24.2 C
GAO
dim 15 Oct 2017 - 23:42
Accueil Monde « La France sans les musulmans ne serait pas la France »

« La France sans les musulmans ne serait pas la France »

8
Zinédine Zidane au Stade de France le 26 mars 2015., Francois Mori/AP/SIPA
Zinédine Zidane au Stade de France le 26 mars 2015., Francois Mori/AP/SIPA

Du Moyen-Age à nos jours, du terrain de football à l’épicerie du coin, du laboratoire de recherche à l’usine d’assemblage automobile, les Français musulmans sont aussi la France d’aujourd’hui, estime l’analyste Abdelkader Abderrahmane.

Depuis de longues années maintenant, la présence des musulmans en France, et leur rôle positif, est régulièrement questionnée, voire remise en cause. Après l’effroyable tuerie de Charlie-Hebdo et de l’épicerie de l’Hyper Cacher, il y a tout juste un an, et plus encore sans doute depuis le 13novembre 2015, qui a vu de jeunes Français et de jeunes Européens se réclamant lâchement de l’Islam assassiner froidement et aveuglément des innocents en plein cœur de Paris, ces interrogations se multiplient de manière dangereuse et inquiétante.

En effet, pas un jour ne se passe sans qu’un article de presse ou une analyse traitant des musulmans de France ne paraisse dans la presse. Pas une semaine ne se passe non plus sans qu’un commentaire ou une opinion sur ces mêmes musulmans n’émane d’une femme ou d’un homme politique.

Aussi, en ces temps de «musulmanophobie» galopante qui s’ancre tous les jours un peu plus en France, il est sans doute opportun de rappeler à ces femmes et hommes politiques, essayistes, polémistes et autres experts du tube cathodique, ce que la France – et l’Europe dans sa globalité – doit aux musulmans.

La maison de la sagesse et du savoir

Alors que l’Europe médiévale était entourée de superstition, de fanatisme, de fatalisme, et d’autres irrationalités, le monde arabo-musulman, sous l’impulsion des dynasties Omeyyade et Abbasside, représentait au contraire la bayt al hikma, ou la «maison de la sagesse et du savoir». Et c’est ce savoir qui a permis aux Européens de sortir des ténèbres de l’ignorance dans laquelle ils étaient plongés, débouchant ainsi sur la Renaissance et les Lumières.

Si l’on parle beaucoup aujourd’hui de la nécessité pour l’islam de se réformer (ijtihad), n’oublions pas que les divergences entre les philosophes musulmans tels qu’Al-Ghazali (1058-1111), Ibn Rushd (Averroès, 1126-1198), Al-Farabi (827-950) ou Ibn Sina (Avicenne, 980-1037) existaient déjà à cette époque, produisant ainsi un terreau fertile et dynamique aux débats (ikhtilaf). Critiquant les travaux d’Aristote (384 av. J.-C.-322 av. J.-C.) dès le XIIesiècle, Averroès et Ibn Tumart (1080-1130) furent aussi les précurseurs de la distinction entre la philosophie et le religieux, semant les graines des Lumières et de la rébellion contre l’Eglise.

Le développement de la science était aussi une priorité pour les Arabo-musulmans de l’époque. A titre d’exemple, les travaux des médecins grecs Claude Galien (129-216) et Paul d’Egine (620-690) qui trouvèrent écho en Europe ne furent que le fruit du travail de traduction et de perfectionnement des Arabes, en particulier ceux de l’alchimiste et philosophe Al-Razi (Rhazès, 865-935), auteur d’Al Hawi, une œuvre médicale majeure. Les juifs qui vivaient en harmonie dans l’Andalousie musulmane, et qui durent ensuite fuir la répression de la Reconquista espagnole, emportèrent avec eux ce savoir médical qui a ensuite permis d’élaborer l’étude de la médecine dans des villes comme Montpellier.

