Trophée d'OR du Meilleur Artiste du Mali 2006 : Qui de Salif Keïta, Alou Sam et Ramata Diakité succédera à Djénéba Seck ?

0

C’est ce vendredi 1er décembre 2006 que sera connu le nom du meilleur artiste du Mali qui succédera à Djénéba Seck, lauréate du "Tamani d’or" en 2005. Ce sera au cours d’une soirée de gala qui se déroulera au Centre international de conférences de Bamako sous la présidence du ministre de la Culture, Cheick Oumar Sissoko. Ce trophée très convoité se jouera entre Salif Kéïta, Alou Sam et Ramata Diakité, tous des artistes très célèbres.
Les tamani, "trophées de la musique au Mali", sont l’équivalent des koras en Afrique du Sud, des Djembé en Guinée Conakry et des Kundé au Burkina Faso. La remise des tamani, événement culturel qui est, cette année, à sa quatrième édition, est en train de connaître un engouement sans précédent au niveau des acteurs culturels. En effet, le coup d’envoi de la présente édition a été donné le mercredi 29 novembre dernier au village "Tamani" au Palais de la culture Amadou Hampaté Bâ. Durant cinq jours, ce festival international de la musique va drainer plusieurs artistes de différents pays de la sous-région comme la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Cameroun, etc.

Comme à l’accoutumée, plusieurs activités sont prévues. Il s’agit d’un grand concert spécial organisé le samedi 2 décembre afin de rendre hommage à feu Ali Farka Touré, artiste de renommée internationale arraché à ses fans en mars 2006. Il a été récompensé lors de la première édition des Tamani en 2003 par un Tamani d’honneur.

Auparavant, plus précisément jeudi 30 novembre, une soirée dénommée "Nuit de la chanson féminine" a eu lieu au Palais de la culture avec, comme marraine, la star de la musique malienne Fatoumata Koné dite "Babani" ou encore "Sirani". Elle était accompagnée, pour la circonstance, d’autres artistes comme Assétou Kanouté, Nènè Soumano, Djénéba Seck, etc. La soirée la plus attendue était la nuit des Tamani organisée au Centre international de conférences de Bamako (ex-palais des Congrès) sous la présidence du ministre de la Culture, Cheick Oumar Sissoko. Plusieurs Tamani devaient y être décernés. Il s’agit notamment des Tamani de la meilleure artiste féminine, du meilleur artiste masculin, de la révélation de l’année, du meilleur groupe de rap malien, de la meilleure musique d’inspiration traditionnelle, du meilleur clip de l’année, du meilleur artiste malien de l’année, du meilleur animateur radio et de la meilleure émission culturelle télévisée.

Plusieurs Tamani d’honneur devaient également être distribués à certains artistes. Parmi lesquels Boubacar Traoré dit Karkar, Nahawa Doumbia, Zoumana Téréta, la Congolaise Tshala Muana et le Camerounais Sam Fan Thomas.
Le trophée le plus convoité est le Tamani d’or qui met en compétition deux hommes et une femme. Il s’agit de Salif Kéïta, Alou Sam et Ramata Diakité. On se rappelle que ce trophée a été toujours remporté, depuis sa création, par des femmes: Oumou Sangaré en 2003, Adja Soumano en 2004 et Djénéba Seck en 2005.

Selon les observateurs avertis, ce trophée devait être enlevé par un homme, même si la lutte était quelque peu dure. En tout cas, le Domingo de la musique malienne, Salif Kéïta, avec son dernier album "M’Bemba" partait favori. Il a été sacré, à travers cet opus, par un disque d’or en France.
En d’autres termes, ce disque a été vendu à plus de 100 000 exemplaires. Alou Sam, avec son album "Don té wélé donna", lui, vient d’être récompensé en Guinée par le Djembé d’or du meilleur artiste malien. Cette cassette d’Alou Sam, où il a dédié un morceau au milliardaire Amadou Djigué, a, lui aussi, connu un franc succès. Ce jeune artiste n’est donc pas à négliger.

Ramata Diakité, quoi a disparu à un moment donné au Mali du fait de ses nombreuses tournées, vient de mettre en place une nouvelle cassette qui est en train de faire un tabac. L’enfant du Wassoulou est aussi un favori à ne pas négliger puisqu’elle est beaucoup aimée par les Maliennes et les Maliens. C’est le public qui choisira le nom de celui qui sera sacré meilleur artiste du Mali à travers de vote, soit par courrier, soit par téléphone.

Alou B HAIDARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER