Sahel: cinq ans après sa création, Barkhane peine toujours à convaincre [RFI]

11

C’est la plus grosse opération extérieure dans laquelle l’armée française est engagée. Barkhane a aujourd’hui 5 ans. Quelque 4 500 militaires français sont déployés dans cinq pays : le Mali, la Mauritanie, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad, pour un budget annuel de 700 millions d’euros. Intervenue après l’opération Serval au Mali, Barkhane devait initier une phase de stabilisation, mais cinq ans plus tard, l’opération semble s’être ensablée.

Quand elle est lancée, l’opération Barkhane a un objectif clair : lutter contre le terrorisme dans le Sahel, pour éviter qu’il ne frappe aux portes de l’Europe. « Le but de cette présence, c’est d’empêcher que l’autoroute de tous les trafics ne devienne un lieu de passage permanent de reconstitution des groupes jihadistes, ce qui entrainerait des conséquences graves pour notre sécurité », explique en août 2014 sur l’antenne de BFM, Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la Défense.

Barkhane intervient après Serval, une opération lancée un an et demi plus tôt pour bloquer l’avancée sur Bamako, de groupes terroristes venus du Nord du Mali. Avec Serval « nous avons empêché la création de ce qu’on appelle un Sahélistanexplique sur notre antenne en 2016, le général Patrick Bréthous alors commandant de Barkhane. Trois ans plus tard, la situation est stabilisée au Mali. Il y a un accord de paix qui est signé et mis en œuvre. Il y a encore quelques résurgences et c’est contre ces derniers irréductibles que nous luttons. »

Montée en puissance des armées sahéliennes

En parallèle, la France et ses partenaires européens doivent accompagner la formation des armées des pays du Sahel, et leur montée en puissance. Une politique qui culmine avec le lancement, en juillet 2017, de la force conjointe du G5 Sahel, bras armé d’une entité politique lancée quelques années auparavant.

Le projet du G5 Sahel est ambitieux : les armées des cinq pays doivent mutualiser hommes et moyens, sous un commandement unique, pour lutter contre le terrorisme dans la région, au niveau des frontières de chaque État.

« Un jour ou l’autre l’opération Barkhane s’achèvera, avait annoncé le général Patrick Bréthous. Nous sommes probablement là pour quelques mois ou quelques années, et au fur et à mesure, Barkhane petit à petit laissera la place à une autonomie de ces pays. »

Mutation du conflit

La suite des évènements n’a pas donné raison au plan français qui s’est heurté, notamment, à deux difficultés majeures.

D’abord sur le plan opérationnel : Barkhane a connu quelques victoires. L’opération a notamment affaibli l’EIGS (État islamique dans le Grand Sahara) dans la région de Ménaka, à l’Est du Mali, mais les groupes terroristes ont su s’adapter. « Barkhane, en un sens a changé la donne dans le Sahel, explique Mahamoudou Savadogo, chercheur sur les questions de sécurité au Burkina Faso. Mais les terroristes ont su s’adapter. Ils ont changé leur mode opératoire, sont devenus plus mobiles en utilisant des motos. De plus, ils se sont déplacés, étendant largement le front des combats. »

Les terroristes se sont repliés dans le Nord du Burkina et ont même investi l’Est du pays qui connaît une recrudescence de violences inouïes ces derniers mois.

Autre changement majeur : les groupes jihadistes ont adopté la stratégie du « terrorisme communautaire ». « Ils s’intègrent au sein des populations et les utilisent pour atteindre leur objectif », poursuit Mahamoudou Savadogo.

Depuis deux ans, le centre du Mali, et aujourd’hui le Nord du Burkina, connaissent une flambée de violences intercommunautaires. Le massacre du village malien d’Ogossagou, en mars, a fait près de 160 morts. Celui d’Arbinda au Burkina, plus de 60. Les terroristes instrumentalisent des tensions anciennes et les conflits pour les ressources naturelles se transforment en tragédies. Les populations se retrouvent entre le marteau et l’enclume : accusées par les uns de collaborer avec les terroristes et par les autres d’être vendues aux forces étrangères.

« Les violences intercommunautaires, c’est vraiment le risque majeur, explique le général Frédéric Blachon en avril sur notre antenne. On connait après le cycle de représailles donc c’est vraiment la hantise de toutes forces armées. Ces combats intercommunautaires peuvent avoir des tas de raisons, et c’est à nous d’éviter d’en rajouter », conclut celui qui était alors commandant de Barkhane.

