YEKO NI FOKO : Les brèves du Ségovien

0

ECOLES PRIVEES DE SEGOU : PEGAGOGIQUEMENT INCORRECT

De nos jours, les écoles privées sont sollicitées par les élèves et les parents d’élèves car réputées pour le sérieux et la qualité de leur enseignement. Cependant, certains promoteurs ne font plus honneur car obnubilés par l’obsession du gain et peut être le manque de conscience professionnelle ou peut être parce que n’importe qui peut se lancer dans cette aventure qui rapporte plus. Les cas les plus frappants sont aujourd’hui le Groupe Scolaire Madiouma Keita où par faute de salles de classes, les élèves du second cycle ont le privilège d’étudier seulement les matins et souvent jusqu’à treize heures, car les secondaires doivent occuper les salles dans l’après – midi.  Alors il va de soit que certaines matières ne soient pas dispensées comme : l’ECM (Education Civique et Morale) qui est d’ailleurs une matière à évaluation au D.E.F. Le Dessin et l’Enseignement Ménager sont aussi sur cale dans cette école. Pire, le maître du secondaire qui enseigne les lettres est à la fois celui qui est chargé d’enseigner le français au second cycle. Puisqu’il n’est pas qualifié pour le faire, il va de soit que certaines matières du français (Lecture de compréhension et grammaire) sont méconnues des élèves.   Le second cas est celui de l’école Sebeso où le Directeur jongle avec les heures en sa faveur. Pour ne pas avoir à payer plus aux enseignants du public qui dispensent des heures, à sa guise, le français et les Mathématiques dans certaines classes sont réduites à 4 heures dans la semaine, au mépris des normes horaires académiques. Et pour amadouer les parents d’élèves, une séance d’informatique est destinée aux élèves de la 9ème année. Aussi, malgré les décisions de Monsieur le Directeur du CAP de Ségou qui a coutume de rappeler aux Directeurs et enseignants que l’année scolaire s’achève officiellement le 30 Juin, à Sebeso après les compositions du 3ème trimestre de la 9ème année, l’enseignant qui dispense les cours, le fait à ses dépends puisqu’il ne sera pas rétribué le mois suivant. Conséquence, les élèves ne vont plus à l’école jusqu’aux examens.

 

L’UNTM A LA COMATEX : LES NON DITS D’UNE VISITE

Une délégation Nationale de l’U.N.T.M (Union Nationale des Travailleurs du Mali) a effectuée une visite des lieux et une prise de contact avec la Direction Générale de la COMATEX en compagnie du syndicat des travailleurs de la dite entreprise Pour la circonstance, Siaka Diakité Secrétaire Général de la centrale syndicale était accompagné par son adjoint Tibou Tembély et d’autres membres du Bureau National et Régional de Ségou. Le Directeur Général de la COMATEX après avoir fait la genèse de l’entreprise, depuis sa création, a dégagé ses performances, le nombre d’employeurs avant de remercier l’UNTM pour cette visite qui les honore. En réponse Siaka Diakité s’est réjouit de cette invitation et a rassuré ses hôtes de leur soutien pour que l’entreprise soit à hauteur de souhait. Une telle visite, même si normale n’est- elle pas une campagne déguisée pour mobiliser les chevaux à l’occasion des échéances électorales prochaines pour le nombre de places à pourvoir au sein du Conseil Economique Social et Culturel ? N’oublions pas que désormais l’U.N.T.M. doit compter avec sa rivale, la CSTM (Confédération Syndicale des Travailleurs du Mali) qui lutte aussi pour avoir de nos jours les mêmes droits que la centrale dite étatique.   

NIONO : 400 MILLIONS POUR L’ELECTRIFICATION RURALE

Les premiers poteaux électriques de la Commune Rurale de Yeredon Sagnuma ont été implantés le week end dernier. C’est une vaste opération d’électrification rurale dont va bénéficier cette commune du Cercle de Niono grâce à l’AMADER (Agence Malienne pour le Développement de l’Electrification Rurale). Coût de l’opération : 400 millions de F CFA. Le Préfet de Niono, Alassane Diallo qui a présidé l’opération s’est réjouit de cette grande marque d’attention pour sa circonscription surtout qu’il se passe moins de deux semaines lorsque le CMC (Centre Multimédia Communautaire) de la Cité du Kala recevait de la part de la Sotelma, 2 ordinateurs et un fax.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER