Traité International sur les Armes Légères : Amnesty-Mali sensibilise

0

               Pour l’adoption éventuelle du traité international sur le commerce des armes légères, la section Amnesty-Mali en partenariat avec Oxfam, AFIP, la commission nationale, a  organisé hier à l’Hôtel Kempinsky une cérémonie intitulée “Joins-toi à la consultation populaire pour un traité international sur le commerce des armes légères : fais-toi entendre”.rn

                Etaient présents, Me Amadou Badra Traoré de l’Amnesty, le colonel Sirakoro Sangaré, Amadou Cissé, Me Fatoumata Maïga.

rn

                “Il ressort de nos jours qu’il y a 8 millions d’armes dans la sous-région et dans le monde, 16 milliards de balles disponibles, soit 2 balles pour chaque personne. Le constat est amer, puisque chaque jour 1000 personnes sont tuées à travers le monde”, ont fait savoir Me Amadou Badra Traoré et Salim D. Traoré.

rn

                Le colonel Sirakoro Sangaré de la commission nationale de lutte contre le trafic des armes légères a affirmé que notre pays est initiateur du projet et estime que c’est une bonne initiative. Par la suite, le gouvernement malien a été déclaré gouvernement champion.

rn

                Cette consultation populaire vise à faire développer la dynamique et pour l’instant, le Mali a reçu 717 signatures. Mais pour le moment, le Mali, les USA n’ont pas signé le traité à plus forte raison de l’adopter.

rn

RAPPEL DES FAITS

rn

                Depuis 2003, la campagne Contrôlez les Armes a lancé un appel en faveur d’un Traité sur le Commerce des Armes (TCA) qui soit international et juridiquement contraignant. Ce traité devrait prévenir les transferts internationaux d’armes s’il s’avérait que ces armes sont susceptibles d’être utilisées pour commettre des atrocités.

rn

                Bien qu’il existe des traités internationaux sur la régulation des armes chimiques, biologiques et nucléaires, il n’existe, par contre, aucun traité sur les armes conventionnelles, qui sont par ailleurs communément utilisées dans la violence armée.

rn

                En décemre 2006, 154 gouvernements ont voté aux Nations Unies en faveur du début des travaux sur l’élaboration de ce traité. Ceci est largement dû aux efforts de la campagne Contrôlez les Armes et de ses partisans, dont plus d’un million ont souscrit à la pétition du Million de Visages lancée par Contrôlez les Armes à travers le monde.

rn

                Au cours de l’année 2007, le Secrétaire Général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, attend que tous les gouvernements lui soumettent leurs vues sur le contenu du futur traité. Cette étape est décisive. Nous avons besoin de votre aide pour nous assurer qu’ils le feront correctement.

rn

                En plus de cette consultation officielle, la campagne Contrôlez les Armes mène un processus consultatif parallèle : la Consultation Populaire pour un Traité sur le Commerce des Armes. Des gens à travers le monde entier sont en train de faire pression sur leurs gouvernements afin que ceux-ci agissent pour la promotion d’un traité qui soit efficace et qui protégera les populations contre la violence armée.

rn

                Selon le représentant de l’Oxfam, un Traité sur le Commerce des Armes est entièrement faisable, et devra se baser sur des accords déjà existants en matière de contrôle d’armes et de droits de l’homme. Le traité doit couvrir tous les types d’armes conventionnelles et tous les types de transactions, y compris les ventes, locations: prêts, dons, importations et exportations d’armes.

rn

                Le traité doit être équitable et objectif. Les gouvernements ont le droit d’acquérir des armes pour la défense et la sécurité nationales, mais ils ont aussi la responsabilité de protéger les civils contre la violence armée.

rn

                Les gouvernements doivent promouvoir un traité qui soit efficace et empêche des transferts d’armes si les armes seront utilisées pour commettre des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et d’autres atrocités.

rn

                Fais pression sur ton gouvernement pour qu’il rappelle à M. Ban Ki-Moon qu’un Traité sur les Armes doit :

rn

                • Empêcher les transferts d’armes dont les armes seront utilisées pour commettre de graves violations des droits de l’homme ou du droit international humanitaire

rn

                • Empêcher les transferts susceptibles de saper les efforts fournis en faveur d’un développement durable

rn

                • Empêcher les transferts d’armes qui menacent la sécurité régionale.

rn

Mamadi TOUNKARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER