Levée des check-points de Dan na Ambassagou : Le torchon brûle entre le Premier ministre et la communauté Dogon

0

Incapable de faire respecter sa décision de dissoudre le mouvement Dan Na Ambassagou, le gouvernement du Mali  à travers son premier ministre est au centre  d’une autre polémique.  La décision unilatérale  que certains qualifient  d’incohérente de Dr Boubou Cissé suscite la colère et l’indignation des femmes, des jeunes et du  Collectif  des députés du pays Dogon.

Dans un communiqué  en date du 24 février 2020, le gouvernement de la République du Mali annonce la suppression de tous les check-points  sur l’axe reliant Sévaré à Bankass dans un délai de cinq jours.

Cette décision se justifie selon le communiqué par la multiplication des check-points érigés et tenus par des hommes en armes sur l’axe reliant Sévaré à Bankass et sur d’autres axes à travers la région de Mopti. «Ces check-points illégaux constituent une atteinte grave à la souveraineté de l’Etat et sont des points d’insécurité pour les populations, dont la liberté de circulation se trouve ainsi entravée. Il s’agit en outre, de positions où des versements d’argent sont imposés aux paisibles voyageurs soumis à des contrôles au faciès ; toute chose intolérable dans un Etat respectueux des droits de l’homme», indique le gouvernement dans son communiqué.

Face à cette situation et la nécessité de rétablir l’autorité de l’Etat, le premier  lors de sa  visite dans  la région de Mopti a inscrit au Ministre de la Défense de prendre  les mesures légales soient prises pour rétablir l’autorité de l’Etat sur ces axes routiers.

Même dans le communiqué le gouvernement ne cite pas le nom de Dan Na Ambassagou, pour les observateurs  il s’agit  sans nul doute  du mouvement autodéfense  de Youssouf Toloba. On se souvient encore que Dan Na Ambassagou avait résisté à une première de décision de Bamako il y a plus d’une année.

Ce coup de pied de Boubou Cissé  semble être la goutte d’eau qui risque de déborder la vase.

En effet, cette décision a été mal accueillie  par la population du pays dogon et les politiques à travers le Collectif  des députés de cette région.

L’insécurité aidant, la population  du pays Dogon pense qu’avec l’absence de l’Etat  que les chasseurs  assurent la sécurité face à la montée en puissance des terroristes.

C’est la principale raison qui explique la colère de la communauté dogon depuis cette déclaration du premier ministre Dr Boubou Cissé.

En réaction au communiqué du gouvernement, le mouvement d’auto-défense dénonce la décision  de suppression  des cheik-points des éléments du mouvement d’auto-défense Dan Nan Ambassagou installés sur la route nationale 15 communément appelée route de poissons, reliant Sevaré, Bandiagara, Bankass, Koro frontière Burkina Faso. Youssouf Toloba et ses hommes enfoncent le clou. Ils dénoncent également  la visite  du locateur de la primature uniquement dans les villages peuhls.  Il s’agit d’Ogossagou et Diallossagou.

Dan Nan Ambassagou qualifie la méthode de Boubou Cissé de sélective et cite plusieurs villages qui ont été attaqués  entre le  17 et le 23 février 2020. Il s’agit de : Senguemana, Ogotanga, Simeni, Tengne, Guemeto Terely, Timissa, Bamba, Menthy, Dialaye, Sondongara, Donkono, Bankouman, Nema, Tanessogou. Ainsi, le Dan Na Ambassagou conditionne la suppression des check-points par la seule présence de l’armée malienne pour sécuriser la population.

De son côté, le Collectif des députés du pays dogon, dans une correspondance en date du 24 février 2020 adressée au premier ministre s’oppose à toutes les actions allant dans le sens de supprimer les  check-points. «La présence de ces check -points sur le tronçon comble le vide laissé par l’état dans cadre de la sécurisation des personnes et de leurs biens. Nous ne saurons donner notre approbation à votre décision. Nous vous conseillons de privilégier la voie du dialogue. Les check points pourront être levés dès que les conditions sécuritaires sur le tronçon seront assurées par les forces de défense et de sécurité», indiqué la lettre signée par le  député Issa Togo.

Si les parlementaires et le mouvement de Youssouf Toloba, ont apporté une réponse plus diplomatique à la déclaration du premier ministre, la plateforme des organisations de jeunes du pays dogons met le pied dans le plat. En effet, dans une déclaration conjointé en date du 25 février 2020, ce regroupement de la jeunesse dogon exige la démission de Dr Boubou Cissé et son gouvernement. Selon le communiqué cette volonté de supprimer les postes de sécurités des hommes de Toloba traduit l’esprit de vengeance qui anime le premier ministre. Ainsi, cette plateforme décide de ne plus reconnaitre l’autorité de Boubou Cissé et opte désormais pour la désobéissance civile.

Déjà, les femmes et les enfants ont donné le ton le dimanche dernier en bloquant  la délégation du Premier ministre dans les zones de Kori-Kori et Goundaga.

B A

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here