Fourre tout : les brèves du Scorpion

0

Les 14 politicards en chef font allégeance à ATT

Ils sont quatorze chefs de parti à signer la plate-forme de l’Alliance  pour la démocratie et le progrès qui se fixe pour objectif d’apporter un soutien politique et électoral à ATT et de s’engager à le concrétiser de façon sincère et loyale, selon les propos de Younoussi Touré de l’URD. Les partis signataires sont : Adema, BDIA, CNID, MPR, PDR, MIRIA, PSP, URD, PCR, PIDS, UDD, UMP, RND. Le regroupement ADP veut converger la position des formations citées et servir d’interface entre ces formations citées et  le pouvoir exécutif. Autrement dit,  il s’agit d’une coalition qui cherche tout simplement à exercer le pouvoir dans le gofernement de Zounzani 1er. La lecture de la dite plate forme par Ousmane Ben Fana  Traoré du PCR n’a laissé aucune  ombre surtout  lorsqu’il dit que  l’ADP est l’émergence d’une majorité politique stable pour l’exercice du pouvoir exécutif en tant que cadre de concertation et d’expression plurielle qui respectera l’autonomie des partis. La cérémonie de signature s’est déroulée le vendredi 08 décembre 2006 dans les locaux du centre international de conférence de Bamako en présence d’une foule estimée à 300 personnes. Le président  du FAMA, Amadou Soulalé qui n’est  pas parti signataire a tout  de même tenu à féliciter les formations membres de l’ADP pour leur initiative politique d’aider ATT à succéder à lui-même.

Les signataires étaient-t-ils  sincères ?

Le Nnième regroupement politique du Mali est né le vendredi dernier au CICB. Tout  porte à croire que cette coalition se fonde en réalité sur l’exercice immédiat du pouvoir exécutif. Les signataires veulent chacun s’approprier d’un  territoire pour mieux aborder les législatives de juillet 2007. Cette appropriation commence par le partage des départements ministériels. Les partis, qui en ont, veulent avoir plus. Ceux qui n’ont aucun  portefeuille ministériel veulent  profiter de l’événement pour se tailler des places dans l’appareil exécutif. Il s’agit, dans un premier temps, de faire pression sur le Boss de tous les Maliens afin de l’amener à remanier l’organe exécutif actuel au profit de l’ADP. Il  s’agit d’une alliance pour la gestion du pouvoir dans l’immédiat. Ce qui nous amène à se demander si l’ADP ne veut pas  se servir du gofernement pour préparer les législatives et constituer une majorité à la soviétique autour de ATT. En tout cas, tout porte à croire qu’il s’agit bien d’une coalition de plus à but électoraliste.

L’ADP veut-elle faire ombre au M.C

Le mouvement citoyen a fait profil bas le week-end dernier face à l’avènement de l’ADP-ATT. Certes, Djibril Tangara et ses ouailles ne sont pas contre la coalition des quatorze partis politiques, mais ils ne sont pas non plus très enthousiastes en raison de l’ambition "boulimique" des animateurs de l’ADP qui cherchent à exercer  le pouvoir. Ce qui ne va pas sans constituer une menace à l’intérieur  du mouvement citoyen qui n’entend pas laisser ses privilèges, au sein de l’appareil exécutif, grignotés par l’alliance pour la démocratie et le progrès.

Le remaniement gofernemental est-il incontournable ?

Avec la plate forme politique signée la semaine dernière et remise à Sa Majesté Zounzani 1er, nombreux sont les observateurs qui misent sur l’imminence d’un remue ménage gofernemental à défaut  d’un profond changement au sein  de l’appareil exécutif. Des supputations vont même jusqu’à donner des noms. Le général Kaf serait pressenti pour le département de la défense en raison de sa forte popularité  dans les différentes casernes du Mali. Natié Pléah de la jeunesse et des sports a toutes les chances de se retrouver à la tête du département de l’administration territoriale à cause de sa grande expérience dans les rouages de l’administration publique.

Ministère  de la défense : Un Général remplace un autre

Le secrétaire général du Ministère de la Défense et des anciens combattants, le général Abdoul Karim Diop a été remplacé, la semaine dernière, par le général Salif Traoré. Le premier est appelé à faire valoir son droit à la retraite. Le second était jusque là haut fonctionnaire de défense dans un cabinet ministériel. Il passe pour être un fidèle du Prési ATT. Sa nomination au poste stratégique de Ségal du département de la défense est un tremplin pour accéder dans un proche avenir à la tête d’un ministère de la place en raison de ses relations de confiance avec le locataire du palais de Koulouba.

Une mobilisation qui inquiète Koulouba

La démonstration de force opérée le samedi dernier  par IBK et ses ouailles sur la pelouse du stade Modibo Keïta n’a fait que plonger  Koulouba dans un climat d’inquiétude. Le Rassemblement   pour le Mali (RPM) a joué un pari  risqué et a fini par le gagner avec sa forte mobilisation des militants. Toutes choses  qui constituent un signal politique fort  à l’endroit  des adversaires du RPM qui mettaient en doute la capacité de mobilisation du parti du tisserand. Ce qui s’est passé  le samedi prouve bien  la vivacité du RPM. Le parti est bien  aguerri pour jouer dans un futur immédiat le rôle de grand  parti d’opposition capable de prétendre à la conquête légitime du pouvoir par les urnes en 2007. En somme, la bataille pour Koulouba 2007 sera rude puisqu’il s’agit d’un face à face entre le président de la République et celui de l’Assemblée nationale avec un troisième larron décidé à supplanter les deux premiers.

ATT face à deux grosses pointures en 2007

Le général Prési qui compte se succéder à lui-même à la prochaine élection présidentielle fera face à IBK du RPM et à l’Ancien Ministre de la Défense  du Mali SBM. Tous les deux qui ambitionnent  de présider aux destinées du Mali jouissent  d’une réelle popularité dans le pays et se préparent  par conséquent à livrer une véritable bataille électorale dans un bref  délai. C’est dire que la présidentielle 2007 tournera  autour de ces trois postulents qui disposent tous de gros atouts pour prétendre au fauteuil présidentiel et qui ne manqueront pas de mettre en pratique ces atouts.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER