Négociation avec Iyad Ag Ghali : La charia ou rien

12

Dans un vocal en langue Tamasheq, Iyad Ag Ghali s’exprime sur la volonté de Bamako a négocié : « Nous n’avons pas pour le moment la possibilité d’arrêter les combats. S’il est nécessaire que nous ne nous attaquons pas au pays voisins, il n’y aucun problème, la charia l’accepte, quelque soit leurs croyances. Mais que personne n’espère nous faire dire des bêtises. Il faut que cette idée n’effleure l’esprit de personne. Celui qui veut négocier avec nous, doit d’abord accepté que nous sommes des musulmans, qu’il ne cherche pas à nous faire renier nos convictions. Parce que dans l’esprit de tous les états qui nous environnent ils n’acceptent la négociation que si tu cries haut et fort que tu reconnais la constitution nationale. Laissez-moi vous faire un compte-rendu des négociations auxquelles j’ai assisté il y a deux mois, il était exigé de reconnaître la constitution. Donc il est exigé de laisser la constitution divine au profit d’une constitution humaine. C’est une grande méprise à l’endroit des gens qui ont combattu jusqu’à à atteindre l’antre des serpents et leur demander ensuite de revenir au point de départ. S’ils nous demandent de négocier, pas de problème, voilà notre négociateur à chaque fois qu’ils auront besoin de nous. Mais nous exigeons une foi profitable pour nos populations, ou que tout le Mali soit couvert par la charia Islamique, ou que le pays devienne une fédération d’émirats dirigés par la charia pour ceux qui le veulent et par la laïcité pour ceux qui le veulent, nous n’accepterons plus que le drapeau de l’ignorance flotte au-dessus de nos têtes ».

Alors que le lundi 10 février, sur Radio France internationale (RFI) et France 24, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) a prôné le dialogue avec les chefs djihadistes actifs dans son pays

Ce dialogue qui pourrait être le tournant décisif dans la guerre menée au Sahel. Ce changement de stratégie sonne comme un constat d’échec de la méthode employée jusqu’ici.

Depuis son élection en 2013, le président malien n’a jamais manqué de proclamer publiquement son aversion pour ceux dont « une mare de sang nous sépare ». Reste que les déclarations martiales et les actions de « neutralisation », menées principalement par les soldats français, n’ont pas endigué la menace, loin s’en faut ; 2019 a même été l’année la plus meurtrière au Sahel. Selon les Nations Unies (ONU), les attaques terroristes au Mali, au Niger et au Burkina Faso ont fait au moins 4 000 victimes civiles et militaires.

En fait, le président malien est avant tout venu assumer ouvertement une pratique déjà discrètement à l’œuvre. Des contacts avec les djihadistes ont en effet toujours été entretenus pour permettre des échanges de prisonniers ; ce fut notamment le cas il y a un an, lorsque l’ancien commissaire de la police islamique de Gao a été extrait de sa cellule contre la libération d’un préfet et d’un journaliste.

Au cours de l’année 2019, un haut gradé du renseignement militaire et l’avocat Hassan Barry, sont allés rencontrer Amadou Koufa, le chef de la katiba Macina, dans le centre du pays. L’opération a bien eu l’assentiment des hautes autorités selon Hassan Barry, mais s’est arrêtée brutalement avec l’accélération des opérations militaires dans la zone et surtout l’arrestation de Barry, officiellement suspecté par la Direction générale de la sécurité d’Etat malienne d’entretenir des liens avec les djihadistes.

Depuis fin décembre, l’ancien président de transition, Dioncounda Traoré, l’homme qui avait signé la demande d’intervention de la France en 2013 quand les djihadistes contrôlaient le Nord malien et menaçaient de descendre sur Bamako –, a donc été mandaté pour écouter tout le monde. En premier lieu, Iyad Ag Ghali, chef du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), et Amadou Koufa, qui est allé porter le djihad dans le centre du Mali pour le compte de cette coalition affiliée à Al-Qaida.

Cependant, dans le communiqué final du sommet de Pau du 13 janvier 2020. Le président français Emmanuel Macron et ses homologues des cinq pays du Sahel présents avaient annoncé leur volonté de concentrer les efforts militaires sur la région des trois frontières (Mali, Burkina Faso, Niger) « en ciblant en priorité l’Etat islamique au Grand Sahara [EIGS] » d’Abou Walid Al-Sahraoui, qui a mené les dernières opérations les plus meurtrières

« Si discuter avec Iyad et Koufa est une voie de sortie de crise, pourquoi pas ! Il faut cependant être prudent car si l’on ouvre la porte à une application de la charia, cela deviendra difficilement contrôlable. Tout le monde veut aller à l’apaisement, y compris Koufa, mais selon quels termes ? », s’interroge un très proche d’IBK.

