Dr étienne Fakaba Sissoko : « La transition doit créer les conditions pour un renouveau national »

4

Face aux grands défis de l’heure comme la paix et la justice sociale, les réformes institutionnelles, la réorganisation territoriale, il faut un dialogue et des concertations régulières entre toutes les couches de la société malienne, suggère le chercheur

L’Essor : Quelle est votre lecture des évènements sociopolitiques du pays, plusieurs semaines après la démission de l’ancien président de la République, Ibrahima Boubacar Keïta? 

Dr étienne Fakaba Sissoko : La situation demeure toujours tendue sinon plus tendue. Depuis les évènements du 18 août, tous les regards semblent tournés vers la mise en place des organes de la Transition et la levée des sanctions de la Cedeao sur le Mali. Sur le processus de mise en place des organes de la Transition, le vendredi 25 septembre Bah N’Daw et Assimi Goïta ont prêté serment devant la Cour suprême. Cet évènement est intéressant à analyser sur deux plans : sur le plan protocolaire, le président et le vice-président ont tous les deux prêté serment et étaient assis sur le même alignement.

En principe, dans des circonstances solennelles de ce genre, le vice-président doit être toujours placé derrière le président au lieu d’être sur la même ligne que lui. Cette situation pourrait être interprétée comme l’absence de hiérarchie entre le président et son vice-président. En outre, le fait que celui-ci ait prêté serment au même titre que le président suscite de l’ambiguïté quant aux fonctions et missions du colonel Assimi Goïta. Face à cette situation, le risque que le militaire retraité Bah N’Daw joue de la figuration au lieu d’être un véritable chef d’État demeure plausible.

Sur le plan du discours, celui prononcé par le président de la Transition, juste après son investiture, a fixé le cap et dégagé en filigrane les priorités : la lutte contre la corruption ; la lutte contre l’impunité ; la sécurité ; la bonne gouvernance ; les malversations financières ; l’organisation des élections générales à des coûts raisonnables, etc.

Le ton annonçant ces priorités donnait l’impression d’un homme d’autorité et de principe. Néanmoins, le mystère qui entoure les prérogatives du tout nouveau président de la Transition entretient le doute quant à sa capacité à être dans les faits, l’homme d’autorité et de principe qu’il laisse paraître.

C’est dire que, de la complicité ou non du nouveau tandem N’Daw-Assimi dépendra la réussite de la Transition. Aussi, quel rôle jouera le nouveau Premier ministre dans un tel contexte ? Quelle sera sa marge de manœuvre dans le chantier de la refondation de l’État ?

Le dimanche 27 septembre, l’ancien ministre des Affaires étrangères Moctar Ouane a été nommé Premier ministre de la Transition par le tout nouveau chef de l’état Bah N’Daw. Ce choix se justifie par deux principaux éléments d’analyse : d’abord le « relatif consensus » qu’incarne Moctar Ouane en ce sens qu’il n’est partisan d’aucun parti politique et qu’il ne soit pas de la querelle qui oppose le CNSP au M5-RFP ont été des éléments déterminants dans sa nomination à la Primature. En outre, comme le soutient l’ancien Premier ministre Moussa Mara, la « souplesse » et la capacité à trouver « les bons mots face aux interlocuteurs », qui sont des atouts reconnus aux diplomates pourraient bien être utiles pour Moctar Ouane et pour le Mali.

Ensuite, il était surtout question de choisir un Premier ministre qui dispose d’un carnet d’adresses bien garni. Car l’embargo imposé par la Cedeao est un obstacle pour le Mali dans l’exercice de sa politique extérieure. Parce que qualifié de francophile par certains acteurs, l’enjeu de la nomination de Moctar Ouane peut aussi s’inscrire dans une optique d’avoir la bénédiction de la France, surtout, sur les problématiques de sécurité, et d’économie.

Ainsi, avec cet objectif, les militaires pourraient espérer avoir la confiance de la communauté sous-régionale et internationale vis-à-vis du Mali et de rétablir le contact entre notre pays et les institutions financières internationales. Toujours est-il, qu’au-delà, il devra batailler dur pour s’imposer afin de ne pas voir ses prérogatives usurpées par un vice-président en quête d’autorité.

Sur le maintien des sanctions de la Cedeao, l’investiture d’un président de la Transition et la nomination d’un Premier ministre civil n’ont pas suffi pour la junte de bénéficier de la levée des sanctions par l’organisation communautaire. Le maintien des sanctions par l’organisation sous-régionale s’explique d’une part, par la méfiance que la Cedeao se réserve à l’égard de la junte pour plusieurs raisons dont, entre autres, le maintien du poste de vice-président occupé par le président du CNSP Assimi Goïta et, aussi et surtout, le flou et l’ambigüité qui entouraient la Charte qui est considérée comme la feuille de route de la Transition, les tergiversations du CNSP à prononcer son autodissolution sont autant de raisons qui amènent l’organisation sous-régionale à s’interroger sur les ambitions politiques réelles de la junte et cristallise le manque de confiance qui existe déjà entre les deux protagonistes.

