Conseil Central de l’Untm : Rebâtir la cohésion sociale

A travers ce 14ème Conseil central de l'Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) tenu les 30 novembre et 1er décembre 2015, il s'agissait de célébrer la démocratie interne, de restaurer une discipline renforcée par l'autodétermination individuelle afin d'endiguer les dérives qui fragilisent la Centrale syndicale. Un conseil central qui s'est également penché sur la situation politico-sécuritaire et économique que connait le Mali.

0

L’Union Nationale des Travailleurs du Mali a tenu la semaine dernière, les assises de son 14ème Conseil central statutaire. C’était à la Maison des Aînés sous la présidence de M. Yacouba Katilé, le Secrétaire général. A l’ordre du jour, la présentation du rapport de synthèse sur les fonctions normative, revendicative, représentative, éducative et sociale qui sont les missions fondamentales de tout syndicalisme.

Dans son discours d’ouverture, le Secrétaire général a appelé les délégués à faire de cet exercice statutaire, une fête de la démocratie à l’interne de leur organisation commune afin de restaurer une discipline par l’autodétermination individuelle. La situation au sein du SYNAPRO dont le secrétaire général et des membres de son bureau étaient en rupture, a occupé une place de choix dans le discours de M. Yacouba Katilé. Pour rebâtir la cohésion sociale tant prônée par l’UNTM, le premier responsable de la Centrale syndicale avait hâté, à la veille des festivités du 1er mai 2015, des intermédiaires pour que cette date soit le retour solennel du SYNAPRO. Le bureau exécutif n’étant pas le produit du Conseil central, le secrétaire général a invité les délégués à prendre des résolutions qui obligeront le SYNAPRO à respecter la discipline hiérarchique.

Diabolisée par la classe politique, le monde syndical et le gouvernement, l’UNTM, aux dires de M. Katilé accepte d’être ce diable pour la défense des travailleurs chaque fois que l’histoire vivante du Mali leur interpellait. Un diable qui refuserait les interférences intolérables dans le syndicalisme à travers la violation flagrante de la liberté et du droit syndical.

Avant de terminer, M. Katilé a appelé les délégués à faire un diagnostic sans complaisance de la situation syndicale, ses réussites et échecs, mais aussi sur la situation nationale au niveau politique, économique, social, sécuritaire, d’employabilité et de développement.

Les deux jours de travaux étaient permis au Secrétaire général de constater, après lecture des résolutions, que les structures de base et intermédiaire sont actifs pour jouer efficacement leur rôle d’information et de mobilisation des militants. Ainsi, le Bureau exécutif repose alors sur un matelas de sécurité et de succès. Il s’est réjoui des tâches assignées aux syndicats nationaux et a promis que les résolutions issues seront des boussoles pour orienter le bureau pendant l’année 2016.

Youssouf SANGARÉ

PARTAGER