Ensablement

Pendant que le conflit change de visage, la montée en puissance du G5 Sahel, n’avance toujours pas, faute de financement.

Pire, certaines armées des pays sahéliens, loin d’avoir amélioré leurs capacités opérationnelles, ont perdu beaucoup de crédit dans des bavures et des atteintes aux droits de l’homme pointées du doigt par les ONG. Des charniers, découverts l’année dernière dans le centre du Mali provoquent l’indignation. Dans son rapport d’enquête sur les évènements de Boulikessi, en mai 2018, la Minusma, la force de maintien de la paix des Nations unies, conclut à « des exécutions sommaires de civils par les militaires maliens de la force conjointe du G5 Sahel ». Le plan de sortie de Barkhane, semble de plus en plus compliqué.

Un sentiment anti-français

Alors que la menace terroriste s’étend, que les attaques se poursuivent, que des civils meurent dans des conflits intercommunautaires sans provoquer ni enquête, ni sanction, la présence d’une force étrangère est de plus en plus difficile à accepter pour les populations locales qui ne voient pas la situation s’améliorer.

Au Mali notamment, Barkhane et la Minusma sont de plus en plus critiquées. Il y a une réelle incompréhension de l’action et du mandat de ces forces étrangères.

« Lorsqu’il y a eu les otages français au Bénin, la force française est intervenue rapidement, explique Boureima Allaye Touré, président du Conseil national de la société civile du Mali. Mais quand un village malien est attaqué, et que pendant toute une nuit, et une demi-journée, personne n’intervient, on se dit qu’il y a un poids et deux mesures. Nous ne connaissons pas toutes les ficelles politiques qu’il y a autour de ça. Mais nous, citoyens lambda de la rue, nous ne comprenons pas. » Le Conseil national de la société civile du Mali, demande aujourd’hui qu’un audit soit fait de la présence armée étrangère sur le territoire national.

Par Gaëlle Laleix Publié le 01-08-2019
Source: rfi.fr

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

11 COMMENTAIRES

  1. la réation des maliens est juste : la force ba bien doit quitter le mali !!!

    Le mali sera en paix UNIQUEMENT, quand seule ma police et l’armée malienne sont dépositaires de la violence, sans l’onul et autres conneries de ce genre …

    Le nigeria a refusé à la franSS et son armée pedophile criminelle inpunie et l’armée racist ameriKKKaine de rentrer dans la guerre contre les bo da harams … LEs nigerians se sont repris, avec les tchadiens et les camerounais … Ensemble, ils ont reglé le problème … contrairement au mali qu ise prostitue toujours encore et encore …

  2. ! ! ! ! ! ! ! !
    “””SACRE COCO COCU ! SACRE CORRUPTEUR CORROMPU FRANCAIS! “””””

    EH EH EH ! MOI ….J EN SUIS A ME DEMANDER SI TU NE DISPOSES PAS D UN DICTIONNAIRE “” INVERSE””” GENTIL COUILLON !
    PARCE QUE TU VOIS …QUAND MOI JE LIS LES REPONSES DU POLE ECONOMIQUE DE BAMAKO A NOTRE AVOCAT …JE ME POSE DES QUESTIONS ..
    ET COMME JE SAIS PRÉCISÉMENT CE QUI S EST PASSE A BAMAKO ….ET CE QUI S EST PASSE AUSSI A ABIDJAN …AU DEBUT …JE ME DEMANDE SUR QUOI TU FONDES TA CONVICTION …
    MAIS ENFIN …BON …DES COUILLONS .. .IL Y EN A …LA PREUVE !

