Avenir de Kidal : Le Régime continue à poser des actes pour son autodétermination !

5

Nous avions en son temps dénoncé l’accord d’Alger de 2015 en faisant savoir qu’il donne à Kidal plus qu’une large autonomie, mais une indépendance. En effet l’accord d’Alger de 2015, donne à Kidal sur un plateau d’argent les attributs d’un état. Kidal a un territoire interdit à notre armée nationale. Il dispose de frontière dans lesquelles s’exercent des autorités non nationales. Kidal semble avoir de plus en plus une identité propre à sa zone de contrôle qui n’est pas malienne, mais azawadienne. Kidal dispose non seulement de sa propre justice,c’est-à-dire la charia, mais d’une police propre à cette région, et de plusieurs sortes d’armées.

La première est l’armée azawadienne composée de 1500 hommes, bien équipée en armement par la France avec la complicité de la Mauritanie. Cette armée est une force tampon à 45 km de Kidal contre la rentrée des FAMA appelées désormais armée reconstituée. Cette nouvelle force porte un drôle de nom, car en fait il n’y a que 30% d’éléments FAMA dans ladite armée. Il y a la présence d’une autre force qui est celle constituée par les djihadistes et les terroristes. Cette deuxième force est stationnée quelques parts dans les grottes à la frontière algérienne avec la complicité de ce pays qui semble être un pays ami et ennemi de notre pays à la fois. Cette force donc est actionnée à volonté par Iyad et empêche l’armée malienne et les autorités de mettre pied dans cette ville rebelle.

Voilà que dans le cadre de la mise en place de l’armée reconstituée comme le prévoit l’accord d’Alger sur un total de 428 éléments à déployer à Kidal, 91 éléments formés manquent à l’appel, a constaté la 13ème session extraordinaire de la Commission Technique de Sécurité (CTS) qui s’est tenue le 24 janvier dernier, dans la capitale. Où sont-ils passés ? Quelle a été la réaction de la hiérarchie militaire ?

Selon Info-Matin du jeudi 30 janvier 2020, le Coordinateur du MOC a dévoilé la clé de répartition suivante des éléments qui devraient être redéployés à Kidal ce 1er février, selon le chronogramme adopté : FAMA : 176 éléments, 0 absent, dont 28 éléments de soutien (Génie, Santé, Trans, Gata, et Prévôté); CMA : 116 éléments, 47 absents ; Plateforme : 127 éléments, 44 absents ; Inclusivité : 9 éléments, 0 absent. Soit un effectif total de 428 éléments, sur lequel 91 éléments manquent à l’appel. La situation des absents ne saurait passer pour pertes et profits, d’autant puisse qu’il s’agit d’éléments formés qui se retrouvent dans la nature ; alors qu’ils relèvent désormais du commandement militaire et astreint au règlement militaire. Leur situation est juridiquement qualifiable et passible de peine.

Ce qui est étonnant, c’est le fait que la hiérarchie militaire, le comité de suivi de l’accord n’ont fait que le constat de l’absence de ces 91 éléments perdus dans la nature.

Mais, en attendant un traitement politique de la question, le Coordinateur du MOC a précisé que pour des raisons liées aux absences, l’effectif présenté n’est pas définitif et pourrait faire l’objet de modifications dans la mesure où le principe des quotas n’a pas été respecté. En effet, certaines absences pourraient être complétées par des éléments FAMA. Mais tout ce funambulisme ne satisfait pas la curiosité sur une question qui tarabuste : où peuvent bien crécher ces absents qui ont expressément émis le souhait d’intégrer les forces de défense et de sécurité et qui ont accepté, pour ce faire, se plier à toutes les exigences ?

Du côté de la Plateforme, il y a une explication plausible à ces absences. En effet, son représentant à la 13ème session extraordinaire de la Commission Technique de Sécurité (CTS) a précisé que les absents sont principalement constitués d’éléments arrêtés au Burkina et ceux enlevés par le Groupes armés terroristes (GAT) à la suite des permissions obtenues pendant leur formation dans les camps FAMA. Effectivement, s’il y eut moins de publicité autour des éléments arrêtés au Burkina, le rapt de jeunes militaires permissionnaires issus de la Plateforme a beaucoup ému l’opinion nationale.

La CMA, elle, ne juge pas nécessaire d’en faire autant pour ses 47 éléments qui manquent à l’appel. Pourtant, elle a été la première à pointer du doigt le non-respect de la règle du 1/3. Compère de circonstance, la Plateforme lui a emboîté le pas dans sa diatribe. Mais comment peut-on respecter cette règle quand ses éléments formés se fondent dans le désert ?

Gambergeuse professionnelle, l’impasse sur le principe d’attribution du commandement comme indiqué dans le chapitre 9 de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali est également dans son viseur. In fine, il incombe à chaque partie d’honorer sa part d’engagement. Sur ce coup, les mouvements signataires sont pris à défaut.

À ce rythme, nous serons dans un recommencement perpétuel, car les cartes ne sont pas encore rebattues par toutes les parties afin que les FAMA reconstituées rentrent à Kidal.

Déjà la CMA a averti qu’aucune élection ne se tiendra sur son territoire tant que les nouveaux cercles et régions ne sont pas créés, ainsi que le retour des réfugiés sur lesquels, la CMA compte pour s’assurer qu’elle a une population critique pouvant lui donner l’indépendance à la suite d’un vote d’autodétermination de l’Azawad. Le temps semble donner raison aux sceptiques de la mise en œuvre de l’accord d’Alger.

Badou  S  KOBA

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. On se demande quel crétin a pu écrire un pareil article

    Avant janvier 2013 ces groupes avaient déjà des armes !!! et la France n’était pas encore là
    Souvenons nous que le Niger a désarmé tous les mercenaires arrivant de Libye …et que le MALI n’a rien fait …
    D’un côté il se fait un DNI pour mettre en place LA PAIX
    Et en même temps on laisse un “SCRIBOUILLEUR” écrire dans un journal NATIONAL un article aussi bête qui va à L’ENCONTRE DE LA PAIX… au moment où les troupes maliennes arrivent à KIDAL

  2. Les enfants généraux ont tué l’armée. La loi de programmation militaire était de la fumée.
    Elle a enrichi les enfants généraux et la mafia politique.
    L’armée malienne n ira nulle part aussi longtemps que les rejetons fils à Papa du prytanee militaire resteront aux commandes

  3. RINZ
    Certains agissements n’exigent pas des preuves, mais des constats sur les comportements des parties présentes.
    ON N’EST PAS DANS UN TRIBUNAL POUR CHAQUE CONSTAT DES PARTIES PRÉSENTES, IL FAUT DES PREUVES.
    Les grandes puissances sont dotées des services secrets très performants qui agissent sans laisser de traces.
    C’EST LE RÉSULTAT DE LEURS AGISSEMENTS QUI MARQUE LEURS PRÉSENCES.
    Il ne faut pas être un stratège pour comprendre qu’une milice, même appuyée par des jihadistes, ne peut pas venir à bout d’une armée, occupée les deux tiers du territoire sans appui extérieur.
    On sait maintenant que la C.I.A a démarché KABILA, lui doter d’une armée, infiltré l’ARMEE de mobutu pour lui permettre d’occuper la capitale d’une rapidité déconcertante.
    Et pourtant pendant son offensive, des naifs genre nfp, yugu, RINZ…se sont cantonnés à dénoncer la faiblesse de l’armée zaïroise.
    Au Mali,il suffit d’être un homme averti pour comprendre que le service secret français est entrain d’opérer .
    Des GAOU(animé d’esprit villageois)des temps modernes c’est à dire des individus très instruits, mais pas au fait de la marche du monde,incapables de flirter les agissements des grandes puissances, préférent avoir des preuves pour y croire.
    ON N’ARRIVE PAS À COMPRENDRE QU’UNE STRATÉGIE EST EN PLACE POUR AFFAIBLIR L’ARMEE MALIENNE TOUT EN RENFORÇANT L’ARMÉE DES SÉPARATISTES.
    On veut des preuves alors que le constat est palpable que les positions des séparatistes ne sont jamais attaquées par les jihadistes depuis le cessez-le-feu avec l’ARMEE MALIENNE.
    Le constat est fait qu’une sorte d’embargo qui ne dit pas son nom est appliqué sur l’ARMEE MALIENNE sur les achats des armes alors que les séparatistes se renforcent.
    Faut il faire les grandes écoles pour comprendre que les attaques surprises des camps militaires depuis 2012 ,que l’on soit incapable de corriger porte la marque d’un agissement d’une force obscure.
    Est ce le fait d’être francophile qu’on est incapable de comprendre les attaques des camps militaires avec des pertes énormes des hommes bien formés suivi du ramassage des équipements militaires affaiblissant l’ARMEE MALIENNE afin de l’empêcher de récupérer militairement L’AZAWAD, si les séparatistes décident de décréter unilatéralement l’autonomie intégrale?
    Un dernier constat convainc tout ESPRIT éveillé que le service secret français agit.
    Il suffit de constater que le président nigérien ne proteste plus après avoir dénoncé le statut de kidal suivi des attaques des camps militaires nigériens.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  4. Il est écrit: “La première est l’armée azawadienne composée de 1500 hommes, bien équipée en armement par la France avec la complicité de la Mauritanie. ”

    UN JOURNAL MÊME OFFICIEL NE PEUT PAS SORTIR UNE TELLE ASSERTION SANS APPORTER DES PREUVES !!!!
    Et cela continue cette fois l’Algérie et la France sont accusées ” Cette deuxième force est stationnée quelques parts dans les grottes à la frontière algérienne avec la complicité de ce pays qui semble être un pays ami et ennemi de notre pays à la fois. Cette force donc est actionnée à volonté par Iyad ..”
    Toutes ces ACCUSATIONS appellent des ACTIONS EN JUSTICE

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here