“Quel modèle économique pour le mali âpres la crise ?” : Le Forum de la presse lance le débat

4
Aminata Dramane Traore
Aminata Dramane Traore

Le 15 août, l’émission bimensuelle radiophonique dénommée grand débat économique organisée par le Forum de la presse  a mis aux prises Mme Aminata Dramane Traoré, écrivaine, altermondialiste en même temps présidente du Forum pour un autre Mali et Pr. Oumar Boiré, économiste, universitaire, directeur du Centre de recherche en sciences économiques et sociales au tour d’un thème central : “Quel modèle économique pour le Mali après la crise ?”

 

Le face-à-face inédit de 90 minutes entre Aminata Dramane Traoré et Pr. Oumar Bouaré pour tenter de répondre à une question aussi pertinente pour le Mali, a tenu toutes ses promesses compte tenu de la qualité des invités. Il faut cependant s’empresser de rappeler que la première est altermondialiste et le second libéral. Ce qui qui relève de facto de l’opposition de courants idéologiques traditionnellement opposés.

Chacun dans son introduction liminaire a dépeint les modèles économiques ayant été utilisés par le Mali de l’indépendance à nos jours. Les deux invités étaient unanimes que sous la Première République le Mali disposait d’un modèle économique bien lisible qu’il n’a pas été de même pour les IIe et IIIe Républiques dont les modèles se caractérisent par le pilotage à vue.

Sur la question du présentateur Issa Fakaba, comment inventer un modèle économique après la crise ? Altermondialiste et libéral proposent.

Pour le Pr. Boiré, nous devons avoir une bonne politique de commercialisation de ce que nous produisons, le gouvernement doit se focaliser sur le marché d’exportation pour pouvoir générer des ressources. Pour ce faire, il nous faut mettre en place une structure embryonnaire des produits de transformation, a-t-il proposé. Avant d’ajouter que nous devons de prime à bord nous attaquer à la réforme de l’éducation nationale. Et de déplorer, le fait que les gens depuis très longtemps ont cessé de songer au Mali.

Selon le Pr. Boiré, “certains dans notre pays pensent qu’en tuant des bœufs noirs ou rouges que nos vœux vont être exaucés, je dis non”. Et d’ajouter que depuis l’indépendance jusqu’à aujourd’hui on est sur ce chemin, et pourtant nous sommes à la traîne des autres pays, “ce qui veut dire que le chemin que nous avons emprunté n’est pas le bon”.

 

Etre soi-même

Ce qui a fera dire au libéral qu’il nous faut changer de chemin, former des gens qui puissent réfléchir et engager le Mali dans l’industrialisation. “Et quand on arrivera à cette industrialisation, je pense qu’on aura une société moderne, et cela pourra contribuer à mettre notre pays sur la voie du développement économique” a-t-il indiqué.

Est-ce qu’après la crise un autre mali est possible ? Pour Aminata Dramane Traoré, la question ne se pose pas, parce qu’un autre Mali s’impose. Pour notre altermondialiste, la crise résulte de l’impasse, le système mondial est dans l’impasse et que  l’Etat de notre pays n’est que le reflet de cette situation. “Nous sommes dans une impasse idéologique avec plus de 160 partis politiques ni gauche ni droite, quand je regarde d’autres pays, les élections s’organisent sur la base des critères idéologiques”.

Et l’écrivaine de dire que l’année 2015 est absolument charnière pour nous. “Il faut qu’on soit audacieux, avec tout ce qu’on a reçu comme gifle, nous donne le droit d’être audacieux, en disant à la communauté internationale, vous vous trompez de modèle de développement. Il faut oser dire que ce modèle n’a pas marché”.

Elle n’a pas manqué de proposer une formule de résistance en disant que “les gens qui ne sont pas riches de capitaux ni de technologies, le facteur déterminant pour eux est leur opinion. Aujourd’hui, c’est l’opinion qui pousse les pays occidentaux à aller dans telle ou telle direction”.

Selon elle, “le facteur déterminant aujourd’hui est nos propres comportements. Il faut changer de modèle économique, créer notre économie en acceptant de consommer ce que nous produisons. Et se dire, nous devons acheter malien même s’il n’est pas parfait. Il faut que les gens sachent qu’il nous faut une économie nationale. Pour la simple raison que toutes les croissances dont les pays africains se prévalent sont des croissances au profit des entreprises internationales. Parce que ce sont elles qui font de l’argent et nous nous disons que nous avons un taux de croissance élevé. Il faut accepter de sortir des sentiers battus et se poser la question si cette croissance marchait tant pourquoi les jeunes immigreraient et prendraient le risque de mourir en mer”, a-t-elle conclu.

