Plusieurs villageois dogons tués après le massacre de Peuls au Mali

8
Après le massacre, samedi 23 mars, de 160 Peuls au Mali, six villageois dogons ont été tués dans deux attaques distinctes ces derniers jours. La Minusma appelle à la fin des violences

Six habitants de villages dogons du centre du Mali ont été tués lors d’attaques distinctes, a rapporté mardi 26 mars l’AFP. Ces dernières attaques font suite à la tuerie commise dans la même région samedi par des chasseurs présumés dogons, dans laquelle quelque 160 habitants du village peul d’Ogassogou avaient péri.

“Le village dogon de Ouadou a été attaqué par des hommes armés. Des maisons ont été incendiées, le bilan provisoire est de quatre morts. Dans un autre village du cercle de Bankass, deux femmes ont également été tuées”, a déclaré à l’AFP Oumar Diallo, conseiller municipal dans ce secteur près de la frontière avec le Burkina Faso. Une source sécuritaire malienne, a confirmé l’attaque du village de Ouadou qui a causé “la mort de quatre personnes, dont une fille”.

La Minusma a précisé que l’attaque de Ouadou s’était produite dans la nuit de lundi à mardi. “Plusieurs maisons ont été brûlées, du bétail a été volé. Un bilan préliminaire fait état de quatre personnes tuées, dont une jeune fille. Les habitants se sont réfugiés dans les villages avoisinants”, selon le communiqué. “Aujourd’hui [mardi] également dans le hameau Dogon de Kere Kere, dans le cercle de Bankass, au moins deux femmes auraient été tuées, une autre blessée”, a ajouté la Minusma.

“Cette spirale de la violence doit cesser immédiatement”

“Les violences répétées commises dans le centre du Mali sont extrêmement graves”, a déclaré le chef de la Minusma, le Tchadien Mahamat Saleh Annadif, cité dans le texte. “Il est primordial que ceux qui ont participé ou contribué à ces exactions fassent l’objet d’une enquête et de poursuites. Cette spirale de la violence doit cesser immédiatement”, a-t-il affirmé. “Des équipes des droits de l’Homme enquêtent actuellement et soutiennent les autorités locales compétentes pour que ces crimes ne restent pas impunis”, a souligné la Minusma.

Depuis l’apparition il y a quatre ans dans le centre du Mali du groupe jihadiste du prédicateur Amadou Koufa,recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l’agriculture, qui ont créé leurs propres “groupes d’autodéfense”.

Avec AFP

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. Les maliennes et maliens doivent ouvrir les yeux. Peuls, dogons et bambaras doivent demasquer les criminels qui veulent les voir anéantis. Ne cedons pas à l’amalgame. Nous sommes tous des frères, hormis les politiciens et ceux qui les manipulent. Ils ont mis ce pays à feu et à sang. Il n’ y a pas de conflits intercommunautaires au Mali. Ce pays va retrouver sa dignité et demasquera ceux qui se nourrissent du sang de ses fils et filles.

  2. HF,
    tu as dit exactement la seule solution :
    1. Virer les armées franSSaises et l’onul
    2. Forcer les milices à desarmer

    Tant que nouss n’aurons pas des dirigeants dignes, qui ne vont pas se coucher devant la franSS et ses apparails de propagandes comme rfi … le mali va continuer sur la voie de la congolisation …

  3. Une seule solution pour unir le Mali est degager les combatants étranger, dissoudre er desarmer les milices enfin faire une véritable reconciliation entre les fils du pays. A bon entendeur salut.

  4. Les massacres intercommunautaires ne peuvent pas continuer !
    Mobilisons nous pour chasser nos dirigeants actuels qui ont laissé tomber naïvement le mali!
    Pour cela.venez répondre à l’appel de l’imam Dicko!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here