Que seraient aujourd’hui les études sociologiques sans l’apport inestimable d’Ibn Khaldoun (1332-1406), le père de la sociologie moderne, dont le concept d’asabiya, ou esprit de corps, influença énormément la notion de virtu de Machiavel (1469-1527)? Et que dire du mathématicien perse Al-Khawarizmi (780-850), le père de l’algèbre et de l’algorithme, dont les travaux permirent notamment de reconstruire la cathédrale de Chartres qu’un incendie avait presque détruite au XIIesiècle? La liste est longue. Mais comme l’écrit si justement l’anthropologue Robert Briffault (1876-1948) dans son livre The Making of Humanity, «la science [occidentale et par extension française] doit bien plus à la culture arabe que des découvertes; elle lui doit sa propre existence».

Des liens historiques profonds

Qu’en est-il des musulmans et de leurs liens avec la France depuis un siècle? Et de ces tirailleurs sénégalais qui combattaient au sein de l’armée française lors de la première guerre mondiale? Ou bien du rôle des goumiers marocains face à l’Allemagne hitlérienne?

Et que dire aussi de cette immigration du XXesiècle qui contribua activement aux Trente Glorieuses? Très nombreux sont ces hommes et ces femmes qui ont perdu de leur santé en suant nuit et jour sur les chantiers français, les usines Renault, Peugeot, les mines de charbon, les constructions des routes et cités HLM dans lesquelles ils vivent aujourd’hui dans les conditions que nous savons. Ces hommes et ces femmes qui ont toujours été très discrets, ont constamment remercié la France de leur avoir donné l’opportunité de (re)construire une nouvelle vie. Ils ont aussi fondé des familles dont les enfants font la France d’aujourd’hui.

Pour nombre d’entre eux, ces enfants de confession musulmane sont aujourd’hui des femmes et des hommes dont on ne parle pas mais qui, pourtant, œuvrent tous les jours à la science et aux technologies «made in France« dans les nombreux laboratoires et centres de recherche à travers l’Hexagone. Ce sont des médecins, des dentistes, des cardiologues, des ophtalmologues, des ingénieurs… Ce sont aussi des coiffeurs pour les plus démunis, des techniciens et des agents de surface, des «Arabes du coin» tenant une épicerie ouverte jusqu’à tard dans la nuit. C’est aussi le travailleur malien Lassana Bathily qui, au péril de sa vie, a sauvé il y a un an des vies humaines en les cachant dans la chambre froide de l’Hyper Cacher. Ce sont aussi ces femmes et ces hommes qui nous sourient tous les jours lorsqu’on les croise dans la rue. Ce sont in fine tous ces (in)visibles qui payent leurs impôts et contribuent activement à l’économie de la France.

Des intellectuels, des sportifs, des symboles qui font la France

De son vivant, l’islamologue musulman Mohammed Arkoun (1928-2010) faisait aussi la France avec ses nombreux travaux académiques qui ont énormément contribué à la compréhension de l’islam. Citons aussi au hasard le philosophe et anthropologue des religions Malek Chebel, l’écrivain Tahar Ben Jelloun, la réalisatrice Yamina Benguigui ou les journalistes Sonia Mabrouk et Rachid Arhab, ce dernier ayant été aussi membre du CSA.

La France ne peut pas non plus être dissociée de ces nombreux sportifs français de confession musulmane qui contribuent à son rayonnement en faisant retentir La Marseillaise aux quatre coins du monde. Prenons par exemple le judoka Djamel Bourras, champion olympique à Atlanta en1996, Mahiedine Mekhissi, double vice-champion olympique du 3000m steeple, ou encore le marathonien Alain Mimoun, champion olympique à Melbourne en1956.

Il est important de rappeler qu’aujourd’hui le symbole par excellence de la France à New York, Tokyo, Londres, Cape Town ou Berlin n’est plus le camembert ou la baguette mais Zinédine Zidane, un homme de confession musulmane. En ces temps de musulmanophobie et d’arabophobie nauséabondes, il serait bon de se souvenir aussi que c’est sa tête qui a permis à la France de remporter ce qui demeure à ce jour sa seule et unique Coupe du monde de football, un soir de juillet1998.

Oui, sans hésitation aucune, la France sans les musulmans ne serait pas la France. A cet égard, il ne faut pas oublier qu’il coule très probablement dans les veines de beaucoup de Français, hommes politiques y compris, quelques gouttes de sang de Boabdil le musulman, qui capitula sous les coups de boutoir de la Reconquista.

