Dialogue national inclusif : Le président de la Cour constitutionnelle sollicite l’implication du Président Konaré

1

Le président de la Cour constitutionnelle, Madame Manassa Dagnoko, dans le souci d’une réussite totale des assises du Dialogue national inclusif, appelle l’ancien président Alpha Oumar Konaré à y adhérer.

C’est dans une correspondance datée du lundi 22 octobre du président de la Cour constitutionnelle, sous le numéro 082 du Mali adressée à l’ancien Président Alpha Oumar Konaré que celui- ci est interpellé à adhérer au processus du Dialogue national inclusif.

La Cour constitutionnelle du Mali, dans sa mission de régulation du fonctionnement des Institutions de la République et de l’activité des pouvoirs publics prescrite dans l’article 85 de la Constitution du Mali a le droit d’attirer l’attention de tout citoyen sur une nécessité de participer à tout projet intéressant la vie de la nation et du peuple malien.

Madame Manassa Dagnoko, dans sa correspondance, souligne que ce Dialogue national inclusif est une opportunité pour les maliens de se parler,  afin de dégager des pistes de sortie de crise.

Alpha Oumar Konaré qui a été le premier président du Mali démocratique a une grande place dans ce processus du Dialogue national inclusif. Sa participation est une chance de réussite du Dialogue national inclusif.

Dans cette correspondance, le présidente de la 4ème Institutions de la République, sollicite l’implication directe du président Alpha Oumar Konaré et demande un sursaut national du peuple malien autour du processus du Dialogue national inclusif.

Elle affirme que le président Alpha Oumar Konaré a eu la lourde et exaltante mission de présider à la destinée du Mali.

Selon le présidente de la Cour constitutionnelle , Madame Manassa Dagnoko, notre pays est plongé dans une cerise multidimensionnelle dépuis le coup d’Etat de 2012 qui a laissé des traces négatives et d’incompréhension entre les Maliens. Le Dialogue national inclusif est la seule opportunité pour le Mali de surmonter ses problèmes.

Le rôle de la Cour constitutionnelle est de rappeler la responsabilité de chaque institution.

Les prochains jours nous édifieront sur la réponse du Président Alpha Oumar Konaré à la correspondance de la Cour constitutionnelle en ce qui concerne sa participation au Dialogue national inclusif.

Le président de la Cour constitutionnelle appelle les maliens à plus d’engagement et à mettre l’intérêt supérieur de la nation au dessus de tous les projets partisans.

Le Dialogue national inclusif doit avoir un sursaut national à son projet, car il constitue le levier dorsal du processus de la Réconciliation nationale, gage de tout développement pour le bonheur du peuple malien.

Seydou Diamoutene

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. “La Cour constitutionnelle du Mali, dans sa mission de régulation du fonctionnement des Institutions de la République et de l’activité des pouvoirs publics prescrite dans l’article 85 de la Constitution du Mali a le droit d’attirer l’attention de tout citoyen sur une nécessité de participer à tout projet intéressant la vie de la nation et du peuple malien” Mais n’oublions pas que chaque citoyen a le devoir et le droit de refuser a adherer a un echec national comme le monologue national exclusive du gouvernement de Boua IBK! C’est le cas de Soumana Sacko, Modibo Diarra, Modibo Sidibe, Soumaila Cisse, Choguel Maiga, Mountaga Tall, etc. tous des politiques et chefs de partis ainsi que la majorite des acteurs de la societe civile!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here