La Chine n’achètera jamais de relations diplomatiques avec des pays africains

1
Beijing: le président Xi Jinping
3 septembre 2018, Beijing: le président Xi Jinping prononce un discours liminaire lors de la cérémonie d’ouverture du Sommet du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC). [Crédit photo: Xinhua]

La Chine n’a jamais et n’« achètera jamais de relations diplomatiques » avec aucun pays africain, et elle n’a pas davantage imposé de « colonialisme » ni mis en place de « piège de la dette » sur le continent, ont affirmé samedi des diplomates chinois chevronnés.

« Si la Chine voulait acheter des relations diplomatiques avec des pays africains, elle aurait pu le faire depuis longtemps », a souligné Liu Guijin, ancien représentant spécial du gouvernement chinois pour les affaires africaines, lors d’une conférence de presse à Beijing. M. Liu a fait ces remarques lorsqu’on lui a demandé si le Burkina Faso avait coupé les « relations diplomatiques » avec l’île de Taïwan en raison de la « diplomatie de l’argent ».

En mai, la Chine et le Burkina Faso ont annoncé la reprise de leurs relations diplomatiques dans un communiqué commun. Le gouvernement du Burkina Faso a déclaré qu’il reconnaissait qu’il n’y a qu’une seule Chine dans le monde, que le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légal représentant l’ensemble de la Chine et que Taïwan est une partie inaliénable du territoire chinois.

Deux conditions préalables sont nécessaires pour établir des relations diplomatiques avec la Chine : la volonté de nouer des relations et respecter le principe d’une seule Chine, a de son côté précisé Cheng Tao, ancien directeur général du département des Affaires africaines du ministère chinois des Affaires étrangères, indiquant également que l’accusation des autorités taïwanaises selon laquelle « le gouvernement de la partie continentale utilise l’argent pour acheter des relations diplomatiques » est dénuée de fondement et a des motifs inavoués.

« Il y avait des pays africains qui ont dit qu’ils voulaient des relations diplomatiques avec la Chine et qu’ils aimeraient aussi une aide financière, pour que leurs gouvernements puissent convaincre leur peuple qu’il existe des avantages réels à avoir des relations diplomatiques avec la Chine », a déclaré M. Cheng. « Cependant, les relations diplomatiques sont une décision politique, pas un accord, et la Chine ne s’engagera jamais dans de tels accords », a-t-il ajouté.

« Si le moment n’est pas propice à l’établissement de relations diplomatiques, la Chine attendra, mais jamais elle n’achètera de relations diplomatiques avec les pays africains, ni ne fera pression sur aucun pays pour avoir des relations diplomatiques avec elle », a souligné M. Liu.

La conférence de presse de samedi a eu lieu à l’avant-veille du début du Sommet de Beijing du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC), qui se tiendra lundi et mardi dans la capitale chinoise.

Les diplomates chinois ont également critiqué les accusations de « néocolonialisme » en Afrique.

« Les Africains savent ce qu’est un véritable ami et ce qu’est le colonialisme, car le continent a 500 ans d’histoire de colonisation. Ils n’ont pas besoin que d’autres pays leur donnent des leçons », a dit M. Cheng, ancien ambassadeur au Mali et au Maroc, qui a également précisé que les besoins de la Chine en ressources africaines sont fondamentalement différents de l’exploitation des ressources africaines par les pays occidentaux.

Par http://french.china.org.cn

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. VOILA’ POURQUOI NOS DIRIGEANTS CORROMPUS NE SE BOUSCULENT PAS A’ LA PORTE DE LA CHINE.

    LES POTS DE VIN ET LES “RISTOURNES” SORDIDES N’ EXISTENT PAS, CAR C’ EST GAGNANT-GAGNANT POUR LES PEUPLES DES DEUX PARTIES.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here