Dialogue intergénérationnel : Pr Ali Nouhoun DIALLO pour le 1er round !

2
Ali Nouhoun Diallo
Ali Nouhoun Diallo

Invité ce samedi 08 Août dernier à la maison de la presse au premier numéro de « dialogue des générations », le Professeur Ali Nouhoun DIALLO a retracé son parcours, notamment sa vie estudiantine et culturelle. Un passé aussi riche que passionnant, devant servir de modèle aux jeunes générations, en ce sens que celles-ci manquent de repère.

La vie de l’homme, en effet, ne s’est faite que de contradictions, choses à travers lesquelles, il parvint sans faille à se forger un devenir, un destin hors commun. Si son instruction à l’école, n’était pas du tout une idée partagée par son père, essentiellement pour des raisons d’ordre domestique, sa mère quant à elle, fera tout pour que le jeune garçon qu’il fut, puisse aller à l’école des blancs. Un univers où il apprendra naturellement une nouvelle culture, une autre vision du monde. Une autre contraction majeure dans la vie de l’homme fut sa forte aspiration à exercer une profession médicale, devenir médecin en un mot. Mais une fois encore, le destin s’est opposé à cette volonté profonde de devenir un disciple d’Hippocrate. Il devint alors homme de lettres pour se retrouver plus tard, homme politique. Ces multiples contradictions qui ont jusque-là jalonné sa vie, sont ce dont il est aujourd’hui le résultat vivant à savoir, l’identité qu’il s’est forgée, la personnalité et l’humanisme dont il a su se construire. Face à la crise que traverse le Mali, l’éminent universitaire dira sans ambages, que celle-ci impose une nouvelle donne consistant en ce que chaque citoyen malien se constitue en soldat pour la défense de la patrie car le pouvoir seul ne saurait apporter de solution à cette crise. Même si l’ancien secrétaire politique de l’ADEMA/PASJ a toujours entretenu de bons rapports avec la Presse, il ne manquera cependant pas de déplorer chez celle-ci, sa tendance à donner quasiment un contenu au concept d’«Azawad », qui ne désigne en rien, une « réalité mémorielle » à plus forte raison historique mais plutôt une simple revendication politique. Les journalistes à ce point, devraient donc éviter de se prêter au jeu des rebelles voulant, à tout prix, falsifier l’histoire.

 

Au regard d’un savoir immense, une expérience politique aussi longue qu’intéressante, l’ancien Président de l’Assemblée nationale se dit disposé à aider, accompagner le pouvoir actuel dans sa marche vers la paix et le développement. Le Mali appartient à tous, et chacun devra s’y impliquer du mieux qu’il pourra. Les jeunes, principalement, doivent user de toutes leurs ressources intellectuelles et morales pour une analyse juste et cohérente de la situation en vue de mieux en évaluer les données pour ne point se méprendre de la voie à suivre.

Modibo Kane DIALLO  

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Restons fidèles à nos civilisations, nos croyance humanistes à la civilisation mondiale. Pensons et vivons en dans notre temps et dans notre espace ; souvenons nous du notre univers Historique qui vaille : celui des CIVILISATIONS MILLÉNAIRES qui ne meurent jamais : Celle du Mandé, Ghana, Songha,ï d’Égypte aux cotés de grandes autres Mésopotamie, de Perse, de Bagdad, de Damas, de Cordoue, ….. Alors revenons aux seuls arguments qui vaillent ! et rappelons nous que :
    Pourquoi cette photo alors qu’i s’agit de Kouffa?: la raison:
    Faire détester et mépriser les touaregs par eux-mêmes contre leur propre communauté de destin pour qu’il ne rentre pas dans la mondialisation. Une intégration par une désintégration.
    Ainsi on passe à coté de Kouffa et on revient aux touaregs:
    Qui est le Divin et qui est le Diable ! Faire plus de haine pour plus de guerre quand on diabolise et déshumanise une race une ethnie alors on peut après faire sa guerre en toute conscience d’éradication du « de la vermine » sur cette terre : toujours soumis à des intimidations, harcèlements, arrestations, menaces et massacre. 
    Remettons les pendules à l’heure et déconstruisons ces arguments réducteurs qui se fondent sur une conjecture événementielle et non pas sur toute l’Histoire : la grande histoire millénaire des civilisations en dehors de l’espace et du temps et finalement revenir à la conjoncture actuelle du conflit malien qui est un en réalité un conflit politique !
    Maliens je vous suggère de bien lutter contre le terrorisme : celui de Kouffa, comme celui d’Iyad, comme celui d’autres horreurs, ….que personne ne vous fasse croire que la case paix passe par Iyad ou un autre démon. Lutter aussi contre toute ces idées fascistes, racistes touaregophobes qui font la promotion de la « race satanique » exactement comme le faisaient dans les années 30 les fascistes nazis contre les juifs pour justifier après leur extermination.
    Nous avons dépassé ces lâchetés, celle de lorgner les terres de son voisin, celles d’éliminer physiquement son opposant politique touareg (Tombouctou), celle de s’approprier les biens de son voisin touareg sous tous ces prétextes fallacieux parce qu’il est facile de lui collé une étiquette.
    Ne soyons pas nos propres bourreaux en se laissant aveuglés par des politiciens en mal de trouvé des solutions idoines !
    Ils nous ont enfoncés dans cette guerre insensée depuis 50 ans et pense trouver le miracle en nous suggérons Iyad comme solution… Si Iyad est la solution dans ce cas les citoyens dont les touaregs particulièrement méritent plus d’explications !! Des personnes devront répondre des crimes et des assassinats de nos concitoyens touaregs, de nos administrateurs égorgés, de nos femmes de nos enfants….En premier ceux qui clament Iyad, doivent répondre devant Dieu et les hommes de leur accointances !!!!

  2. tous mes consideration au prof aly .qu’il se souvient que l’adema a entrtenu la rebelion plus que son armee. au lieu de parler fait preuve de bon malien merci

Comments are closed.