Paris-Bamako, vendredis noirs : Trop de questions…Très peu de réponses !

5

La capitale du Mali, Bamako, a été secouée vendredi 20 novembre 2015 par une prise d’otages, menée par de présumés jihadistes à l’hôtel Radisson Blu. On déplore au moins 21 morts, selon le président malien IBK.

Pourtant, en juin dernier, un accord de paix avait été signé entre le gouvernement et certains groupes rebelles. Malgré cet accord, la violence se poursuit. Cela intervient juste une semaine après les attentats perpétrés à Paris en France, alors que le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, était en visite au Tchad.

Plus de neuf heures d’angoisse le 20 novembre à Bamako. L’attaque a commencé à 7h du matin et s’est achevée à 16h, suite à l’intervention des forces de sécurité maliennes. Les opérations de sécurisation se sont poursuivies jusque tard dans la soirée.

Deux des assaillants sont morts, l’un d’entre eux s’étant fait exploser. Mais le flou règne encore sur le nombre total d’assaillants. Les forces maliennes ont été aidées par des militaires étrangers présents au Mali en raison de la crise qui touche le pays depuis 2012.

La mise au point du ministre de la Sécurité

Après l’attaque sanglante, vendredi 20 novembre, de l’hôtel Radisson Blu de Bamako, le gouvernement a annoncé l’état d’urgence pour 10 jours et trois jours de deuil national à ce lundi. À cet effet, le samedi novembre passé le ministre de la Sécurité interne et la protection civile, Colonel-major Salif Traore accompagné par son homologue de la Défense et des anciens combattants, Tiéman Hubert Coulibaly, a fait un point de presse sur la situation. Le bilan définitif de cet acte ”attaque barbarie et terroriste”, 18 morts parmi les clients d’hôtel, 1 gendarme malien mort et 2 assaillants tués et 3 policiers légèrement blessés.

Le véhicule des assaillants muni d’une plaque diplomatique

L’attaque s’est déroulée dans un hôtel de luxe, le Radisson Blu. Des hommes armés, arrivés dans un véhicule porteur d’une plaque diplomatique, prennent d’abord d’assaut l’hôtel, avant de prendre en otages les occupants de l’établissement.

A l’intérieur, 170 clients de l’hôtel de 14 nationalités différentes. Ce lieu a l’habitude d’accueillir des étrangers et d’héberger des conférences internationales. Si plusieurs dizaines d’occupants ont pu sortir dès les premières minutes, d’autres ont attendu quatre heures dans leur chambre avant de retrouver la liberté avec l’arrivée des forces spéciales.

Au moins 21 morts

Les hommes armés se sont concentrés au « 7ème étage et ont tiré dans les couloirs », raconte une source sécuritaire. Puis, au fil de la journée, les clients ont été évacués par petits groupes par les forces de sécurité.

L’opération a pris fin au bout de sept heures. 21 personnes ont trouvé la mort dans l’attentat, selon le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, qui s’exprimait dans la nuit de vendredi à samedi à la télévision d’Etat. Plus tôt, un bilan des forces de sécurité faisait état de 27 morts.

Parmi les victimes figurent un Belge, haut fonctionnaire de l’Organisation internationale de la Francophonie, et un Américain. On ne connaît pas encore l’identité des autres personnes décédées. Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian a indiqué qu’aucune victime française n’était à déplorer.

Revendication encore à confirmer

En fin d’après-midi, selon un document sonore diffusé en soirée par la chaîne qatarie al-Jazeera, le groupe de Moktar Belmokhtar, al-Mourabitoune, a revendiqué la prise d’otages. Ce groupe, affilié à al-Qaïda, « est sans doute à l’origine » de l’attaque, a déclaré Jean-Yves Le Drian dans la soirée. Cette revendication est en cours d’authentification.

Réactions rapides des forces de sécurité

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, était au Tchad au moment de la prise d’otages. Il participait au sommet du G5 Sahel sur la sécurité. Il a aussitôt interrompu son séjour. Le président malien a salué « le professionnalisme des forces de défense et de sécurité du Mali ». Il a aussi remercié les pays étrangers qui ont aidé les forces de sécurité maliennes. Au moment d’ouvrir le sommet, l’hôte tchadien Idriss Déby est revenu sur l’attaque de Bamako et a condamné « de la manière la plus ferme cet acte barbare qui n’a aucun lien avec la religion».

À Paris, François Hollande a promis quelques heures après la prise d’otages le soutien de la France et a affirmé que Paris était «disponible» auprès de l’«ami malien» auquel il a renouvelé « toute [sa] solidarité et tout [son] soutien». «Nous devons encore une fois tenir bon» face à « cette présence barbare», a déclaré le président. Aux ressortissants français au Mali, il a recommandé de contacter « l’ambassade de France pour être protégés» et de «prendre toutes les précautions».

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a de son côté condamné dans la soirée une « attaque terroriste odieuse ». Vendredi soir, la Maison Blanche a pour sa part condamné avec « la plus grande force » l’attaque terroriste perpétrée contre l’hôtel de Bamako.

Au moins trois suspects «activement recherchés» après l’attaque du Radisson

Au moins trois personnes soupçonnées d’être impliquées dans l’attaque vendredi contre l’hôtel Radisson Blu de Bamako sont “activement recherchées”, a affirmé samedi à l’AFP une source de sécurité malienne. « Nous recherchons activement trois suspects qui pourraient être impliqués dans l’attaque vendredi de l’hôtel Radisson », a déclaré cette source, qui participe à l’enquête. Selon un bilan officiel malien, l’attaque contre le Radisson a fait 21 morts et sept blessés.

Etat d’urgence et deuil national après l’attaque de l’hôtel Radisson

Le gouvernement malien a annoncé un deuil national de trois jours et l’état d’urgence pour 10 jours à compter de vendredi minuit, après l’attaque sanglante d’un hôtel international ayant fait 27 morts à Bamako, revendiquée par un groupe jihadiste.

L’attaque avec prise d’otages, qui s’est terminée par l’intervention de forces maliennes et étrangères, survient une semaine après les attentats meurtriers à Paris, qui ont fait 130 morts et plus de 350 blessés et que le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqués.

A Bamako, 27 otages ont péri, selon une source militaire malienne. Parmi eux figurent un ressortissant américain, un haut fonctionnaire belge de la Fédération Wallonie-Bruxelles en mission à Bamako et trois ressortissants chinois, ont annoncé leurs pays respectifs.

Quant aux assaillants, « le dernier bilan est d’au moins trois terroristes tués ou qui se sont fait exploser », a affirmé la source militaire, estimant que leur nombre total ne dépassait pas quatre.

Forces spéciales

Dans la soirée, Al-Mourabitoune, le groupe du chef jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, a adressé revendiqué l’attaque dans un document sonore à la chaîne qatarie Al-Jazeera : « Nous les Mourabitoune, avec la participation de nos frères (…) d’Al-Qaïda au Maghreb islamique, revendiquons l’opération de prise d’otages à l’hôtel » Radisson Blu de Bamako.

Des forces spéciales françaises venues de Ouagadougou, au Burkina Faso voisin, ont participé aux opérations, « en assistance des forces maliennes », a expliqué vendredi soir le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian. À la mi-journée, la France, qui intervient militairement au Mali depuis janvier 2013, avait également envoyé une quarantaine de membres du Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) au Mali.

Sont également intervenus des membres de la Minusma (mission des Nations unies au Mali) et des militaires américains.

Immédiatement après la fin de l’assaut, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, qui a écourté son séjour au Tchad où il était pour un sommet des cinq pays du Sahel, a salué sur son compte Twitter «le professionnalisme des forces de défense et de sécurité du Mali et remercié les pays amis pour leur assistance».

L’attaque du Radisson Blu, prisé de la clientèle internationale, a débuté autour de 07H00 GMT et a duré neuf heures. Les assaillants sont entrés dans l’enceinte de l’hôtel au même moment qu’une voiture munie d’une plaque diplomatique. Les assaillants « parlaient anglais entre eux », a affirmé à l’AFP le célèbre chanteur guinéen Sékouba Bambino Diabaté, évacué de l’établissement par des forces de sécurité.

Au moins 14 nationalités

À la télévision nationale malienne, un client africain de l’hôtel a dit s’être enfermé dans sa chambre après avoir entendu des tirs d’armes automatiques dans le couloir. Ensuite, a-t-il témoigné, « les forces maliennes sont venues nous récupérer. Ils ont frappé à nos portes pour dire que c’est la sécurité. On était un petit groupe, ils nous ont évacués par les escaliers ».

Dans la matinée, le groupe hôtelier Rezidor, qui gère le Radisson Blu, situé dans l’Ouest de la ville, avait parlé de 140 clients et 30 employés dans l’établissement au moment de l’attaque. Des étrangers d’au moins 14 nationalités faisaient partie des quelque 140 clients, selon le ministère de la Sécurité intérieure et les autorités ou employeurs des pays concernés: Algérie, Allemagne, Belgique, Canada, Chine, Côte d’Ivoire, Espagne, Etats-Unis, France, Inde, Maroc, Russie, Sénégal et Turquie.