Oumar B. Sidibé

70-410
70-488
70-461
MB5-705
200-120
70-486
70-411
70-410
70-488
70-461
MB5-705
200-120
70-486
70-411
70-480
70-346
70-462
70-347
70-412
70-483
70-417
MB2-703
70-331
220-802
C4040-252
C_TADM51_731
1Z0-061
70-487
400-101
CCD-410
100-101
MB2-700
1Z0-060
70-463
EX200
C4040-250
300-115
640-554
70-533
70-532
VCP550
1Z0-803
220-801
300-101
70-467
CISSP
SY0-401
MB2-702
640-911
74-335
700-505
70-414
810-401
PRINCE2 Practitioner
700-501
CCA-500
70-331
70-486
70-410
70-488
70-461
MB5-705
200-120
MB2-703
1Z0-061
400-101
MB2-700
70-411
070-486
70-410
200-120
70-486
70-461
70-412
EX200
1Z0-803
MB2-704
70-483
AWS-SysOps
PMP
HP0-S41
C4040-252
640-554
70-413
CISSP
1Z0-060
70-346
642-832
70-412
070-410
300-101
9L0-422
1Z0-060
70-411
CISSP
300-115
70-347
070-486
70-462
CCD-410
70-532
400-101
EX200
HP2-B115
70-467
70-534
070-461
220-802
SY0-401
220-801
MB2-708
070-488
C4040-252
70-410
200-120
C4040-250
70-486
70-461
MB5-705
70-411
070-486
70-410
200-120
70-486
70-461
70-412
EX200
1Z0-803
MB2-704
70-483
AWS-SysOps
PMP
HP0-S41
C4040-252
640-554
70-413
CISSP
1Z0-060
C4040-252
MB5-705
70-410
C4040-250
70-461
200-120
70-486
810-401
70-483
70-417
640-554
70-488
MB2-704
70-480
70-346
1Z0-061
AWS-SysOps
C4040-251
HP0-S41
70-412
070-410
300-101
9L0-422
1Z0-060
70-411
CISSP
300-115
70-347
070-486
70-462
CCD-410
70-532
400-101
EX200
HP2-B115
70-467
70-534
070-461
220-802
SY0-401
C4040-250
70-486
70-461
MB5-705
70-488
AWS-SysOps
640-554
810-401
70-346
HP0-S41
70-412
MB2-704
70-483
70-480
70-169
70-177
70-178
70-181
70-210
70-214
70-215
70-216
70-217
70-218
70-219
70-220
70-221
70-222
70-223
70-224
70-225
70-226
70-227
70-228
70-680
C_HANASUP_1
312-50v8
C2020-702
MB2-704
MB7-701
SK0-003
AWS-SysOps
HP0-S41
HP2-B115
PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Sur le long terme la sécurité d’un pays dépend de la puissance de son économie.La puissance d’une économie dépend d’une industrie développée , diversifiée et basée sur les industries mécaniques(production d’acier, de machines-outils,etc).Ces industries mécaniques nous permettra de rattraper à grand pas notre retard sur les pays développés et de produire nous mêmes nos armements(chars, chasseurs- bombardiers, etc.).
    C’est seulement de cette manière que, sur le long terme, le Mali mais aussi l’Afrique en général pourra s’en sortir.

  2. Tout ca c’est une perte de temps. Le Malien LAMDA ne pigera rien de ce “debat”… Car il n’a recu aucune education pour cela. Ce qui vaille d’abords, a mon avis, c’est d’arreter la corruption, la magouille, le tropisme a vouloir etre occidental…Ensuite on pourra parler de gauche et de droite… Il faut une justice forte et independante, une education pour tous, la sante gratuite pour tous les jeunes de moins de 18 ans. C’est faisable…
    Ces debats sans fin nous menera nul part!!! Tout le monde sait les maux de ce pays… Soyons serieux!!!!

  3. Jamais dans l’hidtoire de l’humanite (et cela n’arrivera jasmais), on a vu un pays se developper alors qu’il ne controle pas:
    1. Sa securite (d’ailleurs les usa(en degageant les anglais): la chine (en degangeant les memes anglais et creant une armee puissante…), l’inde (idem)…).
    Meme Sundjata avait d’abord commence a battir une armee puissante pour assurer la securite du royaume et ensuite mis en place la constitution du mande 👿
    2. Son economie (l’etat malien ne controle rien de son economie (les produits chinois et oxydentaux… detruisent en permenance les activites economik des agriculteurs, des artisans…) 👿
    3. C’est vraiment le + important: tant que la monaie du mali, du tchad… est le franc des colonies franSSaises d’afrique, cette monaie de singe franSSaise, ces pays soumis n’iront nullpart…. 👿
    D’ailleurs je m’etonne que ADT ne parle pas de sujet 🙁

    Tout le reste, en dehors de sa propre monaie+securite+maitrise de l’economie, tout le reste est du blabla… dans lequel les negres lalomadens jouent au savant…

  4. Bonne inititiative. Félicitations au forum de la presse. Certaines questions essentielles ont-elles été posées:
    1- Quel est le plan ou la stratégie adoptée par les invités afin de réaliser un modèle de développement (je préfère ce terme) compatible avec les préoccupations des Maliens ?
    2- Ne prennent-ils pas le risque d’empêcher le développement des effets de synergie en s’identifiant dès le départ à des concepts (libéral, altermondialiste) venus d’ailleurs ?
    3- Quelles actions concrètes, en dehors des milieux intellectuels bamakois, sont menées ?
    4- Quelle est l’incidence de la corruption sur les conditions de vie des Maliens ?
    5- Quelles sont les conséquences de la tricherie à l’école ou pendant les concours sur l’efficacité économique du Mali ?
    6- Que dire du favoritisme érigé en principe de vie ?
    7- Le fait de trop chercher ailleurs la cause de nos misères ne contribue-t-il pas à nous éloigner de nos vrais problèmes ?

Comments are closed.