Sur quelle base négocier avec des djihadistes sans remettre en cause les fondements de l’Etat malien ? Par ailleurs, comment mener dans le même temps la lutte antiterroriste et le dialogue avec les insurgés ?

Mahamadou YATTARA

Commentaires via Facebook :

12 COMMENTAIRES

  1. Il n’y a rien a negocier avec ces djihadistes criminels.Il faut au contraire etre inplacable et intraitable avec ces maudits et les eliminer tout bonnement.Meme si cela prend du temps. Les droits humains sont les fruits d’une longue bataille pour l’humanite et la paix et la solidarite. Les chretiens du Mali tout comme les musulmans du Mali ont soif de la liberte ,possibilite de profiter de tous les droits pour vivire une vie riches en solidarite ,justice et charite.Ces profanateurs de toute region veulent des esclaves pour les emmener a Satan,enchyaines.La religion est dans le Coeur .C’est une communication directe de chaque homme avec Dieu.Dieu a un destin pour chaque creature humaine.Des voleurs de femmes,de violeurs de femmes, meme celles qui se sont consacrees a Dieu, n’ont aucune lecon a donner a quelque personne qu’elle soit chretien ou musulman.La seule solution est de les nettoyer du Mali du Tchad,du Niger et de Bourkina-Faso.Il faut parvenir a ce but par des moyens diplomatiques a empecher leurs financiers a acheter des armes de combat et recruiter des soldats djihadistes.Il faut boucler les routes de “drugs” et rendre impossible son commercialisation dans le monde entier ,Ensuite la Berkhane et les armees nationales pourront les eliminer le plus efficacement possible.

      • Il est pratique par des drogues a l’Opium Afghan! Tous utilisent cette drogue de Ossama Ben Laden au dernier, c’est leur drogue preferree et c’est pourquoi eux tous ont des contact frequents avec l’Afghanistan!

        • Les multiples mosques sont des temples DU debilisme islamique! Pour QUE le Mali emerge de la unit sombre islamique il faut combatted cette religion en la dechiffrant par miette et liberer les esprits de la peur de la Mort et l Apres Mort!

  2. IYAD TRAVAILLE POUR SES PERES LES ARABES! L AFRIQUE EST ENVAHIE PAR LES MOYEN-AGEUX MOYEN-ORIENTAUX, SANS AMES ET SANS VERGOGNE!

    ILS ENVAHISSENT PAR PROXY DE LEURS CONVERTIS ET OU METISSES EN AFRIQUE OU D EUROPE! LA VERMINE S ETAND SUR TOUT LE MONDE! LA COLONISATION DES MOYEN-AGEUX PAR PROXY, LA DESTRUCTION DES HUMANITES, LA SPOLIATION DE LA NATURE, L ACCULTURATION….

    IYAD PREND SES ORDRES DES ARABES ET DE NOS JUDEO-CHRETIENS, NE SEPAREZ PAS LA FRANCE DES ARABES, ILS NE SE COMBATTENT PAS ! ILS COALISENT CONTRE L AFRIQUE!

  3. IYAD A RAISON!
    IYAD N EST PAS UN FOU, LES AFRICAINS AU CONTRAIRE LE SONT!
    LES ARABES AUSSI BIEN QUE LES FRANCAIS N ONT BESOIN QUE DE NOTRE TERRE AFRICAINES, SI NOUS Y RESTONS , CE NE SERAIT QU EN ACCEPTANT LA BATARDISE ISLAMIQUE OU L ESCROQUERIE JUDEO-CHRETIENNE CAMOUFLEE PAR LA LAICITEE!

    LES AFRICAINS (OU COMME VOUS VOULEZ LES CAAFR, KAAFIRUH, KAAFR, FIRUUN,FIRHUN, FARAONS,PHARAONS) SONT DEPUIS DES MILENAIRES ATTAQUES CHEZ SOI, DETRUITS PAR LES ARABES ET LEURS COUSINS ABRAHAMIQUES PAR PROXY DES EUROPEENS, ILS NOUS PROPOSENT LEURS IDIOTIES DE RELIGIONS, LEURS LANGUES, ET LE METISSAGE DE GUERRE, LE BUT ,ESCLAVAGISER, EXPLOITER, ANEANTIR, FAIRE SUBIR UN GENOCIDE!

