LES BREVES de L''INDEPENDANT

0

ATT appelle la presse à plus d”objectivité et de responsabilité

Depuis Fourou, cercle de Kadiolo où il se trouvait pour la réouverture de la mine de Siama, le dimanche 1er avril, le président de la République, Amadou Toumani Touré, a lancé un appel à la presse pour plus d”objectivité et de responsabilité.
Il a, en outre, demandé aux médias d”Etat et privés de jouer leur rôle en toute impartialité, avec professionnalisme et pédagogie.
Par ailleurs, ATT a instruit aux structures chargées d”organiser les élections, le jeu de la transparence qui «n”est plus une affaire politique mais une affaire d”honneur».
Si la presse, qui joue tant bien que mal son rôle, a bien entendu le message, il n”est pas sûr que les administrateurs zélés de l”Etat, à l”image du gouverneur Féfé Koné, aient compris le sens de la déclaration du président de la République.
D’autant qu’ils savent qu”ATT ne peut ni sanctionner ni punir un serviteur.

L”ADEMA plaide pour un relèvement du taux de participation

Le parti de l”abeille est terrorisé par ce qui pourrait être le taux de participation. Les hauts responsables de ce parti sont en train de se tirer les cheveux afin de mobiliser l”électorat et battre tous les records de taux de participation enregistrés jusque-là.
En 1997, il semble que les rouges et blancs aient investi 5 milliards de nos francs pour n”obtenir qu”un taux qui oscillait entre 20 et 23%. En 2005, l”ADEMA aurait mobilisé 7 milliards de FCFA et le taux de participation n”a guère dépassé les 30%. Pour les dernières législatives partielles de l”année dernière, le parti de Dioncounda Traoré a dépensé 300 millions en Commune V et le taux de participation a été le plus bas de l”histoire du Mali, 7%.
C”est pourquoi, l”ADEMA est hanté par le faible taux de participation et est en train de cogiter sur des stratégies pouvant faire sortir les électeurs. Réussira-t-il avec des espèces sonnantes et trébuchantes ? Le doute est permis.

Législatives 2007 : le CNID table sur 35 députés

Non partant pour la présidentielle du 29 avril, le CNID a réuni, la semaine dernière, ses femmes pour mobiliser un montant symbolique de 500 000 FCFA afin de contribuer, en sa manière, au paiement de la caution d”ATT.
Un geste que ces femmes n”ont jamais manifesté à l”endroit du président du parti, Me Mountaga Tall, candidat malheureux à la présidentielle de 1992, 1997 et 2002.
En tout cas, le Secrétaire général du parti, N”diaye Bah, a laissé entendre, au cours de cette cérémonie, que son parti table sur 35 députés à l”Assemblée nationale.
Il y dispose présentement 12 élus. C”est dire que le parti du soleil levant a de l”ambition. Pourra t-il réaliser cette ambition ?
Le temps nous édifiera.

Après ATT, Soumaïla Cissé ?

Dans les milieux proches du pouvoir, on a la certitude que le Général-président ATT sortira vainqueur du scrutin du 29 avril 2007, au besoin par la fraude et si nécessaire la répression de toutes contestations qui pourraient survenir à l”issue de sa victoire.

Le dessein prêté à ATT est de passer le témoin en 2012 à Soumaïla Cissé, qu”il a aidé à obtenir un second mandat à la présidence de l”UEMOA, en échange de quoi son parti s”est engagé à le soutenir pleinement à la présidentielle du 29 avril.

Les risques de la présidentielle

Une victoire du candidat ATT dès le 1er tour, au besoin par la fraude comme le proclament ses partisans pourrait susciter de graves troubles notamment à Bamako et dans d”autres grandes villes de la partie méridionale du Mali.
C”est ce que redoutent des observateurs très au fait de la situation politique intérieure du Mali.
Une victoire au second tour pour ATT aurait pour mérite de désamorcer cette bombe sociale.
Toutefois, ATT ne serait pas prêt à courir ce risque puisqu”il pourrait lui être fatal.

Décès démenti du Pr. Mohamed Lamine Traoré

Hier, lundi 2 avril, la rumeur a fait le tour des rédactions : le ministre de l”Education nationale, le Pr Mohamed Lamine Traoré, hospitalisé depuis plusieurs semaines à Paris pour cirrhose de foie, revenu à Bamako vendredi dernier, serait décédé. Nous avons aussitôt recoupé la rumeur auprès de Hamidiata Ouattara, chargé de mission au département de l”Education. Il a été catégorique : le ministre est bien vivant.

Il se porte bien. Alors qui a intérêt à la disparition du ministre-philosophe ? Mettons ça au compte du poisson d”avril. Ce qui est sûr, c”est que le Mali a toujours besoin du Pr. Mohamed Lamine Traoré. Nous lui souhaitons donc une santé de fer.

Rassemblés par Chahana TAKIOU

Commentaires via Facebook :

PARTAGER