  3. SALUT BLANCHE NEIGE !
    OUAIS OUAIS …ON EST DANS LA DIX HUITIÈME ANNÉE …
    MAIS …ON ARRIVE AU BOUT ! ET JE NE TE RACONTE PAS TOUT …PARCE QUE TU EN CHOPERAIS UN AUTRE AVC ! ….BON …ON Y ARRIVE , MALGRÉ LES VOLEURS QUI S’ ACCROCHENT ….
    PARCE QU ILS SONT EN NOMBRE …..DERRIÈRE LES GROS !
    ….
    NATURELLEMENT QUE JE RIGOLE QUAND JE LIS LES CONCLUSIONS DE BOY “””L’erreur des Maliens/Maliennes aujourd’hui est de croire que la france va amener la bonheur au Mali alors qu’elle est entrain de travailler comment creer des foyers de tension au Mali et tout le monde connait le reste.””””” …….JE DIS SEULEMENT ……..S IL SAVAIT !
    …TIENS ….SAIS TU QUE LES COUILLONS DE BHM SA …( BMS ACTUELLEMENT …) ONT ETES CONVOQUES A LA COMMISSION BANCAIRE …OU ILS SE SONT FAIT “”FELICITER””” A LA HAUTEUR DU VOL EFFECTUE …BON …IL FAUT BIEN LIRE MON “””FELICITER”””” …
    BANDE DE ….
    ALLEZ VAS …A LA PROCHAINE !
    C EST A NOUS DE BIEN RIGOLER …ET JE N EN DIS PAS PLUS !

  4. FAAROHW!! C EST POURQUOI NOUS VOULONS QUE VOUS FRANCAIS, PARTEZ ET NOUS VOULONS NOUS REFAIRE,CAR VOUS MAINTENEZ CHEZ NOUS CE QUI N EST PAS DANS NOTRE CODE GENETIQUE ET NOTRE CODE CULTUREL

    SACRE COCO COCU ! SACRE CORRUPTEUR CORROMPU FRANCAIS!

    TON PAYS EST CORROMPU,ET CETTE CORRUPTION DEBORDE CHEZ NOUS DEPUIS QUE LA FRANCE ABRAHAMIQUE A POSE LE PIED POUR LA PREMIERE FOIS, VOYAGEURS DEGUISES, MISSIONNAIRES EN ESPIONAGE D ETAT, SOLDATS CORROMPUS ET CRIMINELS, ADMINISTRATEURS VIOLEURS VOLEURS, ECOLES COLONIALES BATARDISANTES QUI FORMENT DES CORROMPUS HOMMES ET FEMMES EN DETRUISANT NOS CODES ET ASSIMILANT CEUX QUI RECOIVENT VOS INSTRUCTIONS, QUI, AUJOURDHUI FONT RAGE ET REPRESENTENT DIGNEMENT LES FRANCAIS CORROMPUS CHEZ NOUS, TU T EN ES RENDU COMPTE QUAND TON ARGENT S EST VOLATILISE NON?!!!

    VOILA T AS PENSE FUIR LA FRANCE CORROMPUE, POUR INVESTIR AU MALI QUE TU PENSAIS PROPICE DANS UN BUSINESS DE PACOTILLES AUX NULLES- DE- BAMAKO, UN LIEU IMPROPRE INSALUBRE,CRIMINEL,FUI DE TOUS, MAIS TU VOIS NON, LA FRANCE DE LA CORRUPTION, LA FRANCE DU CRIME FINANCIER ORGANISE T A RATRAPPE PAR SES FORMES AGENTS EN CORRUPTION ET MAGOUILLES AU MALI,….LES ELEVES DEPASSENT LES MAITRES….L ESCREMENT FRANCAIS S EST MULTIPLIE EN AFRIQUE,,,,

    C EST POURQUOI NOUS VOULONS QUE VOUS FRANCAIS, PARTEZ ET NOUS VOULONS NOUS REFAIRE,CAR VOUS MAINTENEZ CHEZ NOUS CE QUI N EST PAS DANS NOTRE CODE GENETIQUE ET NOTRE CODE CULTUREL

    il n ya pas de plus grands amis du Mali que nous memes qui supportons les peines et souffrances amenees par ces voleurs se disant nos amis

  5. salut Coco je vois que depuis 12 ans ou peut etre plus tu nages toujours dans le purin et tu n’arrives toujours pas a récupérer tes billes !!! Penses tu les recevoir avant de mourir quand meme ??
    Bien sur ces cons se disent la France dépensant des tonnes d’euros pour eux c’est tout à fait normal ;
    Pour les deux pédés en voyage de noces au Bénin , meme si ce n’est pas ma tasse de thé ,ill s’agissait malgré tout de sauver ces cons et les deux fusillers marins qui se sont faits tués ne devaient certainement pas le savoir ;ce qui est dégueulasse c’est qu’ils avaient ordre de ne pas utiliser leurs armes ,bien sur il était préférable que ce soit eux qui se fassent buter plutot que 2 pédés .Une Légion d’Honneur sur leurs cercueuils ils n’en avaient rien a foutre !! bref c’est la politique ,pourrie quelque soit le coté vers lequel ont se penche !

