Mamoud Dicko sur RFI : «L’Etat a failli»

5

Invité d’Alain Foka pour parler de la négociation avec les djihadistes, ce dimanche 23 février, l’imam Mamoud Dicko a saisi l’occasion pour lancer des flèches au pouvoir en place. C’était au cours de l’émission ‘’Débat africain’’ sur Radio France Internationale (RFI)  délocalisée dans l’Amphi 2000 de la Fseg, à Bamako.

L’ancien Président du Haut conseil islamique du Mali (Hcim), l’imam Mamoud Dicko non moins Président de la Cmas n’est pas allé avec le dos de la cuillère. En répondant aux questions d’Alain Foka sur la négociation de Bamako avec Iyad et Kouffa sur les antennes d’RFI, il a fait savoir que tout cela est la conséquence de la faillite de l’Etat du Mali.

Mamoud Dicko dit avoir envie de sourire quand il entend les jeunes autour de la table dire que la laïcité, l’intégrité territoriale  et la constitution du pays ne sont pas négociables en aucune manière. Pour lui, le pays ne peut jamais savoir ce que veulent ces deux chefs djihadistes tant qu’il n’engage pas avec eux un dialogue sérieux. D’ailleurs, il pense que la ligne rouge dont on parle doit être protégée par l’Etat. Cet Etat, selon lui, déroge à ses missions régaliennes. Il demandera aux jeunes si le Mali est un pays démocratique. Cette question est restée sans réponse.

Interrogé sur les manifestations demandant le départ des forces étrangères du Mali, l’imam Dicko n’est pas parti par mille chemins. Sans ambages, il a répondu qu’il n’a pas été consulté  au sujet de leur arrivée et que le peuple ne l’a pas aussi été. « Si ces forces étrangères doivent partir ou rester, ceux qui les ont appelées sont des voix les plus autorisées pour le dire », a renchéri l’invité d’Alain Foka.

Présent sur le plateau, l’ancien Premier ministre et Président du parti Yelema dont il est candidat en commune IV au législatives de mars-avril prochain, Moussa Mara a confirmé qu’ils sont tous responsables de ce qui se passe au Mali. Pour lui, il faut arrêter de jeter l’anathème sur les autres. De son point de vue, le mythe de la responsabilité d’autrui empêche de voir ses propres erreurs.

Pour rappel, le secrétaire général du RPM et actuel ministre de l’Intégration africaine, Baber Gano, était l’un des invités de marque d’Alain Foka.

Bazoumana KANE

 

 

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Bonjour à vous tous. Moi je suis un intellectuel burkinabè devenu fermier et je suis dans un beau petit village du Burkina Faso où j’ai mes champs, mes vergers et mes troupeaux.

    J’ai bel et bien suivi cette émission de RFI d’Alain FOKKA. Ce qui a particulièrement retenu mon attention et qui m’a vraiment rendu heureux, c’est la manière dont s’exprimaient les étudiants et étudiantes maliens. Vraiment ils parlaient très bien, dans un langage propre et bien sensé. Les contenus de leurs interventions étaient bien pertinents. Tout ceci n’a rien à voir avec la mascarade que les étudiants du Burkina Faso nous avaient servi ici lors de leur entretien avec Emmanul MACRON. C’était du n’importe quoi avec des soi-disant étudiants qui s’exprimaient comme des analphabètes. Ils nous ont honni et ont donné l’occasion à MACRON de faire des foutaises à notre Président Rock Marc Christian KABORÉ.

    Mais des gens ont accusé le parti politique majoritaire, le MPP (Mouvement des Postes Perdus ou encore Mouvement des Pilleurs du Peuple) d’avoir mobilisé du tout-venant, même les mécaniciens de vélos et autres petits vagabonds pour remplir l’Université et montrer à MACRON qu’ils maîtrisent la situation. Mais ils ont payé casch ! Il y avait en effet des étudiants mais surtout des ”Nétidjans”. Ces voyous sont venus raconter du n’importe quoi dans un langage de rue et verser la figure du Burkina et de son Président par terre. Seule une fille est sortie de ce lot de fourmis-magnats, de sauterelles et d’oiseaux manges-mils aux gros jabots.

    Par Kôrô Yamyélé

  2. Le Mali est actuellement au trefond d’une fosse creusée par ses propres dirigeants qui ne savent même pas ce qui est pour le et ce qui ne l’est pas.Ils ignorent même le vrai sens de la responsabilité.Un homme qui est

  3. M. Alain FOKA n’avait pas en face de lui d’invités du peuple malien . Chacun a son propre agenda . L’imam Dicko veut reprendre sa mission avec les chefs djihadistes Moussa MARA ne vise que son election comme deputé. Me Baber GANO , malgré sa position dans le gouvernement est attendu à la Maison Centrale d’Arret pour des faits de corruption et de detournement de biens publics. Il a plus de souci pour lui meme que pour la Securite du Mali. Ils ne sont pas les seuls, les gouvernants actuels du pays se font moins de souci pour le reglement de la crise. Ils cherchent a se mettre à l’abri sachant bien que le pays va tomber entre les mains de ses ennemis, si ce n’est déjà fait. La fameuse armée reconstituée sous escorte des forces etrangeres est rentrée à Kidal .

    • Mamadou a ecouter Dicko nous comprenons tous que le Mali de Boua le ventru IBK est une Republique bananiere, et nous comptons sur la jeunesse pour se battre afin que le Mali reste laic, indivisible et une Republique avec une Constitution. Je pense que Dicko ne sait meme pas le sense de ces mots! Dommage! qu’il retourne dans sa mosquee et s’occupe de ses affaires religieuses et de la lute contre la grande corruption!

      • QU’IL RETOURNE DANS SA MOSQUEE ET S’OCCUPE DE SES AFFAIRES RELIGIEUSES ET DE LA LUTTE CONTRE LA GRANDE CORRUPTION MAIS IMAM DICKO EST LE PLUS CORROMPUS ET PLUS PIRE QUE CE QUI SONT AU POUVOIR IL A EU L’ARGENT OU POUR CREER SON PARTI SI C’EST PAS SA MEDIATION ENTRE GOUVERNEMENT ET IYAD ET A SA CELLULE AU PRIMATURE HONTE A LUI IL NOUS A TROP DECUS VRAIMENT TELLEMENT QU’ON COMPTAIT SUR LUI MAIS DOMMAGE HA L’ARGENT QUAND TU NOUS TIENS

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here