Présidence: Le chef de l’Etat, colonel Assimi Goïta nomme le cabinet de l’ancien président de la Transition, Bah N’daw

1

Le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, a procédé, ce mercredi 8 septembre 2021, à la nomination des membres du cabinet de son prédécesseur, l’ex-chef de l’Etat déchu de la Transition, Bah N’daw. Ci-dessous le décret.

Décret portant nomination du cabinet de l’ancien président de la Transition, chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Bah N’daw.

Le président de la Transition, vu la constitution, la charte de la Transition, le décret 2014-0610 PRM du 14 août 2014 fixant l’organisation et modalités de fonctionnement des anciens présidents de la République; le décret 2015 0072 PRM du 13 février 2015 portant indemnité forfaitaire aux membres des cabinets des anciens présidents de la République;
le décret 2021 0350 PT RM du14 mai 2021, modifié fixant l’organisation de la présidence de la transition;
décrète:

Article 1: sont nommés au cabinet de l’ancien président de la Transition, chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Bah N’daw en qualité de:
– Directeur de cabinet
Colonel Sambala Sidibé

– Chargé de mission
Monsieur Samir Naman
Monsieur Ali Daou

– Médecin capitaine
Ousmane Samake
Lieutenant Seydou Diamoutene

Aide de camp adjoint
Sous-lieutenant Bakoroba Niare

Le président de la Transition
Chef de l’Etat
Colonel Assimi Goïta

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Qu’apportera à l’État, le cabinet de quelqu’un qui n’a été aux manettes que pendant neufs petits mois et à la suite d’un bricolage juridique ? Ces “shadow cabinets” relèvent de la pure gabegie protocolaire sans aucune utilité réelle pour le fonctionnement de l’État. Et qu’il faut vraiment arrêter ce pillage à ciel ouvert.

    Après avoir tripatouiller les textes organisant la présidence de la République, Bah N’Daw récolte les retombées de ses agissements. En effet, pendant qu’il criait à la chasse à la mauvaise gouvernance, il ne s’est pas gêné d’étendre l’attribution de cabinets farfelus et inutiles aux anciens CHEFS D’ÉTAT (ce qui l’arrange bien lui-même) à travers le décret N°2021-0350/PT-RM du 14 MAI 2021 (contrairement au décret précédent N°2016-0863/P-RM du 8 NOVEMBRE 2016 qui ne concernait que la première dame). Lui, qui ne jurait que par la réduction du train de vie de l’État, aura finalement travaillé dans l’ombre pour s’en mettre plein les poches une fois qu’il ne serait plus aux affaires. Le constat est cinglant, tous leurs slogans du Malikoura ne sont que du bluff en définitive. Pas un seul individu de ces gens-là n’a pitié de ce pays. Triste réalité, hélas !

    Pensées rebelles.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here