Abdelkader Abderrahmane est analyste et consultant géopolitique

 …..Lire la suite sur lemonde.fr
SOURCElemonde.fr
PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. Un proverbe Bambara le dit: parler tro de notre passé ne fait que prouver l’ inefficience de notre present. Il faut etre absurde pour croire que la France doit quoi que ce soit aux “arabo-musulmans” etc.. elle doit plutot a Pasteur, a Pascal etc..cest un argument naif …de parler de la contribution des savants musulmans au developpement de sciences alors qu’on sait que ça toujours etait une chaine de transmission…. de civilisation en civilisation. Que dira la Chine et l’ Egypte-noire qui avaient leurs inventions scientifique et autre geometrie et math? Ces deux avaient presque tout passé aux grecs qui ont a leur tour passé aux arabo-musulmans. Il est vrai que l’Islam, de par son insistance immuable sur la recherche du Savoir, a ete un ingredien catalyseur
    dans la fermentation des sciences et des lumieres (Rennaissance) qui ont abouti a l’Industrialisation. Mais cela ne veut pas dire “EXTRAORDINAIRE!”….vu que cest comme un match de foot où un milieu 6 dynamique (les musulmans comme Averroes etc..) qui reçoit une balle de ses defenseurs morbonds et donc conduit avec vivacite et fait une belle passe a un 10 combatif (les humanistes europeens qui ont dû confronter l’Eglise de Terre Plate) qui traine l’ adversaire et passe la balle aux ailiers ( les Newton etc..) qui la remettent ingenieusement au 9 ( les industriels britaniques etc..) qui ferme le deal. On peut toujours apprecier et admirer l’energie du 6 qui a enclenché l’ Opportunite; mais il n’est ni l’origine absolue ni l’eventuel realisateur des exploits de cette opportunité.
    En fait, les arabo-musulmans ne manquaient-ils pas quelque chose a la croisee des chemins que les europeens avaient? Pourquoi se sont-ils limités a la transmission et non au developpement de sciences?
    Si l’on pouvait se venter sans etre naif, cest sont les occidentaux( notamment les Anglais), et non les arabo-musulmans, qui pourraient se venter de leur exploit dans les sciences et la technologie… et d’avoir changé le monde.

    Là où les musulmans pouvaient se venter cest leur capacité morale; mais dommage que là aussi rien ne semble plus attirant a travers les princes despotes et les extremistes religieux qui nagent dans l’ignorance jusqu’au cou. Cette belle religion qui est l’Islam resiste seule aujourd’hui….elle sera là pour le bien de ce monde et pour tous ceux qui decouvriront sa beauté et son amour.

  2. En lisant ce récit, je me suis senti arabe jusqu’au moment où je suis redescendu sur terre et que j’ai vu que je suis un vrai nègre noir et que j’ai été pendant 13 siècles et suis encore réduit en esclave par les arabes musulmans (en Mauritanie les noirs le sont même à ce jour). Que les arabes musulmans ont castré, violé, torturé, dépouillé mes aïeuls, les ont forcé à choisir entre la religion musulmane et l’épée durant 13 siècles. Les peuhls en savent quelque chose (en parlant de El Hadj Oumar Tall) même s’ils essaient de le nier aujourd’hui demandez leur pourquoi ils ont donné le nom ‘Kadô aux doguons). Le nègre n’avancera jamais. Nous croyons que la religion musulmane est la notre alors que les arabes nous vomissent et condamnent la nôtre. Ils nous joignent à leur cause pour faire leur s.a.lle guerre à leur place. Aux arabes leur religion et à nous africains la nôtre. Tant que nous ne comprendrons pas cela nous allons rester ainsi, aliénés jusqu’à la fin des temps. Pour quoi nous ne prenons pas l’exemple sur la Chine, le Japon, l’Inde… qui ont gardé leur culture et leur religion et se sont développés au point qu’ils font peur à l’occident? Nègre noir tu n’es pas arabe ni musulman de souche et tu le sera jamais alors pourquoi défends tu l’arabe et sa religion alors que ce dernier à bafoué et foulé au pied la tienne en t’appelant Kafir? Tes enfants meurent de faim et de soif au lieu de t’en occuper tu fais la guerre et tu lutte pour la promotion et la domination de la religion de ceux même qui t’ont opprimé durant 1300 ans. Nègre noir Hypocrite réveil toi bon sang.

    • @bezoun………………….bravo pour ton analyse et ton jugement excellents tous les deux . Dommage simplement que beaucoup de maliens ne soient pas capables d’ouvrir les yeux comme tu le fais .
      La seule et unique chose qui relie les noirs musulmans c’est la religion . L’Islam n’étant apparu qu’au
      8éme siècle et de se fait est la dernière religion parue ,fortement inspirée du judaisme et de la chriétienté , il suffit de lire les livres Saints des 3 religions pour s’en rendre compte on pourrait penser que l’Islam n’est qu’une religion de Polichinelle ou la secte Moon :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: Les noirs vivaient tranquilles avec leurs croyances ,et aussitot ces foutus arabes sont venus les prendre en esclavage 💡 💡 💡 trop con pour vous

    • Bazou, svp epargnes tes arguments chauvins …bidon surtout. Si ta religion n’ a pas pu resister ce qu il y a une raison valable a sa decadance. Sauf toi tout le monde comprend qu’il existait des milliers des religions…qui se sont chevauchées, succedées, remplacées. Des super religions comme Budhisme, Hinduisme, Judaisme, Christianisme, Islam ont pu resisté. Si Islam etait la religion des arabes comme tu dis ça aurait ete tres simple: vu que, selon tes theories, ces derniers sont de tres tres mauvais
      esclavagistes et barbares, pourquoi leur religion ne s est pas vite etteint mais plutot est devenue la plus attirante? En plus, crois tu serieusement que les “negres” soient les seuls qui ont abandonné leurs religions pour les religion abrahemiques? Et les Romains qui sont aujourdhui devenus des chretiens? Les chinois, les thais, les japonais, qui sont devenus des budhistes? Et les iraniens, les turques, les indonisiens, bosniaques qui sont devenus des musulmans? Sont tous des cons, hen?
      En plus cest faux que la Chine a garde sa religion. En Chine cest ainsi: budhisme, pas-de- religion, confuciunasme et autres (Islam et Christianisme etc..).
      Pourquoi alors tout ce chauvinisme bidon selon lequel il faut garder le sien meme si ineficace?

      Pour ce qui est de l’attitude des arabes vis a
      vis des noirs, on est d’accord qu ils sont reprehensibles. Mais ça devrait pas te prendre plus que quelque dans l’histoire de l’Islam pour voir que les arabes sont les premiers violateurs des principes de l’Islam.

      Blanche neige, honte a toi… decidemment t’ es toujour content de voir le Mali ou l’Islam mis a terre.

  3. jusque dans les années 60′ et la libérations de nos colonies ,in y avait trés peu de musulmans en France et on s’en portait tout aussi bien !!!! le problèmes c’est quand tous les crèves la faim africains et maghrébins sont venus en France chercher du travail qu’ils n’avaient pas chez eux que tout a changer , et que les femmes musulmanes venaient pondre leurs oeufs maléfiques sur notre territoire que tout a commencé a se déteriorer 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿

  4. La France ne doit absolument rien aux musulmans. Si les arabes tiennent coûte à coûte vivre comme au moyen âge pourquoi certains d’entre eux choisissent de vivre dans les pays occidentaux ?Pourquoi ne vont ils pas vivre par exemple en Arabie Saoudite ?dans les autres monarchies petrolieres du golf ?Ces pays sont pourtant très riches et ils n’auront aucune barrière linguiste ni culturelle ni religieuse. Arabe et violence rime ensemble et cela va durer éternellement. Les africains en savent mieux que quiconque après plus de 1300 ans d’esclavage de génocides viols vols etc…

  5. Tu passes trop loin de la plaque. L’apport (somme toute exagéré ici) de tes maîtres arabes à la civilisation de l’universelle n’est pas en cause ici. Le problème c’est leur violence qui est indéniablement historique qu’actuelle. C’est cette violence qui amène les non musulmans à une crainte rationnelle (pas une peur bleue: phobie) mais une peur basée sur un danger qui existe et qui tue chaque jour. Tout être vivant, ayant ses facultés normales aurait peur d’un tel danger si vivant et omniprésent. Vous tuez les gens et vous les accusez en plus d’avoir de vous. Oh bon Dieu !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Comments are closed.