Accès des maliens de la diaspora a la carte NINA : Le CSDM rencontre le ministre de la Refondation de l’Etat

1

En vue d’échanger sur la situation des Maliens établis à l’extérieur, n’ayant pas de carte NINA, le ministre de la Refondation de l’Etat, chargé des relations avec les institutions, Mohamed Coulibaly, a rencontré le jeudi 5 novembre 2020 une délégation du Conseil supérieur de la diaspora malienne (CSDM).

La délégation du Conseil supérieur de la diaspora malienne (CSDM) était conduite par son président, Mohamed Chérif Haïdara, qui a remercié le ministre pour son engagement pour la cause des Maliens vivant à l’extérieur.

Mohamed Chérif Haïdara a réaffirmé la disponibilité du CSDM à tout entreprendre pour que nos compatriotes vivant à l’extérieur puissent avoir accès aux documents administratifs dont ils ont besoin.

«Il y a beaucoup de Maliens de la diaspora qui n’ont pas de papiers notamment en Arabie Saoudite, au Soudan et en Côte d’Ivoire. Nous leur disons que nous avons évoqué leurs problèmes avec le ministre. Nous demandons à tous les Maliens résidant dans ces trois pays (Arabie Saoudite, Soudan et Côte d’Ivoire), n’ayant pas de papiers, de s’adresser au CSDM ou au consulat du Mali. Si nous voulons bâtir un Mali nouveau, il faut que certaines pratiques changent.

C’est aux travailleurs des  consulats du Mali à l’extérieur de chercher à recenser les Maliens de la diaspora afin de faciliter leur accès aux documents administratifs de notre pays. Nous n’accepterons plus qu’il y ait des Maliens vivant à l’extérieur sans papiers administratifs du Mali. Nous n’allons pas arrêter ce combat tant que tous les Maliens de la diaspora n’ont pas eu leur carte NINA», a-t-il déclaré, M. Haïdara.

Abdrahamane Diamouténé

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. ” … Si nous voulons bâtir un Mali nouveau, il faut que certaines pratiques changent… ” … ///…

    :
    Pardon d’insister.

    Il n’y a pas que la question de la Carte NINA…

    ‘’ … Si nous voulons bâtir un Mali nouveau, il faut que certaines pratiques changent… ‘’ Je suis d’accord. On espère surtout un changement de mentalité des Maliens résidant au Mali, dans la perception qu’ils ont, de la situation de leurs Compatriotes établis à l’Étranger.
    Des Maliens de la Diaspora attendent aussi une ‘’ Démocratisation ‘’ de l’accès aux logements Sociaux à Bamako et partout au Mali. Cela faciliterait le retour de ceux qui désirent pouvoir retourner se réinstaller dans le pays d’origine.
    Pour pouvoir retourner se réinstaller dans le pays d’origine…, il n’y a pas de loi qui l’interdit. Ce qui complique la tache, c’est l’accès à l’Habitat. Et cela est conditionné par l’idée que beaucoup de Maliens de l’intérieur se font de la situation matérielle de leurs Compatriotes établis à l’Étranger.
    Tous les Maliens de la DIASPORA ” ne roulent pas sur l’or ”, contrairement à l’image qu’on se fait d’eux, surtout ceux résidant en Amérique du Nord, en Europe en Général et en France en particulier.
    Envoyer tout le temps de l’argent à la Famille, subvenir à ses propres besoins dans son lieu de Résidence et pouvoir faire ensuite des économies pour entreprendre et faire aboutir un projet au pays, relève d’un défi. Un défi impossible pour beaucoup de migrants Maliens. Alors que certains de leurs compatriotes restés au pays, les prennent pour des privilégiés pleins aux-as qui chercheraient injustement à acquérir des logements Sociaux qui, pour certains autres, devraient être réservés aux seuls Maliens résidant et travaillant au Mali.

    Vivement le Mali pour nous tous.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here