Comment Démasquer et ARRÊTER les VOLEURS de Téléphones Portables : La Police À l''heure de la Technologie

0

L’arrestation de ces trois individus spécialisés dans vol et le recel de téléphones portables par la Brigade de Recherche de Police du 3ème Arrondissement, aurait pu être une histoire banale si la méthode de l’Inspecteur Principal Papa Mamby Keïta n’était pas digne de Sherlock Holmes ou d’un certain Hercule Poirot, deux célèbres limiers de romans policiers.

Les malfrats, on le sait, s’adaptent beaucoup vite plus à leur environnement que les justiciers. Tenez par exemple : certains délinquants récidivistes, à force de pratiquer la machine, connaissent parfaitement le fonctionnement de la justice au point qu’ils arrivent toujours à s’en faufiler entre les mailles. Sous d’autres cieux, ils sont mieux équipés et armés que les forces de l’ordre au point que le système de sécurité en devient caduc.

Avec l’apparition des téléphones portables, une nouvelle forme de délinquance a vu jour. Mais hélas, les textes régissant la matière, sont désormais inappropriés. Les policiers, d’une manière générale désarmés face au phénomène, à condition, bien entendu, qu’ils développent d’autres méthodes pour se maintenir dans la course.

L’Epervier du Mandé avait cette fois-ci en face de lui, un Gentleman cambrioleur, une sorte d’Arsène Lupin, un homme d’une intelligence hors du commun, hélas mise au service du mal.

Après avoir dérobé le sac d’une dame contenant son  téléphone portable des bijoux et plusieurs centaines de milliers de Francs CFA (la victime s’apprêtait à effectuer le pèlerinage à la Mecque), notre malfrat lança des appels un peu dans le désordre. Il transféra même 20.000 F CFA de crédit dans le téléphone de sa petite amie. N’allez surtout pas croire qu’il ignorait que les traces de ces opérations restaient ! Il le savait mais était sûr de lui même. Son argument ? un passant lui aurait vendu des crédits de recharge.

Entre temps, la plaignante était arrivée au Commissariat. Mais les policiers laissèrent faire. Ils ne réagir pas à l’instant.  Eux aussi, avaient leur petite idée derrière la tête. Le vol remontait au 7 janvier. Ils attendirent plusieurs jours avant de passer à l’action. En clair, il fallait laisser le maximum de temps au voleur d’effectuer des appels et autres opérations avec l’appareil, pas seulement la puce. Ce Qui fut fait. En accord avec le procureur, ils obtinrent une réquisition contre personne qualifiée. Il s’agit d’une sorte de mandat de perquisition mais dans les activités d’un suspect désigné. Les deux sociétés de téléphonie furent mises à contribution. Elles rétablirent toutes les opérations effectuées à l’aide de l’appareil téléphonique volé depuis le jour du vol jusqu’à l’instant présent. Il fallait maintenant lire entre les appels rentrants et sortants.

La régularité, le moment et la durée de ces appels trahissaient du rapport que les correspondants entretenaient. Tenez par exemple : on appelle pas régulièrement sa tante, à des heures tardives de la nuit et pour plusieurs minutes de conversation !  Notre suspect l’avait fait, pas avec la tante, mais avec sa petite amie et d’autres complices. Les numéros de ces derniers permirent de remonter la source et de le coincer. Son argument tombait ainsi à l’eau.

Puisqu’il doutait être recherché, il mit en place plusieurs stratagèmes dignes du Malin, pour échapper à son sort. Mais à Malin, à Malin et demi. L’Epervier du Mandé s’est montré plus perspicace.

Cette affaire n’est pas isolée. A l’heure actuelle, certaines personnes se servent du téléphone portable pour tenter de préserver leur anonymat et commettre des forfaits. C’est le cas de cette jeune fille qui, par jalousie, tentait de déstabiliser le foyer d’un homme marié en envoyant des coups de fils anonymes à la femme de ce dernier,  à partir d’un téléphone volé. Elle fut démasquée et arrêtée.

Mais comment diable, parvient-on, avec seulement le téléphone (pas la puce), à remonter la piste ? Il est important pour tous usagers de comprendre le mécanisme. Il faudra, au préalable connaître le numéro de série de votre appareil. Rien de plus facile. Composez *#06# et votre numéro de série apparaît. Communiquez-le Commissariat si vous êtes victime du vol de votre appareil. C’est tout. A l’aide de ce numéro, les enquêteurs seront en mesure de connaître presque tout sur le coupable : ces fréquentations, ses déplacements, éventuellement, toute sa filiation. Ils pourront le cueillir sur son lieu de travail.

Alors vous êtes prévenus : n’achetez pas de téléphone de provenance douteuse ! N’en volez point ! Vous ne pourrez l’utiliser sans risque de vous laisser prendre…, certainement par l’Epervier du Mandé.

B.S. Diarra

Commentaires via Facebook :

PARTAGER