Makan Koné : une vie professionnelle bien remplie !

0

Le lundi 13 décembre 2021, la triste nouvelle inonde les réseaux sociaux et les milieux professionnels de la presse et de la communication. Celle du rappel à Dieu de Makan Koné dès suite d’une maladie.  Face à cette épreuve, nous présentons nos sincères condoléances à  sa famille et alliés ainsi qu’au monde médiatique malien et africain.  D’Info Matin, en passant par “Le Télégraphe”, “Nouvelle Libération”, «Radio Rempart», Koné Communication et services, l’Assep, la Maison de la presse, le Forum des éditeurs africains, la Primature, le cadre de concertation… la vie de Makan a été bien remplie.  Très direct, il justifiait son franc parler par le souci d’économiser les mots et le temps, et avec toujours un coin de sourire ironique ou moqueur. Sur les intérêts des médias, il pouvait se montrer incisif et n’était pas du genre à reculer.  Il avait une plume qui trempait dans la plaie. Makan ne se priait pas de montrer son désaccord à un interlocuteur, qu’il soit. Il avait son tempérament,  mais Makan était d’un commerce agréable, généreux et affable.  Mon cher frère, nous prions pour le repos de ton âme, qu’Allah pardonne tes péchés et t’accueille dans son Paradis. Amin.                                                                                             Alfousseiny Sidibé

“Makan, tu es ainsi allé au Ciel rejoindre le mâne des Ancêtres !”

Il m’a fallu du temps pour réaliser que ce que notre frère CAM m’a annoncé ce lugubre 13 décembre était vrai, et de la force pour écrire ces lignes. Que la volonté de Dieu s’accomplisse ! Makan, tu es ainsi allé au Ciel rejoindre le mâne des Ancêtres! Là-bas, où tu arrives sans nul doute avec ton flegme habituel, nous te confions au Très-Haut. Que le Paradis soit ta dernière demeure.

Toi et moi, Normalien et Énarque fraîchement arrivés sur le marché du travail, nos chemins se sont rencontrés à Bamako-Coura, à la Rédaction de Info-Matin, un jour de l’année 1999. Une amitié saine était née, doublée d’une estime réciproque. Nos échanges, toujours sympas, avaient un seul fil conducteur: le Mali que tu aimais tant et que tu honoras par ton engagement professionnel et militant. Gentleman tu es demeuré toute ta vie. Croco, je garde de toi le plus vif des souvenirs, celui d’un homme entier, qui savait être ferme sur ses convictions sans jamais rompre avec sa naturelle bonhomie ni son commerce agréable, ton second trait de caractère. Président, qu’Allah SWT te couvre du Voile de Sa Miséricorde et t’accueille parmi Ses Élus! Adieu, frère!

                                                                                                                                            

 Cheick Oumar Coulibaly

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here