Gestion des logements sociaux : La FDAL demande la démission du ministre l’Urbanisme et de l’Habitat

1

En sit-in avant-hier mardi, 9 aout 2022, la Fédération des Associations des Bénéficiaires et Demandeurs des Logements Sociaux du Mali (FDAL) demande la démission pure et simple du Pr Bréhima Kaména, ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat, des Domaines, de l’Aménagement du territoire et de la population pour incapacité à gérer les logements sociaux.

C’était devant la grande porte des logements sociaux de N’Tabacoro, sous le leadership de Bourama Guimbala Siby, président de la FDAL, en présence de Maimouna Sissoko, vice-présidente et plusieurs membres du bureau que s’est tenu le meeting.

Dans leur déclaration prononcée par le président, la FDAL estime qu’après plusieurs lettres d’alerte, de plaidoirie , d’explication , de cri de cœur et plusieurs rencontres avec le département en charge de la gestion des logements sociaux sans qu’il y est le moindre geste de la part de ce dernier à trouver des solutions aux problèmes des populations, la FDAL-Mali exige la démission du ministre de l’habitat pour les raisons suivantes : l’incapacité à libérer les voies d’accès aux logements , les équipements (espaces) publics et les espaces du site dédié à la réalisation exclusive des logements sociaux ; la prise d’un projet de loi portant relance de l’O.M.H qui suspend les attributions jusqu’en 2026 ; la mise en vente directe des logements sociaux ; la non-tenue du Conseil d’administration de l’O.M.H qui se retrouve dans l’impasse sans programme ni budget, un pilotage à vue ; l’incapacité à bitumer les artères principales et à terminer les travaux d’installation électrique et d’eau des logements ; le non-suivi et la non-attribution des logements sociaux de l’intérieur qui se trouvent dans un état de dégradation très avancé ; la non libération par l’entreprise des réserves ( espaces publics ) des 600 logements sociaux de Kati. La Fédération, indique M. Siby dit non aux désordres que la société de gardiennage KABIS crée dans les logements sociaux de N’Tabacoro ; non la présence de la brigade de gendarmerie qui facilite l’occupation des espaces publics ; elle dit non également à la gestion mafieuse des logements sociaux sous le ministre Kamena.

Par ailleurs, elle est pour la régularisation des bénéficiaires de logements sociaux de type F4. ‘’Oui, aujourd’hui nous demandons la démission du ministre Brehima Kamena pour incapacité et la non transparence dans la gestion des logements sociaux. Nous ne devons en aucun cas cautionner le désordre, nous ne devons pas accepter qu’un ministre vienne saboter le bon projet du Président ATT. Nous devons nous investir pour sauvegarder ce projet gigantesque des logements sociaux au profil des Maliens. Nous demandons l’arrêt immédiat de la vente des logements sociaux au profit des demandeurs qui ont longtemps postulé sans succès. Que les attributions faites en 2019 et celles de 2022, nous demandons à ce que qu’elles soient occupées. Trop c’est trop, nous demandons le départ de ce ministre du désordre’’, a-t-il laissé entendre.

Pour Maimouna Sissoko, au début on lui donnait beaucoup de conseils, mais aujourd’hui il est injoignable et mène des actions de contre nature par rapport à la gestion des logements sociaux. ”Dans lesdits logements, nous n’avons ni routes, ni marchés, ni écoles et il n’y a que des écoles privées. On veut des infrastructures sociales de base que ce ministre est incapable de nous apporter”, déclaré madame Sissoko.

Brehima DIALLO

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Ce ministre n’est pas responsable des déconvenues, au contraire il est l’un des plus apprécié par son apport qualitatif.
    Non à l’intox et à la désinformation.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here