Cette attaque rappelle la prise d’otages du 7 août dans un hôtel à Sévaré (centre), qui avait fait 13 morts.

Le 7 mars, le premier attentat anti-occidental meurtrier à Bamako, visant un bar-restaurant, avait coûté la vie à cinq personnes, dont un Français et un Belge. Il avait déjà été revendiqué par Al-Mourabitoune.

La compagnie aérienne Air France, qui a annulé tous ses vols à partir de et à destination de Bamako, faisait état de 12 employés logés dans l’établissement qui ont été mis «en lieu sûr». Selon le ministre français de la Défense, «il n’y aurait pas de Français» tué.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Ils en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en janvier 2013, à l’initiative de la France, d’une intervention militaire internationale.

Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères. Les attaques jihadistes se sont étendues depuis le début de l’année vers le centre, puis le sud du pays.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a condamné vendredi «l’attaque terroriste odieuse» contre l’hôtel Radisson Blu de Bamako. M. Ban s’est déclaré «préoccupé par le fait que ces attaques se tiennent à un moment où des progrès importants sont constatés dans le processus de paix» entre le gouvernement malien et l’ex-rébellion à dominante touareg du Nord (CMA), qui ont récemment validé un accord de paix.

La Cma (Coordination des mouvements de l’Azawad), ainsi que les groupes armés pro-gouvernementaux (Plate-forme), tous signataires de l’accord de paix, ont également condamné la tuerie de Bamako.

Pour gagner la guerre, la clarté et la fermeté sont indispensables

Nous sommes en guerre. Nous aurions tort de ne pas l’admettre – ce serait même dangereux. Et pour gagner, la clarté, l’unité, la fermeté sont indispensables.

Depuis les attaques terroristes de janvier contre le magazine satyrique Charlie Hebdo et contre un supermarché kacher, les Parisiens savaient que la barbarie guettait au coin de la rue et qu’elle frapperait à nouveau. Mais c’est une chose de savoir, et de s’attendre au pire, c’en est une autre d’y être confronté dans la sombre réalité. Vendredi soir, la réalité nous a frappés de toute sa force. Nous sommes en guerre. Nous aurions tort de ne pas l’admettre – ce serait même dangereux. Et pour gagner, la clarté, l’unité, la fermeté sont indispensables.

La clarté dans l’analyse est aujourd’hui ce dont nous avons le plus besoin. Nous connaissons à peine notre ennemi, hormis l’intensité de sa haine et la profondeur de sa cruauté. Pour comprendre sa stratégie, nous devons le reconnaître pour ce qu’il est : un adversaire intelligent et – à sa manière – rationnel. Depuis trop longtemps nous le méprisons et le sous-estimons. Il est urgent que nous changions de cap.

Au cours des dernières semaines, la stratégie de terreur de l’État islamique a semé la mort dans les rues d’Ankara, de Beyrouth, de Paris et dans le ciel du Sinaï. L’identité des victimes ne laisse aucun doute sur le message. «Kurdes, Russes, chiites libanais, Français : vous nous attaquez, nous vous tuerons».

Le calendrier des attaques est aussi significatif que la nationalité des cibles. Plus l’État islamique essuie de défaites sur son sol ou perd le contrôle de territoires conquis en Syrie et en Irak, plus il est tenté d’externaliser la guerre pour décourager de nouvelles interventions. Ainsi les attaques synchronisées de Paris coïncident-elles avec la perte de la ville irakienne de Sinjar.

Certes, la cellule terroriste qui a frappé Paris n’a pas été montée au lendemain des derniers retraits de l’État islamique sur le champ de bataille. Elle était déjà en place, attendant (comme d’autres peut-être) qu’on l’active. Cela démontre la flexibilité tactique de l’État islamique, qui dispose de personnes prêtes au suicide.

Si l’État islamique a choisi cette fois, à Paris, de prendre pour cible des gens qui ne sont ni caricaturistes, ni policiers, ni juifs, c’est précisément parce que leur «banalité» les laisse sans protection. Cette fois, les attaquants ont privilégié la « quantité » sur la « qualité » (si l’on peut passer des termes aussi crus). Le but était de tuer le plus de gens possible.

Cette stratégie n’est tenable que parce que le territoire qu’il contrôle fournit à l’État islamique un sanctuaire et un terrain d’entraînement. Les territoires du califat autoproclamé sont pour lui ce que l’Afghanistan sous contrôle taliban était dans les années quatre-vingt-dix pour Al-Qaïda.

Nous devons absolument lui reprendre ce territoire. Et la destruction des «provinces» de l’État islamique en Libye, dans le Sinaï et partout ailleurs doit devenir pour la communauté internationale la priorité des priorités.

Outre la clarté que l’analyse doit dégager, il faut l’unité, et tout d’abord en France, où les citoyens rejetteraient leur classe politique si ses membres devaient persister, à un tournant historique aussi décisif, dans leurs divisions.

L’unité doit aussi être faite en Europe. On nous répète que l’Europe est en pleine crise d’identité, et qu’elle a besoin d’un nouveau projet. Eh bien l’Europe en a trouvé un. Être européen, cela signifie affronter ensemble le fléau de la barbarie, cela signifie défendre nos valeurs, notre mode de vie, notre façon de vivre ensemble, malgré nos différences.

L’unité est également nécessaire dans l’ensemble du monde occidental. La déclaration du président Barack Obama après les attaques de Paris montre que ce qui réunit l’Europe et les États-Unis a bien plus d’importance que ce qui nous divise. Nous sommes dans le même bateau, faisons face au même ennemi. Et cette conscience de l’unité doit s’étendre au-delà de l’Europe et du monde occidental, car l’État islamique menace des pays comme l’Iran et la Russie, sans parler de la Turquie, tout autant – sinon plus – que l’Occident.

Certes, nous devons être réalistes. Notre alliance de circonstance avec ces pays ne résoudra pas tous les problèmes entre eux et nous. C’est pour cela qu’outre la clarté, outre l’unité, nous avons besoin de fermeté, tant pour affronter la menace de Daech que pour défendre nos valeurs, plus particulièrement le respect de l’état de droit.

L’État islamique attend de nous que nous associons la lâcheté à une réaction excessive. Son ambition suprême est de provoquer un choc des civilisations entre l’Occident et le monde musulman. Nous ne devons pas tomber dans le piège qui nous est tendu.

Mais la clarté prime. Lorsque Paris est attaqué comme il l’a été vendredi dernier, on doit parler de guerre. Personne ne souhaite répéter les erreurs des États-Unis lors du mandat du président George W. Bush ; mais faire de ces erreurs l’alibi qui nous permettrait d’éviter la confrontation avec le monde tel qu’il est aboutirait tout simplement à un autre genre d’erreur. La réponse de l’Europe doit être implacable, mais ne doit pas dévier des principes de l’état de droit. Car nous sommes, malgré tout, engagés dans une bataille politique avec l’État islamique, une bataille où notre amour de la vie doit prévaloir sur leur amour de la mort.

La Rédaction

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Paris-Bamako, vendredis noirs : Trop de questions…Très peu de réponses !

    « In cogitationem incidere ! Venir à la pensée!

    Trois jours après la sanglante prise d’otage à l’Hotel Radisson à Bamako les esprits restent toujours ouverts pour comprendre ce qui s’est réellement passé en ce vendredi entre 07h du matin à 17h dans l’après –midi.
    Comme dans tout autre évènement, une défaite au sport, un génocide par exemple ou des attentats de ce genre, il convient avec du recul, de se poser de vraies questions. A savoir mettre d’un part en garde contre le conspirationnisme à-tout-va, tout en appellant néanmoins chacun à garder en éveil son esprit critique. Car, comme avec le 11 septembre, avec la mort de Ben Laden, Charlie Hebdo et aujourd’hui le Radisson à Bamako…les services secrets pourraient parfois livrer une version suffisamment floue de certains événements pour susciter du conspirationnisme qu’il serait ensuite facile de dénoncer et de ridiculiser.
    Restons sur le dernier cas, le Radisson. En analysant les faits, beacucoup d’incohérences y sont inhérentes de part la nature même floue de certains faits:

    1- Problème d’identification au départ de la prise d’otages à Bamako: “2 à 3 personnes sont entrées dans l’hôtel et l’ont pris d’assaut avec des AK47”, Olivier Salgado (porte-parole de la MINUSMA)…Ils parlaient anglais selon Sekouba Bambino, témoignagne repris après par Amadou Sangho, conseiller en communication du ministère malien de la sécurité…

    2- Des vivants de la zizanie: 180, 170, 140…pas assez grave!

    3- Des macabées de la zizanie: entre 21 et 27 morts, dont 2 assaillants, l’un tué? L’autre se fait-il explosé? Et le dernier propablement en fuite? Et trois autres en cabale!

    4- Des médias de la zizanie: selon que l’on recoupe l’info de chez France24, Rfi, BFMTV ou de Saharamédia fr les récits sur le début de l’assaut aussi bien chez France 24 à 07h , que 09h chez BFMTV ou même 8h selon les voisins qui auraient entendu des détonnations…n’aident pas à appréhender la question…

    5-Voiture diplomatique ou l’arrivée des assaillants en même temps que la dite voiture ou encore assaillants se trouvant sur place depuis quelques jours déjà, le tout couronné par la révendication de groupes terroristes différents…toutes ces médias vont de leurs commentaires, pourvu que le pathos s’incruste mieux dans les esprits! Èvidemment, Al Mourabitoune de Bel Mokktar arrange les uns, le front du Macina de Koffa les autres ou la version Boka-Haram via l’anglais qui a été entendu sur les lieux…

    6-Des libérations de la zizanie: Le hic est que ces même médias, de l’extérieur, attribuent la paternité des libérations à un grand rôle joué par 40 gendarmes francais venus du Bfaso dans l’après-midi, tandisque de l’intérieur sur place des rescapés en live sur leurs antennes témoignent que c’est les forces de sécurités maliennes qui ont libéré la grande partie des occupants de l’hotel et d’autres se sont échappés d’eux-mêmes, “..les forces maliennes sont venues nous récupérer…Les militaires ont été très professionnels…” au dire de deux témoins! Ou du même porte-parole de la minusma, qui affirme que sur les 11.000Hommes sur le territoire, 90% est déployé bien au dessus de Bamako et de Mopti, pour confirmer que le soutien de la MINUSMA était surtout un renfort en véhicules médicalisés…

    7-Quoi pensez de la libération des trois membres de la MINUSMA, de l’exfiltration des citoyens américains par les militaires américains, des 12 membres de l’équipage d’Air France! En bref , le choix des clients de l’hotel quant à leur libération rend la thèse douteuse, d’autant plus, si elle devrait confirmer le séjour en amont des assaillants dans l’hotel! Parce que la logique du départ des assaillants est de lutter contre les intérêts occidentaux ou attenter à leur intégrité physique…

    Il serait totalement unitile de traiter de diables les uns les autres, mais peut-être intéressant d’écouter simplement ce que pensent d’autres personnes, sans idée préconçue, parce que cela est contra-productif et n’avance jamais aucun débat. Est-ce bien intelligent de n’avoir que 2 cases dans sa tête et de tout vouloir ranger dans l’une ou l’autre par avance, avant d’écouter, d’analyser, de voir, de sentir, de penser ?
    Il est tout à fait possible d’être en accord avec sur certains points et pas du tout sur d’autres. On peut toujours se méfier de tout le monde, y compris de ceux qui disent qu’il faut se méfier des autres, ces inquisiteurs qui nous désignent des sorcières. Avions-nous une INTELLIGENCE? pas besoin qu’on vous dise à l’avance qu’il faut se méfier d’un tel et pas d’un autre. Ecoutons, analysons, comprenons et soyons surtout lucide, raisonnable, non partisan et ainsi on évitera les manipulations…

  2. LE MALI un peuple un but une foi -la FRANCE liberté égalité fraternité nous sommes là nous n’avons pas peur des criminels ils sont des lâches barbarie les états voyous doivent cesser des finances les criminels 😈 😈 😈

  3. Non pour les vendredi 13 et 20 de paris et de Bamako ,ol n’y a pas trop de questions a se poser ,ni de réponses a chercher . Primo la France par son intervention au Mali en 2013 et encore jusqu’à aujourd’hui a donné du fil a retordre aux djihadistes fanatiques en les empechant de créer un état islamique au Mali .
    Maintenant ,les bombardements conjoints avec les russes ,les turcs et les américains qui détruisent particulièrement les sources énormes de revenus qui aidaient DAESH a vivre ,particulièrement les puits de pétrole et les convois de camions qui allaient livrer ce meme pétrole ( les russes auraient détruit plus de 500 camions citernes ) font que les ressources principales commencent a se tarir . L’attentat de Paris visait une jeunesse heureuse de vivre , et celui de Bamako visait un hotel surtout occupé par des étrangers ,leur faire peur pour qu’ils ne reviennent pas au Mali . 👿 👿 👿

Comments are closed.