Colère en Chine après la mort d’un médecin qui travaillait avec un lanceur d’alerte à Wuhan

0
La mort du docteur Hu Weifang, 42 ans, urologue à l’hôpital central de Wuhan, où travaillait également le docteur et lanceur d’alerte Li Wenliang, a provoqué une vague de colère en Chine. “Ils n’ont pas suffisamment protégé les travailleurs de la santé en première ligne”, dénoncent certains internautes chinois dans des propos relatés par le journal britannique The Guardian.
À Wuhan, en Chine, un médecin de l’hôpital central est mort ce mardi des suites du coronavirus. L’homme travaillait avec le défunt Li Wenliang, 34 ans. C’est le médecin qui a averti, avec sept autres collègues, sur WeChat le 30 décembre de l’apparition d’un mystérieux virus, proche du SRAS, après que plusieurs patients présentant des symptômes similaires avaient été admis à l’hôpital de Wuhan. Ils avaient dès lors conseillé au personnel soignant de porter des masques et des vêtements de protection.
La police avait ensuite arrêté Li Wenliang pour avoir répandu des rumeurs. Li Wenliang avait été relâché quelques jours plus tard, mais avait lui-même contracté le virus. Il est décédé au début du mois de février.
Mouvement de colère sur les réseaux sociaux
Le décès de l’urologue Hu Weifeng est la première mort dans la ville chinoise depuis des semaines. Il est le sixième médecin de l’hôpital à mourir de cette maladie. Au total, 68 employés de l’hôpital ont été infectés.
Sur les réseaux sociaux, le hashtag #WuhanCentralHospitalDoctorHuWeifengPassesAway a été lancé pour honorer le médecin décédé. Entre-temps, pas moins de 400 millions de personnes se sont partagé le hashtag. Si la plupart des internautes ont remercié Hu Weifeng, d’autres ont critiqué les autorités.
Beaucoup se demandent pourquoi plusieurs directeurs n’ont pas encore été sanctionnés. “Li Wenliang et Hu Weifang ont tous deux été assassinés par les dirigeants de l’hôpital”, peut-on lire sur la plateforme Weibo, le réseau social le plus populaire en Chine.
“Les médecins et les infirmières de l’hôpital vont-ils mourir en vain?”
Le chef de la commission du parti communiste de l’hôpital, Cai Li, a été particulièrement critiqué. “Il n’y a même pas d’enquête en cours sur l’approche de Cai Li. Les médecins et les infirmières de l’hôpital vont-ils mourir en vain?”, s’interroge un internaute.
Les autorités auraient demandé au personnel hospitalier de ne pas porter d’équipements de protection pour éviter de provoquer la panique, explique le médecin chinois Ai Fen.
Wuhan est la ville où le coronavirus est apparu pour la première fois fin 2019. Le nombre officiel de morts en Chine est de 4.634. Le pic a été atteint au mois de février, après quoi le nombre de contaminations a progressivement diminué. La Chine compte 116 fois plus d’habitants que la Belgique, mais il y a beaucoup plus de morts dans notre pays. Il existe donc de nombreux doutes quant à la fiabilité des chiffres chinois.
Par: 7sur7.be

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here