  6. SACRE FAROOOW !
    EN VERITE …””””SEUL COCO LE COUCON SAUTE DE JOIE MALGRES DES MILLIONS DE FRANCAIS QUI DORMENT MAL ET MANGENT MAL COMME LUI MEME,””””…..
    TU AS TOUT JUSTE QUAND TU DIS QUE “” JE SAUTE DE JOIE “””
    …PARCE QU APRES 18 ANS PASSES DANS L OMBRE …VOLE …VOLE COMME PAS PERMIS AVEC MON PATRON AU MALI …APRES AVOIR POSE 38 PLAINTES PENALES AU POLE ECONOMIQUE ET LES AVOIR VUES TOUTES EFFACEES …EH BIEN ..
    EH BIEN …EH BIEN …SI TU AS ACCES A LA LETTRE CONFIDENTIELLE DU MALI ..N° 24 DU 29 JUILLET …TU LIRAS EN PREMIERE PAGE UN TITRE “”JUSTICE /OHADA “””
    ….ET L ARTICLE …”””””La Banque malienne de solidarité (BMS) condamnée à payer au moins 15 milliards de F CFA, des saisies opérées –
    Le 14 mars 2019, la Cour d’arbitrage et de justice de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (Ohada) a tranché le litige opposant la Banque malienne de solidarité (BMS) à la Société ivoirienne de concept et de gestion (SICG).

    Selon le dossier, la Banque de l’habitat du Mali (BHM) et la SICG ont convenu de la
    construction et du partage des frais de vente des stands aux Halles de Bamako depuis
    2000.
    Les frais générés par la vente devraient être versés dans un compte domicilié
    à la BHM. Mais, selon les accusations de la SICG, la BHM n’a pas respecté
    ses engagements. Aujourd’hui, ce n’est pas moins de 15 milliards de F CFA que la SICG
    réclame à la BMS, qui a fusionné avec la BHM. …
    ( EN FAIT …23 AVEC LES FRAIS DE RETARD ..ndlr ) ..
    Fort de la décision de la Cour d’arbitrage et de justice de l’Ohada, la SICG vient de faire
    saisir les comptes de la BMS, notamment en France, chez ses correspondants. La
    conséquence immédiate est le risque d’incapacité, pour la banque, de faire des transferts
    internationaux.
    Au sein de la BMS, cette affaire est désormais,”la priorité des priorités”, comme l’a
    expliqué un cadre à La Lettre Confidentielle du Mali (LLCM).
    Les avocats de la BMS ont, vent débout,tenté de renverser la vapeur. Sans succès.
    La Cour d’appel de commerce d’Abidjan a confirmé le 25 juillet 2019, la saisie des
    équipements de la succursale de la BMS.
    Selon un document officiel auquel LLCM a eu accès, il est mentionné que “la Cour
    d’appel de commerce d’Abidjan ce jeudi 25 juillet, suite à l’appel de la BMS :
    – Déclare irrecevable l’appel sur les saisies ventes fait par la BMS. Cette décision permet
    à la SICG-Mali d’enlever les équipements saisis.
    – Déboute la BMS de sa demande de main levée des fonds saisis à la NSIA banque
    (cette décision autorise la SICG à récupérer les fonds saisis)”.
    La demande de main levée effectuée par ailleurs en France n’a pas abouti.
    L’affaire inquiète au sommet de l’Etat malien.
    Une grosse pointure confie en petit comité : “Nous ne devons pas laisser couler la
    BMS qui est vitale pour le Mali, mais nous devons également trouver un terrain d’entente
    avec M. Mohamed Saïdi Jamal de la SICG, qui est un ami du Mali”.
    L’habileté du Premier ministre malien Boubou Cissé, très au fait du sujet, pourrait permettre
    de trouver rapidement une solution afin d’ôter un véritable caillou dans la
    chaussure de la BMS.
    Du côté du conseil de M. Saïdi, il semble que dès le début du mois d’août 2019, de
    nouvelles actions contre la BMS seront déclenchées, notamment aux Etats-Unis.
    Ce conflit vient s’ajouter à la multitude auxquels la banque fait face. Au Mali, elle est
    parmi les banques ayant le plus le portefeuille sérieusement érodé. “””””
    ……
    VOILA DONC POURQUOI ..”””””.JE SAUTE DE JOIE …”””””….
    TON COMMENTAIRE …APRES …JE TE LE LAISSE !

