Nomination des militaires gouverneurs : L’ordre kaki dans les régions

1

Mercredi dernier à l’issue du Conseil des ministres, le gouvernement de la Transition a nommé 17 nouveaux gouverneurs dont 11 agents des Forces de Défense et de Sécurité. Ces nominations massives des militaires dans la haute sphère de l’administration publique suscitent des débats au sein de l’opinion nationale.

A la suite du nouveau découpage administratif les nombres de régions du Mali  passent de 15 à 20. C’est dans cette perspective que les nouvelles autorités ont nommé à la tête de ces nouvelles régions des militaires proches voire même très proches de l’homme fort de la junte,  le colonel Assimi Goïta, le vice-président chargé des questions de Défense et de sécurité.

Au total nous avons sept colonels du même grade qu’Assimi Goïta. Trois généraux figurent parmi les nommés et un commissaire à tel point que certains se disent après le règne des capitaines nous voilà dans l’ère des colonels.

Ces nominations interviennent dans un contexte de grogne sociale. Les administrateurs civils sont en grève illimitée depuis quelques jours et cette situation pourrait compliquer davantage les pourparlers entre le deux camps. Déjà le syndicat des administrateurs civils dit avoir pris acte de ces nominations en cascade au sein des forces armées et de sécurité à la tête des exécutifs régionaux.

“Nous ne sommes pas surpris, c’est un complot qui se préparait depuis des semaines”, a déclare Oumar Diarra, membre du syndicat des administrateurs civils. Pour bon nombre d’observateurs de la politique malienne à l’image de Hama Traoré enseignant, “ces nominations massives des militaires à la tête des capitales régionales illustrent parfaitement la main mise de la junte sur les postes hautement sensibles de la République”.

Rappelons que le gouverneur est le représentant du pouvoir central dans les régions.

Ousmane M. Traoré

(Stagiaire)

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Il y a une réforme majeure que les autorités de la transition doivent songer à mettre en place pour accompagner la régionalisation, il s’agit de l’élection des Gouverneurs des régions. Après le vote de la population, les Gouverneurs déjà élus pourront élir à leur tour le Président de la République en référence aux grands électeurs aux Etats-unis d’Amérique. Le territoire Malien étant très vaste, il faut donner l’opportunité aux gouverneurs mandatés par leurs populations de pouvoir travailler efficacement pour leurs amener vers la voie du développement. On va me demander sur quelles ressources financières ces gouverneurs élus des régions pourront se baser pour développer leurs régions ? Sur 30% des ressources provenant des potentialités de la région et le restant des 70% sont reversées à l’état central.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here