Niger : Mohamed Bazoum demande des comptes à l’armée française

1

Après la mort de trois personnes dans l’attaque d’un convoi militaire français dans une ville du Niger, le président du pays Mohamed Bazoum a demandé une enquête ce vendredi.

Ces images de l’attaque datant du 27 novembre dernier montre le convoi au cœur d’affrontements à Tera dans l’ouest du Niger.

Après avoir été retardé par de violentes manifestations au Burkina Faso le mois dernier, le convoi de ravitaillement en provenance de Côte d’Ivoire a rencontré de nouvelles difficultés qui ont causé la mort de trois personnes et fait une douzaine de blessés selon le gouvernement nigérien.

S’exprimant dans une allocution télévisée à l’occasion du 63e anniversaire de l’indépendance du Niger, le président Bazoum a demandé aux autorités françaises, d’ouvrir une enquête en vue de sanctionner les potentiels coupables d’actes répréhensibles.

Le convoi de ravitaillement, arrivé sur le sol africain en Côte d’Ivoire au début du mois, avait traversé le Burkina Faso avant d’entrer au Niger pour se rendre à sa destination au Mali.

Il se dirigeait vers une base à Gao, dans le centre du Mali, un centre de l’opération française Barkhane qui renforce les alliés au Sahel contre une insurrection djihadiste qui a débuté dans le nord du Mali il y a près de dix ans.

Mais des affrontements ont éclaté à Tera, dans l’ouest du Niger.

Le porte-parole de l’armée française, Pascal Ianni, a déclaré à l’époque qu'”aucun soldat français n’a été blessé”. Mais “deux chauffeurs civils du convoi ont été blessés par des pierres et certains camions civils ont été endommagés”.

M. Bazoum a déjà exprimé sa “gratitude” envers la France et salué ses “sacrifices” au Sahel.

Source: https://fr.africanews.com/

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. vous croyez vraiment qu’il a le courage de dire cela de son propre chef? Paris le lui a fait dire pour un peu apaiser la colère des nigériens. Aucun suiviste ne peut ainsi parler à son mentor sans autorisation de celui ci. La réponse de F. PARLY devait entraîner une réplique si la demande venait de lui et dit avec conviction

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here