Suite à la perte de 17 éléments lors d’une attaque djihadiste meurtrière à Boni : Une grogne maîtrisée de justesse par la hiérarchie

5

Dix-sept soldats maliens ont été tués au cours d’une embuscade djihadiste, le 19 août, dans le centre du pays, a annoncé l’armée malienne dans un communiqué. Les services de défense nationale font état par ailleurs d’au moins une vingtaine de blessés parmi les FAMa, tandis que d’autres sources évoquent la destruction ou l’enlèvement d’un important arsenal de guerre actuellement aux mains des assaillants.

L’attaque revendiquée les tendances proches d’Amadou Koufa s’est déroulée précisément entre les localités de Nokara et Boni dans le centre du Mali.  Un véhicule piégé a d’abord explosé au passage des forces de sécurité du Mali, avant qu’aussitôt après des tirs intenses ne ciblent le convoi de l’armée. La riposte des forces régulières a occasionné plusieurs heures d’affrontements au bout desquels on a dénombré militaires un bilan provisoire d’une quinze de pertes dans les rangs des FAMa alors que celles des assaillants ne sont pas connues parce qu’ils repartent généralement avec leurs morts.

Il a fallu par ailleurs deux jours pour le déploiement de moyens aériens, le samedi 21 août 2021, avec notamment des frappes héliportées contre des positions terroristes aux environs de Boni dans la région de Douentza, de Guiré dans la région de Nara et à Koutiala. Si l’armée n’a fourni aucun bilan, de sources militaires confient que plusieurs djihadistes ont été neutralisés aux cours desdits raids. Pas suffisant pour clamer la colère de certains éléments à bout de souffle et exaspérés tant par la lenteur tant par la lenteur des interventions aériennes que par le déploiement des relèves. C’est ainsi qu’une délégation de la hiérarchie militaire dépêche sur le théâtre à bord d’un hélicoptère a dû faire face son tour une vicieuse mutinerie ayant consisté à retenir certains hauts gradés finalement libérés au bout d’âpres négociations.

Comme on le voit, après Watagouna et tant d’autres expéditions djihadistes meurtrières, la montée en puissance tant déclamée par le Premier ministre n’est qu’un leurre et la situation s’annonce probablement moins reluisante à mesure que s’opère le retrait des forces partenaires.

 

A KEITA

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. il faut acheter des heiicos d attaques legers pour ce faire comme lE MD 500 DEFENDER du SALVADOR a tombouctou

    MINUSMA : Le Salvador déploie des hélicoptères MD-500 à Tombouctou

    coute

    par Laurent Lagneau · 22 mai 2015

    md500-20150522

    Les forces armées du Salvador ont des capacités extrêmement modestes. Pourtant, entre 2003 et 2009, elles ont participé à l’opération Iraqi Freedom dans le cadre de la coalition emmenée par les États-Unis et sont régulièrement sollicitées pour des missions de maintien de la paix menée sous l’égide des Nations unies, comme en Haïti ou encore au Sud-Soudan. Et elles le sont encore pour le Mali.

    En effet, la Fuerza Aérea Ejército de Salvador a envoyé à Tombouctou 3 hélicoptères légers d’attaque de type MD-500 Defender, sur les 8 qu’elle dispose. En tout, le Salvador y a déployé, au titre de la Mission des Nations unies au Mali, un détachement de 90 militaires. Et cela avec le soutien de la France et des États-Unis.

    « Le contingent aérien de Minusma réalisera des activités liées au transport de personnel, à l’escorte, à la surveillance et à la reconnaissance aérienne, des missions de recherche et de sauvetage, du transport médical et des patrouilles aériennes diurnes et nocturnes », avait expliqué, en avril, le ministère salvadorien de la Défense.

    Les 3 hélicoptères MD-500 Defender sont arrivés à Tombouctou le 18 mai dernier. Ils « appuieront les opérations des casques bleus déployés dans la région de nombreuses façons, notamment dans le cadre de la protection des civils » et « vont avant tout considérablement augmenter la capacité de reconnaissance », a fait valoir la Minusma.

    Conçu dans les années 1970 par le constructeur américain Hugues, le MD-500 Defender peut être armé par des missiles antichar TOW ou par deux mitrailleuses M.134 de 7,62 mm. Son autonomie est relativement modeste, avec une distance franchissable de 370 km (contre, par exemple, 670 km pour un hélicoptère Gazelle).

    « Quand certaines actions se produisent dans des localités très distantes de nos troupes, il faut réussir à s’y rendre au plus vite pour évaluer la situation et prendre des mesures efficaces pour la protection des civils. Cette contribution nous permettra donc de réagir rapidement aux évènements. J’insiste sur la capacité dissuasive de ces hélicoptères, qui pourront éventuellement réagir en cas de menace imminente contre la population », a expliqué le colonel suédois Peter Öberg, le commandant adjoint du Secteur Ouest de la Minusma, au sujet de cette contribution salvadorienne.