  7. FAAROHW! FAAROH BOY! T AS VU NOTRE DAME? C EST L IMAGE MEME DE LA FRANCE ABRAHAMIQUE! ....LES FRANCAIS NE PEUVENT MEME PAS SE TRANSPORTER AUJOURDHUI, LE PAYS EST MOURANT, LES GILLETS JAUNES ET AUTRES SONT LA PREUVE.

    ….BOY….
    PERSONNE N Y CROIT, SEUL COCO LE COUCON SAUTE DE JOIE MALGRES DES MILLIONS DE FRANCAIS QUI DORMENT MAL ET MANGENT MAL COMME LUI MEME,….

    ….LES FRANCAIS NE PEUVENT MEME PAS SE TRANSPORTER AUJOURDHUI, LE PAYS EST MOURANT, LES GILLETS JAUNES ET AUTRES SONT LA PREUVE….

  8. PAUVRE PETIT BOY ….
    EN FAIT ….TU ES ALLÉ A L AMBASSADE DE FRANCE …ET ON T A REFUSE UN VISA ?
    AU FOND …EN VRAI EN VRAI ?

    ….MOI , AU MALI …JE SUIS ARRIVE AVEC MON PATRON …
    TU SAIS QUOI ?
    ON A FAIT LES HALLES DE BAMAKO ..
    ON NOUS A TOUT VOLE ! …
    ….EN FAIT …ON A DU NOUS PRENDRE POUR DES IMPÉRIALISTES …NON ?

  9. Je me demande comment est ce que les Maliens/Maliennes peuvent croire que l’armee imperialiste francaise et la MINUSMA sont au Mali pour le bonheur des Maliens/Maliennes. La maniere dont hollande jubillait au Mali et prennait des decisions a la place de l’etat Malien devait faire comprendre aux Maliens/Maliennes que la france de hollande etait heureuse de mettre la main sur le Mali et de faire de ce pays ce qu’ils veulent. La france a dit clairement aux Maliens/Maliennes qu’elle est l’ami des ennemis du Mali ce qui veut dire qu’elle est au Mali pour detruire ce pays. Les premiers actes de la france etaient d’interidre le Nord a l’etat Malien et les dignes fils et filles du Mali en invitant les criminels d’aller s’installer a Kidal. Les Maliens/Maliennes sont restes sans rien dire et cette communaute internationale imperialiste n’a dit mot a ce comportement iinjuste et violent de la france. La france a force les Maliens/Maliennes a signer un accord bacle pour la destruction totale du Mali. La reistance de la jeunesse Maliennes et certains leaders religieux a pousse la france a changer de startegies en deplacant la violence du nord du Mali vers le centre et peu partout au Mali. La violence a fini par s’installer au centre soit disant que c’est les communautes Maliennes qui se livrent la guerre; une autre strategie de ces hommes violents et injustes de la terre. La bonne chose a ete que beaucoup de Maliens/Malienmes ont rapidement compris que cela n’est pas Malien et que cela ne pouvait etre qu’une marque francaise au Mali comme elle a fait la meme chose en Centrafrique et au Rwanda et aussi en Cote d’Ivoire. Il y a aussi des Maliens/Maliennes qui ne voient pas plus loin que leur nez epousent la propagande de la france contre le Mali soit disant que les massacres des villages entier avec des moyens modernes, rapides et sophistiques etaient l’oeuvre des pauvres villageois ou donsos qui n’ont que les armes rudimenetaire. Malgre comme l’auteur de cet article l’a dit la lenteur de la non intervention des armees imperialistes, certains Maliens/Maliennes continuent de croire a la these de conflits communautaires qui est une manipulation et fabrication de la france pour la destruction totale du Mali et pour une recolonisation de l’Afrique tout refaisant la carte de l’Afrique et l’histoire Africaine. Il faut comprendre que ce sont ces memes imperialistes francais et amis qui disent que l’Afrique ne bouge pas alors que c’est eux memes les ennemis jure de l’Afrique. L’erreur des Maliens/Maliennes aujourd’hui est de croire que la france va amener la bonheur au Mali alors qu’elle est entrain de travailler comment creer des foyers de tension au Mali et tout le monde connait le reste.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here