    LA TRAITE NEGRIERE LES MALADIES LES FAMINES, LES GUERRES, LES CONVERSIONS, LA PSEUDO CIVILISATION DES PSEUDOS SAUVAGES, ….TOUT POUR DEVASTER L AFRIQUE DES AFRICAINS…..

    DES IDIOTS AFRICAINS SE DISENT MUSULMANS CHRETIENS OU AUTRES PAR PEUR DE SE PROCLAMER EXISTANTS! AVEZ VOUS VU LES ARABES ALLER DECLARER LA CHARIA EN ISRAEL?

  4. Cet Iyad est vraiment un malade et un fou à lier pour avoir refusé la main tendue de IBK parce qu’ il semble oublié qu’ au delà de lui il y a le peuple malien Pour nous il n est rien d autre qu’ un criminel qui tôt ou tard sera jugé ou abattu par nos militaires Pour qui se prend il IBK pour préserver l honneur et la dignité doit suspendre toute négociation avec ce malade là Qu’ Allah protège notre pays

    • S IL YA UN ALLAH, IL EST DU COTE DE IYAD QUI SE BAT POUR LUI, CE ALLAH DE IYAD NE PROTEGERA PAS VOTRE MALI! VOUS ETES DES FOUS A IMPLORER LE DIEU DE IYAD ET D AUTRES QUI VEULENT VOTRE TERRE SANS VOUS! IDIOTS!

  5. bankassien, le mauritanien est tres pragmatique et tres realiste. Il n’a surtout pas peur de repliquer! Le mauritanien est respectueux et a une bonne connaissance de l’islam.
    Le malien a un sens de la dignite’ mais il tend a’ etre tres emotionnel!!! Quand on melange un sens eleve’ de l’honneur et de la dignite’ avec l’intense emotion,on se retrouve dans le domaine de la catastrophe!
    Mes amis, tant que vous refusez de reconnaitre que nous vivons dans un monde ou’ la morale et la raison ne gouvernent plus, vous aurez des problemes! Sachez que le monde exterieur n’ a pas de consideration pour vos… verite’s! Je vous conseille de developper des strategies sages pour tirer votre epingle du jeu!!! N’ACCEPTEZ PAS QU’ON JOUE SUR VOS EMOTIONS POUR VOUS POUSSER A’ FAIRE DES CHOSES QUI VONT CONTRE LES INTERETS SUPERIEURS DE NOTRE FASO!!!

  6. “S’ils nous demandent de négocier, voilà notre négociateur à chaque fois qu’ils auront besoin de nous. Mais nous exigeons une foi profitable pour nos populations, ou que tout le Mali soit couvert par la Charia Islamique, ou que le pays devienne une fédération d’émirats dirigés par la Charia pour ceux qui le veulent et par la laïcité pour ceux qui le veulent, nous n’accepterons plus que le drapeau de l’ignorance flotte au dessus de nos têtes”. A travers cette intervention, Iyad Ag Ghali ne donne pas un désaveux rejetant l’offre de dialogue du Président de la République. Elle a le mérite d’écarter Kouffa car ce dernier avoue ne pouvoir aller contre la position de Iyad. Par ailleurs, à travers l’option de fédération, Iyad s’éloigne de sa position initiale qui était “d’appliquer la Charia de Kidal jusqu’à Kolondiéba”. Il s’approche ainsi des objectifs des séparatistes du MNLA qui est ” la séparation/division du pays et/ou la fédéralisme”. Cela confirme une idée rependue qui fait des mouvements djiadistes, la suite logique du MNLA/CMA, selon le principe : “Il ne faut pas mettre tous tes œufs dans un même panier”.
    Au regard de ce qui précède, dialoguer est pertinent et inévitable, mais pas à toutes les conditions, surtout pas en position de faiblesse.

  7. Ceux qui vont commettre la betise de negocier un etat islamique avec des terroristes seront les premiers morts de leur erreur fatale.
    Si IBK et les autres sont aussi impuissants qu’ils demissionnent. Les maliens sont capables de nouer des alliances pour arriver a bout des terroristes. Une piste facile, signer un accord de cooperation avec Israel, vous aurez maxi 6 mois pour etre en paix. Quel est le secret de la mauritanie c’est parce que qu’elle a accepte de renouer les relations avec l’Etat d’Israel. Israel c’est la force des renseignements et la puissance technologique . Nosu sommes entrain de nous morfondre derriere ces pays arabes et nous perdons le temps.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here