ONU : les rapporteurs spéciaux du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme fustigent l’Algérie au sujet de l’assassinat de deux orpailleurs sahraouis à Tindouf

0

La responsabilité de l’Algérie dans les violations des droits de l’homme commises dans les camps de Tindouf et notamment l’assassinat de deux orpailleurs sahraouis brûlés vifs le 20 octobre 2020 évoluant est désormais établie. La lettre adressée le 7 janvier 2021 par les rapporteurs spéciaux du Haut-Commissariat aux Droits de l’homme au gouvernement algérien reprend l’essentiel des griefs portés par la famille des victimes contre le gouvernement algérien. Faisant suite à la plainte déposée par une ONG auprès de la Rapporteuse spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, cette communication urgente rendue publique a été envoyée à l’Algérie par le HCDH (Haut-commissariat aux droits de l’homme).

Dans un langage onusien inédit et ferme qui reprend l’essentiel des griefs portés par la famille des victimes contre le gouvernement algérien, le Rapporteur spécial sur les droits de l’homme des migrants, la rapporteuse spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires et arbitraires et le rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants ont déclaré que « les violations semblent s’inscrire dans une tendance plus générale de violations systématiques commises par les forces de sécurité algériennes à l’encontre des réfugiés sahraouis »… Tout en soulignant que « les familles des réfugiés sahraouis craignent des représailles en raison de l’usage excessif de la force par les forces de sécurité algériennes  » (…) et que « l’Algérie doit enquêter sur les abus et les violations des DH dans les camps de Tindouf, car les abus allégués se sont produits sur le territoire algérien et relèvent donc de sa juridiction territoriale ».

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here