui.

Toutefois, ils ont brulé tout le riz ainsi que toutes les machines et 20 motos avant l’arrivée des renforts. Nous déplorons 2 civils tués lors de la fuite 5 autres blessés qui ont été transportés à Niono pour recevoir des soins. Ce bilan humain nous a agréablement surpris tant le niveau de la violence était élevé.

A seulement 15 km et à moins d’un km du goudron, les militaires se sont pointés après que les assaillants aient déjà commis leur forfait et pris la tangente comme cela se passe dans les films américains. Mais, nous leur avons montré la base des assaillants qui n’est pas loin de notre village. Ainsi, ils ont pris la route avant de rebrousser chemin quelques temps après. Ils nous ont dit qu’ils ont reçu le coup de fil de leur hiérarchie leur ordonnant de ne pas engager le feu.

Actuellement nous vivons dans la peur totale. Vers le côté de la base des assaillants, on ne peut pas s’aventurer au-delà de 500 mètres sans être la cible d’une balle. Nous sommes privés du bois de chauffe depuis plusieurs mois. Nous préparons avec du charbon qui nous est transporté par les transporteurs comme dans les grandes villes. Présentement, beaucoup de villageois envisage de vider les lieux. Bien que nous ne soyons qu’à 15 km d’un camp militaire et à moins d’un kilomètre du goudron sur lequel les militaires font des patrouilles tous les jours, notre sécurité est gravement menacée.

Nous avons appris que le pays a acquis des nouveaux aéronefs de combat mais nous n’avons pas senti cela ici. Nous nous demandons même à quoi sert la présence des militaires s’ils ne peuvent pas nous sécuriser. D’ailleurs, nous ne comptons plus sur les militaires. Car ils nous ont beaucoup négligé >>

Aminata SANOU

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here