    Par ailleurs, Quelques jours plus tôt, la mission des Nations unies avait indiqué que des mini-drones (RQ-20 Puma, Wasp et Shadow 200) mis en oeuvre par le contingent suédois à Tombouctou étaient désormais opérationnels.

  2. IL FAUT EQUIPER LES CONVOIS DE DRONES EN NOMBRE POUR OUVRIR LA ROUTE EN TOUTE SECURITE

    Il faut davantage helicopteres d assaut également 6 c est trop peu pour le MALI il faudrait 4 par régions soit 32

  3. DANS TOUTES LES GUERRES IL Y A TOUJOURS DES MORTS ET DES BLESSES. L’ALERTE C’EST QUE LA HIERARCHIE MILITAIRE DOIT ENQUETER SUR LES POSSIBLES NEGLIGENCES DU COTE DU COMMANDEMENT SUR LE TERRAIN ET DE PRENDRE DES MESURES CORRECTIVES QUI S’IMPOSENT.
    VIVE LES FAMA
    VIVE LA TRANSITION
    VIVE LE MALI LAIC ET PLUS FORT

  4. C’est le prémice d’une révolte des hommes de rang,si rien n’est fait pour corriger les défaillances structurelles de L’ARMÉE MALIENNE.
    Au lendemain des événements de MARS 1991 une association des sous officiers et hommes de rang a été créée pour défendre leurs intérêts face aux officiers supérieurs.
    C’est BOUBACAR SADA SY qui l’a dissoud car contraire à L’ESPRIT militaire.
    C’EST POUR DIRE QUE L’ÈRE DÉMOCRATIQUE A HÉRITÉ D’UNE ARMÉE TRÈS MALADE AU POINT DE SUSCITER LA CRÉATION D’UNE ASSOCIATION POUR DÉFENDRE LES INTÉRÊTS DES HOMMES DE RANG.
    En la création de cette association au lieu de voir les conséquences d’une ARMÉE délaissée,les thuriféraires de MOUSSA TRAORÉ ont crié à l’instauration d’une indiscipline caractérisée favorisée par les événements de MARS 1991.
    L’IRRESPONSABILITÉ QUI LES CARACTÉRISE LES GUIDE À OUBLIER QUE MARS 1991 EST LA CONSÉQUENCE D’UNE MAUVAISE GOUVERNANCE.
    L’ARMÉE étant l’émanation du peuple,le malaise manifesté dans les rues a résonné dans les camps militaires.
    La liberté acquise après la chute de MOUSSA TRAORÉ a favorisé la création d’une floraison d’association.
    Les éléments de L’ARMÉE MALIENNE ont naturellement pensé qu’ils peuvent le faire pour éviter que se perpétue la mauvaise gouvernance instaurée depuis le COUP D’ÉTAT du 19 novembre 1968.
    La LOI ne le permettant pas,il fallait y mettre fin pour permettre aux officiers supérieurs d’être libres dans l’exercice de leurs fonctions.
    L’association dissoud,les pratiques anciennes ont repris.
    En 2012,les hommes de rang croyant que le COUP D’ÉTAT est leurs victoires sur la hiérarchie militaire,car ils les avaient arrêté, avaient commencé à citer les malversations qui les empêchaient de mener à souhait leurs missions.
    LE MASSACRE D’AGUELHOC CAUSE DE LA MUTINERIE CONTRE ATT EST LA CONSÉQUENCE DE CETTE MALVERSATION CAR ILS N’ONT NI ÉTÉ APPROVISIONNÉS EN MUNITIONS,NI BÉNÉFICIÉS À TEMPS DES RENFORTS.
    SANOGO ayant fait le choix de les abandonner pour suivre ses CAMARADES du prytanée militaire de kati,leurs revendications n’ont pas été traitées.
    Ils sont revenus à la case de départ avec le régime d’IBK avec des massacres pire qu’AGUEL’HOC.
    Les COLONELS PUSHISTES n’ont pas fait mieux car les hommes de rang continuent à subir les attaques de l’ennemi sans aucun renseignement leurs permettant d’anticiper les attaques.
    La dernière attaque citée est le signe que l’ennemi a toujours une longueur d’avance du fait de l’infiltration de L’ARMÉE MALIENNE d’où ce souhait de voyager avec les officiers supérieurs pour voir s’ils sont prêts à prendre la route que les hommes de rang pratiquent quotidiennement.
    ILS ONT REFUSÉ.
    C’est clair et net qu’ils savent que l’ennemi a infiltré nos rangs.
    Infiltrer nos rangs est l’équivalent d’un sniper positionné qui frappe à chaque fois qu’on pointe le nez.
    Après cet événement,constatant que les officiers supérieurs ont refusé de faire le voyage sur la route,les hommes de rang sur toute l’étendue du territoire ont le message qu’ils sont le dindon de la farce.
    C’EST MAINTENANT PROUVÉ QUE LEURS VIES NE VALENT RIEN POUR LES OFFICIERS SUPÉRIEURS.
    Ils sont obligés de se défendre.
    Comment puisqu’ils n’ont pas d’association pour défendre leurs causes?
    Il ne faut pas être étonné si un sous officier degage les COLONELS.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here