Gestion du fonds COVID-19 : Le Csdm demande des comptes à Boubou Cissé

0

Le Conseil supérieur de la diaspora malienne (Csdm) a, au cours d’un point-presse tenu hier jeudi, invité le Premier ministre à décaisser les 5 milliards 750 millions francs CFA restants sur les 6 milliards de francs CFA alloués aux Maliens établis à l’extérieur dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.    Le rapatriement des Maliens bloqués à l’étranger et au Mali, l’attribution des 5 000 hectares alloués à la diaspora en zone Office du Niger et le remaniement ministériel. Tels étaient les points inscrits à l’ordre du jour du point-presse organisé par le Conseil supérieur de la diaspora malienne.   

Selon le président de cette organisation, Mohamed Chérif Haïdara, après la fermeture des frontières, à la mi-mars, pour cause de Coronavirus, le Président de la République a alloué 6 milliards de francs CFA pour aider la diaspora malienne à faire face à cette situation.  Il a rappelé que lors de son adresse à la Nation concernant les mesures sociales, IBK a instruit au Premier ministre de tout mettre en œuvre pour le rapatriement des Maliens bloqués à l’étranger. « Malgré cette instruction du Président, le ministère des Maliens de l’extérieur n’a reçu que 250 millions de francs CFA. Vu le très grand nombre de Maliens encore bloqués ou en situation précaire à l’étranger, ce montant est insignifiant pour notre ministère de tutelle d’organiser les rapatriements », a-t-il souligné.

C’est pourquoi, il a demandé au Chef du gouvernement, non moins ministre des Finances, Boubou Cissé, de faire décaisser les 5 milliards 750 millions francs CFA restants et de les allouer au ministère des Maliens de l’extérieur.

Evoquant les 5000 hectares alloués à la diaspora en zone Office du Niger, il indique que ce projet a été initié par Abdramane Sylla, alors ministre des Maliens de l’extérieur. Mais, il dénonce un courrier du Haut conseil des Maliens de l’extérieur, daté du 30 mars dernier, concernant l’attribution de ces hectares.  Selon lui, les procédures d’attribution des hectares doivent être gérées par le ministère des Maliens de l’extérieur, le Csdm, le Hcme, l’Office du Niger et le ministère de l’Agriculture.

S’agissant du remaniement ministériel, il a soutenu que vu le grand nombre des Maliens établis à l’étranger et vu leur apport dans l’économie malienne, il est primordial de garder le ministère des Maliens de l’extérieur voire d’en faire un ministère de souveraineté nationale, doté de moyens financiers et techniques assez conséquents pour mener à bien sa mission.

Gaoussou Kanté

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here