En tout état de cause, l’analyse de ces évènements démontre à suffisance l’immensité et l’acuité des défis auxquels notre pays est confronté et qui imposent aux pouvoirs publics, aux acteurs politiques et à la société civile, toutes obédiences confondues, la conjugaison de leurs énergies et intelligences pour sauver le Mali.

L’Essor : Le début de cette nouvelle ère connaît des difficultés du fait notamment de l’incompréhension entre certains acteurs du changement. étes-vous confiant quant aux chances de réussite de la Transition dont les organes se mettent progressivement en place ?

……….lire la suite sur lessor.site

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Quelle analyse pour un soit disant docteur ! Un docteur qui n est pas capable d’appréhender les faiblesses des acteurs politiques , mais qui s’en prend aux militaires qui veulent être un garde fou pour assurer la bonne gouvernance ! Cette analyse n’est pas digne d’un Docteur ou bien le doctorat est il dévalué comme le franc CFA ?
    Ha ! Ces soient disant docteur , ce ne sont que des perroquets ! Ils n’ont aucune base dialectique matérialiste ! Comment de tels soient disant intellectuels peuvent faire face aux occidentaux pour faire des propositions ou des desaprobations ? Le véritable problème des africains c’est ce béni oui oui formaté qui se leurre comme étant un docteur ! Un bon Docteur doit analyser les échecs des 30 dernières années et proposer une ou des solutions au lieu de dénigrer les nécessités de sortie de crise telles que la présence des militaires comme garde fou !
    Il faut que l’on reconsidère la formation intellectuelle au Mali : exemple : un cadre supérieur en économie doit avoir des connaissances mathématiques approfondies ! Quel cadre supérieur malien a des connaissances en mathématiques superieur ? S’il en existe c’est rare ! Et pourtant les économistes des pays dedéveloppés maîtrisent les mathématiques ! Cet exemple pour faire ressortir les lacunes de nos cadres comme ce cher docteur qui visiblement manque de l équivalent mathématique de son domaine !!!

  2. C’est avec beaucoup de joie , que j’ai lu l’intervention du Dr Etienne Fakaba SISSOKO. Sans doute , resté sur ma faim.sur certains points, aussi des contre-vérités qu’il a distillé ça et là . Le choix de Moctar OUANE ne repose pas sur sa neutralité, mais sur son engagement à défendre vaille que vaille les intérêts de la France au Mali. Il doit avoir le courage de décrier le processus de nomination du President de la Transition , du vice President, du Premier Ministre et des membres du gouvernement de transition . Ce qu’on nous a fait croire n’est pas ce qui s’est passé. Certes , tous ceux-ci sont des maliens. Mais la refondation du nouveau Mali pour la quelle le M5 RFP s’est battu risque d’être mort née . Ce combat mené contre IBK et son regime a comme acteur principal le M5 FRP.. Au Dr Etienne Fakaba SISSOKO, je lui dirai , de bien vouloir regarder dans son rétroviseur. Au Mali, la lutte contre l’injustice, la corruption, bref la mal gouvernance ne date pas d’aujourd’hui. Pour son propre cas, personnelle j’ai décrié l’acharnement des plus hautes autorités de l’époque contre sa personne . Et pourtant je ne le connais qu’à travers le petit écran. A l’époque, son combat pour plus de justice était apprécié pour la majorité des maliens . Quelques mois plus tard, le même Etienne F. SISSOKO a changé pour devenir un soutien inconditionnel du régime IBK. Ma réaction ne s’est pas fait attendre. Mes écrits dans les différents journaux sont disponibles . Maintenant qu’IBK et son regime ont été chassé, une transition réussie est souhaitée par tout bon malien . Cette transition reussie passe nécessairement par tous les maliens.

  3. ce monsieur etait il sur la plcae de l`independance?

    NOUS AVONS DIT QU`ILS SE TAISENT TOUS CEUX QUI N`ETAIENT PAS SUR LA PLACE DE L`INDEPENDANCE DE SE TAIRE AU MOINS JUSQU`A LA FIN DE LA TRANSITION……………

  4. Vous Etienne FAKABA DIAKITE, vous devrez vous taire définitivement car vous étiez sûr qu’après IBK le Mali serait dans un chaos, alors que c’était IBK lui-même qui était le chaos. Vous êtes un mauvais économiste incapable de faire de la prospective, c’est dommage pauvre Etienne. Il faut savoir être dans de bon camp à temps, maintenant comment pourriez-vous, vous justifiez auprès de vos siennes que vous avez vilipendé? Tout le monde voyait que le régime d’IBK était dans le chaos total, sauf vous Etienne, c’est regrettable.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here